in , ,

Les Missionnaires de la Charité rationnent la nourriture en Inde

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Les Missionnaires de la Charité rationnent la nourriture en Inde
Les Missionnaires de la Charité rationnent la nourriture en Inde
Les Missionnaires de la Charité rationnent la nourriture en Inde

Les Missionnaires de la Charité ont commencé à rationner leur distribution de nourriture aux pauvres à la suite de la décision du gouvernement indien, interdisant aux organisations à but non lucratif de recevoir des dons depuis l’étranger.

Les missionnaires aident normalement quelque 600 personnes dans leur maison mère de Kolkata et dans l’orphelinat de leurs enfants Shishu Bhavan. Leur petit-déjeuner du 2 janvier était d’une heure plus court que d’habitude, ce qui signifie qu’il a manqué du thé, du pain et des œufs, selon le service d’information catholique de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

Abdul Razzak, un mendiant de 45 ans, attend à l’extérieur de la maison mère depuis Noël pour essayer d’obtenir de la nourriture et des médicaments auprès des missionnaires. Il a reçu un repas quotidien depuis le début de la pandémie de coronavirus, selon Catholic News Service. Razzak a déclaré que les sœurs lui avaient dit, ainsi qu’à d’autres dans le besoin, « que nous ne pourrons peut-être plus récupérer de nourriture ».

Une femme et sa famille collectent normalement de la nourriture à l’orphelinat de Kolkata. Ils survivent à l’hiver grâce aux provisions des Missionnaires de la Charité, mais maintenant ils craignent de ne pas survivre à l’hiver. Les couvertures attendues ne sont pas arrivées. La mère, Rosy, vit dans la rue avec son mari aveugle et ses quatre enfants de huit ans et moins.

À lire aussi | Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu

Bien que les dons étrangers ne soient pas autorisés pour le moment, les dons en provenance de l’Inde aident certains travaux à se poursuivre, comme dans l’État voisin d’Odisha, anciennement connu sous le nom d’Orissa.

« Le gouvernement de l’État d’Orissa a confirmé que leurs approvisionnements continueraient en ces temps difficiles », a déclaré à Catholic News Service Sœur Dominic Mary, une missionnaire de la charité basée à Odisha. « Si d’autres gouvernements d’État nous soutiennent également, peut-être que cette phase passera », a-t-elle déclaré.

Le 25 décembre, le ministère indien de l’Intérieur a statué que les Missionnaires de la Charité ne remplissaient plus les conditions d’éligibilité pour les dons étrangers en vertu de la Loi sur la réglementation des contributions étrangères. Les autorités ont par la suite cité des « intrants indésirables » non spécifiés lors de la demande de l’organisation de renouveler son statut.

Cette décision a suscité la surprise et l’inquiétude des partisans des Missionnaires de la Charité de Mère Teresa, d’origine albanaise, basés à Calcutta. Mère Teresa est devenue mondialement connue pour son travail au service des pauvres et des abandonnés des bidonvilles de Kolkata. Elle est décédée en septembre 1997 et le pape François l’a canonisée en 2016 sous le nom de Sainte Thérèse de Calcutta.

Depuis que Mère Teresa a fondé la première communauté des Missionnaires de la Charité en 1950, l’organisation s’est étendue à des centaines de maisons à travers le monde. Ses membres comprennent des religieuses, des frères et des prêtres, ainsi qu’une organisation de laïcs.

Les dons étrangers aux Missionnaires de la Charité en Inde ont représenté plus de 13 millions de dollars pour l’exercice se terminant en mars 2021, selon ses documents. L’organisation ne déclare pas publiquement ses revenus totaux, selon le New York Times.

La semaine dernière, Sunita Kumar, porte-parole des Missionnaires de la Charité à Calcutta, a déclaré au New York Times qu’elle était convaincue que le problème d’éligibilité légale pourrait être résolu. Elle avait indiqué que le financement du travail des missionnaires ne serait pas affecté immédiatement en raison du soutien local.

Ces problèmes juridiques surviennent dans un contexte de tensions politiques, sociales et religieuses. Le gouvernement national indien et de nombreux gouvernements d’État sont dirigés par des membres du Bharatiya Janata Party, qui promeut une vision nationaliste véhémente de l’hindouisme.

Huit États indiens ont adopté des prétendues lois anti-conversion. Certains critiques du christianisme et d’autres religions minoritaires en Inde font des allégations de conversion forcée ou de prosélytisme, induisant la conversion par la peur, la corruption ou l’utilisation superstitieuse de prières de guérison.

La police du Gujarat, un État de l’ouest de l’Inde, enquête sur une plainte selon laquelle des filles d’un foyer géré par les Missionnaires de la Charité ont été forcées de lire la Bible et de porter une croix.

Kumar, la porte-parole des Missionnaires de la Charité à Kolkata, a rejeté cette allégation dans des commentaires au New York Times.

« Je travaille ici depuis 45 ans et rien de tel ne s’est jamais produit », a-t-elle déclaré.

Il y a également eu des problèmes d’extrémisme religieux. Aux alentours de Noël 2021, des groupes d’autodéfense hindous se sont engagés dans des manifestations, des perturbations dans des églises, du harcèlement et du vandalisme. Certains ont brisé des statues du Christ ou brûlé des effigies du Père Noël ou accusé des chrétiens d’utiliser des cadeaux et des festivités de Noël pour inciter ou forcer les hindous à se convertir, rapporte The Guardian.

À lire sur CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu

Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu

Un moudjahidine indonésien abattu par les forces indonésiennes

Un moudjahidine indonésien abattu par les forces indonésiennes