in , , , , ,

Les Évêques américains examineront trois causes de béatifications

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Les Évêques américains examineront trois causes de béatifications
Les Évêques américains examineront trois causes de béatifications

Les Évêques américains s’apprêtent à voter sur l’avancement des causes de sainteté pour trois femmes américaines : une mère et convertie au catholicisme, considérée comme une mystique, une jeune missionnaire sur le campus qui a lutté contre le cancer, et une religieuse qui s’est occupée des pauvres et de la communauté afro-américaine.

Au cours de leur prochaine assemblée générale d’automne, qui se tiendra du 14 au 17 novembre à Baltimore, les évêques américains examineront la possibilité de faire avancer, au niveau local, les causes de béatification et de canonisation de Cora Evans, Michelle Duppong et Mère Margaret Mary Healy Murphy.

Selon la loi de l’Église, les évêques diocésains qui promeuvent une cause de sainteté doivent consulter les évêques régionaux avant que la cause puisse avancer.

Voici un aperçu des nouveaux candidats à la sainteté.

Cora Evans

Née en 1904, Cora Evans a été élevée en tant que mormone dans l’Utah. La première de ses nombreuses expériences mystiques – une apparition de la Sainte Vierge – s’est produite alors qu’elle n’avait que trois ans, selon le site Web qui défend sa cause. Mais sa quête de la foi catholique a commencé le jour de son mariage.

« J’étais sans Dieu et sans religion, mais j’avais gagné un mari très merveilleux« , a-t-elle déclaré après sa cérémonie de mariage, selon le site. « En le regardant et en apprenant à l’aimer de plus en plus, j’ai résolu de l’aider à trouver un Dieu pour lui. Après dix ans de recherche, nous avons trouvé le seul vrai Dieu dans l’Église catholique romaine.« 

Pendant cette recherche, Cora et son mari, Mack, ont accueilli trois enfants : deux filles, LaVonne et Dorothy, et un fils, Bobby, qui est décédé alors qu’il était bébé.

Cora a découvert le catholicisme d’une nouvelle manière un jour où elle écoutait un programme catholique à la radio alors qu’elle était malade dans son lit. Cela l’a amenée à visiter l’Église catholique locale et à poser des questions sur la foi au prêtre de la paroisse.

Moins d’un an plus tard, en 1935, Cora a été baptisée et a reçu sa première communion. Son mari et ses filles firent de même peu après.

Le curé de la paroisse, le père Edward Vaughn, écrira plus tard que les efforts de Cora ont inspiré des centaines de mormons à se convertir à la foi catholique.

Pourtant, en 1941, la famille a décidé de déménager en Californie parce que son mari était confronté à des préjugés religieux et culturels alors qu’il essayait d’occuper un emploi, peut-on lire sur le site Web. Cinq ans plus tard, en 1946, Cora a déclaré que Jésus lui avait demandé de promulguer l’humanité mystique du Christ, ou, comme le décrit le site Web de sa cause, « une manière de prier qui encourage les gens à vivre avec une conscience accrue de l’omniprésence de Jésus dans leur vie quotidienne« .

En plus de ses expériences mystiques, Cora est considérée comme ayant eu la capacité de se bilocer – d’apparaître à deux endroits à la fois – et d’avoir souffert des stigmates, les blessures du Christ sur la croix présentes dans sa propre chair.

Elle est morte exactement 22 ans après son baptême, le 30 mars 1957, à Boulder Creek, en Californie. Avant sa mort, elle espérait, comme sainte Thérèse de Lisieux, passer sa vie au ciel à faire du bien sur la terre.

Michelle Duppong

Michelle Duppong a consacré sa vie à Dieu, servant comme missionnaire catholique sur le campus pendant six ans avant de devenir directrice de la formation à la foi des adultes pour le diocèse de Bismarck, dans le Dakota du Nord.

Lors d’une opération en 2014 destinée à retirer des kystes ovariens, le chirurgien a découvert autre chose : un cancer de stade 4.

« En entendant cela, j’ai su que c’était la volonté de Dieu et qu’il serait avec moi au milieu de tout ce qui arriverait« , a-t-elle écrit dans l’une de ses chroniques publiées par le journal Dakota Catholic Action.

« Dieu m’a aussi permis de savoir que cette croix était une invitation pour moi à aider à rapprocher les autres dans leur relation avec lui.« 

Il lui restait deux mois à vivre, selon les médecins, mais elle a vécu 12 mois de plus – jusqu’au jour de Noël 2015. Elle avait 31 ans.

Née dans le Colorado en 1984, Michelle était l’une des six enfants et a grandi dans la ferme familiale de Haymarsh, dans le Dakota du Nord. Elle a étudié l’horticulture à l’Université d’État du Dakota du Nord à Fargo, où elle a obtenu son diplôme en 2006, avant de servir comme étudiante missionnaire pour FOCUS à l’Université de Nebraska-Lincoln, à l’Université d’État du Dakota du Sud, à l’Université du Dakota du Sud et à l’Université de Mary à Bismarck, dans le Dakota du Nord.

Selon sa notice nécrologique, elle aimait la vie à la ferme, le travail dans les jardins et les vignobles, et participer aux chants de feu de camp.

Dans une autre chronique, elle aborde la question de la sainteté et de la « recherche de la sainteté dans l’ordinaire« .

« Vous êtes fait pour être un saint. Le croyez-vous ? Pensez-vous pouvoir le faire ? » écrit-elle. « Je veux vous rappeler qu’il n’y a aucun doute dans l’esprit de Dieu que vous POUVEZ le faire !« .

Avant de mourir, Michelle a consolé sa tante Jean, qui se mourait d’un cancer du cerveau, a raconté la mère de Michelle au National Catholic Register.

« Elles ont pleuré et se sont serrées l’une contre l’autre« , s’est souvenue Mary Ann. Jean lui a dit que parfois, elle ne sentait pas Jésus avec elle. Michelle lui a répondu :

« Parfois, je ne le sens pas non plus. Dis à Jésus ce que tu ressens. Il veut tout savoir. Tourne-toi vers lui.‘ »

« C’est ce que Michelle a fait« , a dit sa mère. « Elle a tout dit à Jésus.« 

Mère Margaret Mary Healy Murphy

En 1884, John meurt, laissant Margaret Mary veuve. Sa vie changea à nouveau de façon spectaculaire trois ans plus tard, lorsqu’elle déménagea à San Antonio et entendit la lecture en chaire d’une lettre des Évêques américains. Dans cette lettre, les Évêques demandaient aux catholiques du sud de s’occuper de la population afro-américaine de l’après-guerre civile, comme le précise le site Web de son ordre.

Margaret Mary a décidé de répondre à cet appel. La même année, elle a financé la construction de la première école et église catholique gratuite pour les Afro-Américains à San Antonio. L’Église a été inaugurée un an plus tard.

Confrontée à des critiques constantes et à des préjugés raciaux, elle a eu du mal à maintenir un personnel enseignant, et l’Évêque local lui a suggéré de créer une congrégation religieuse pour l’aider.

C’est alors qu’en 1892, elle et trois autres femmes sont devenues novices chez les Sœurs de Sainte-Marie de Namur, explique le site web. Un an plus tard, les quatre femmes ont prononcé leurs premiers vœux et les Sœurs du Saint-Esprit et de Marie Immaculée ont vu le jour.

À lire aussi | Filioque, le Saint-Esprit procède également du Fils

Au moment de sa mort, l’ordre comptait 15 sœurs et deux postulantes. Elle est décédée en 1907 à l’âge de 74 ans.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

Filioque, le Saint-Esprit procède également du Fils

Filioque, le Saint-Esprit procède également du Fils

Vaincre ou Mourir en avant-première le 08 décembre

Vaincre ou Mourir en avant-première le 08 décembre