in , ,

Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu
Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu
Porter un masque à la messe est un petit sacrifice agréable à Dieu

Le port d’un masque à la messe, hautement filtrant sur le nez et la bouche « est un petit sacrifice que nous pouvons apporter à l’autel comme une offrande agréable à Dieu pour le bien de tous ses enfants », a déclaré le père Roberto Colombo, généticien et membre de l’Académie pontificale pour la vie.

Alors que la variante omicron de COVID-19 a balayé l’Italie et que le gouvernement a adopté des mesures plus strictes pour les non-vaccinés, les évêques italiens ont répété qu’un certificat de vaccination n’est pas nécessaire pour assister à la messe, mais que tout le monde dans la congrégation doit porter un masque, maintenir une distance sociale et recevoir la communion uniquement dans la main.

Colombo, qui enseigne à l’Université catholique de la faculté de médecine du Sacré-Cœur à Milan et est membre du Comité national de bioéthique du gouvernement italien, a déclaré que le port d’un masque à l’église est « un signe de charité pastorale » et une mesure nécessaire pour garder les églises ouvertes.

Écrivant le 2 janvier dans Avvenire, le quotidien de la conférence des évêques italiens, le père Colombo a déclaré que les règles pour les liturgies publiques élaborées par le gouvernement et les autorités ecclésiastiques en mai 2020 – après près de deux mois sans célébrations publiques de la messe – ont accompli l’objectif de protéger la santé des personnes sans faire peser de charges excessives sur les paroisses ou les individus.

À lire aussi | L’Église catholique en Pologne prévoit de cibler les jeunes en 2022

Le prêtre a déclaré que la situation avait également été aidée par le fait que, selon les statistiques gouvernementales du 3 janvier, plus de 89 % des Italiens de plus de 12 ans avaient reçu au moins une dose d’un vaccin COVID-19 et près de 86 % des la population a été complètement vaccinée. De nombreux diocèses exigeaient que les prêtres et autres agents pastoraux soient complètement vaccinés s’ils voulaient exercer leur ministère.

Le taux de vaccination élevé, a déclaré le père Colombo, est particulièrement important, car cela signifie que « les personnes âgées et les personnes plus fragiles peuvent également participer aux célébrations communautaires en toute sécurité », car les vaccins « réduisent la probabilité de contracter le COVID-19 dans ses formes symptomatiques les plus graves »

Cependant, a-t-il dit, parce que la variante omicron est très contagieuse, les gens devraient commencer à porter des masques hautement filtrants à la messe – le FFP2, similaire à un N95 américain, que le gouvernement italien a décrété fin décembre doit être porté sur toutes les formes de transport public , dans les théâtres et pour tout concert ou événement sportif organisé en salle ou dans un stade.

« En plus d’un sens civique de la responsabilité pour le bien commun, il y a aussi dans nos communautés chrétiennes une charité pastorale, qui demande à chacun – ministres et fidèles – d’être particulièrement attentif au port correct du masque », a-t-il déclaré. « Bien sûr, cela peut être inconfortable, surtout pour les personnes âgées, mais c’est un petit sacrifice que nous pouvons apporter à l’autel comme une offrande agréable à Dieu pour le bien de tous ses enfants. »

À lire sur CRUX

Mot de LECATHO

Encore une fois, nous constatons avec indignation que le clergé ne laisse de place qu’à une seule opinion, celle de la religion covidiste, les membres de l’Université Catholique de médecine cherchent-ils la vérité ? Où veulent-ils simplement suivre par effet de mode ou encore par intérêt ces scandales-là ?

Il y a pourtant dans le monde, un nombre incalculable d’hommes de science qui signalent l’inutilité du vaccin pour les jeunes, les enfants… Sans oublier le fameux Omicron utilisé par les gouvernements européens pour agiter les peurs. Heureusement que Notre Seigneur Jésus-Christ n’a pas imposé la distanciation avec les Lépreux…

Le débat, la « disputatio » est quelque chose de sain, utilisé par nos pères dans le cadre du débat théologique, je ne vois pas pourquoi dans le domaine de la science tout serait blanc sans la moindre possibilité de contradiction tout en sachant qu’il y a matière à appuyer d’autres faits et chiffres. 

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'Église catholique en Pologne prévoit de cibler les jeunes en 2022

L’Église catholique en Pologne prévoit de cibler les jeunes en 2022

Les Missionnaires de la Charité rationnent la nourriture en Inde

Les Missionnaires de la Charité rationnent la nourriture en Inde