Les prêtres rejettent l'affiche LGBT du synode
in , , , , , ,

Les prêtres rejettent l’affiche LGBT du synode

L’affiche LGBT du synode est « hors limite et source de confusion » d’après le père Francisco « Patxi » Bronchalo, prêtre du diocèse de Getafe, en Espagne. Le père Jesús Silva, de l’archidiocèse de Madrid, a également critiqué l’image.

Le dessin montre un groupe de jeunes devant une église, dont une femme vêtue d’une chasuble blanche et d’une étole rouge et un autre jeune homme portant une chemise LGBT « Pride » multicolore.

Dans une série de messages sur Twitter, Bronchalo a déclaré que l’image l’avait « surpris » et qu’il avait commencé son analyse par la femme vêtue d’habits sacerdotaux.

Il a noté que cette image « peut donner le sentiment à celui qui la voit que l’un des fruits du synode pourrait être que le sacrement de l’ordination sacerdotale soit également donné aux femmes », ce qui implique de « tromper celui qui la voit et de semer la confusion.« 

M. Bronchalo a souligné qu' »il peut y avoir des personnes à l’intérieur et à l’extérieur de l’Église qui croient que ce sera le cas et qui seront ensuite déçues. Dans le même temps, le prêtre craint qu’à l’intérieur de l’Église, il y ait des personnes, qui se sentent dégoûtées par la promotion de slogans qui ne les aident pas dans leur foi mais qui créent plutôt la confusion. »

Le prêtre a affirmé qu’il n’est pas possible que le synode approuve l’ordination des femmes « parce qu’il ne le peut pas« , puisque Saint Jean-Paul II, dans sa lettre apostolique Ordinatio sacerdotalis, a confirmé, dans le cadre du magistère de l’Église, que l’ordination est réservée aux hommes.

Père Bronchalo a ensuite cité le document :

« C’est pourquoi, afin que tout doute soit levé sur une question de grande importance, une question qui concerne la constitution divine de l’Église elle-même, en vertu de mon ministère de confirmation des frères (cf. Lc 22, 32), je déclare que l’Église n’a aucune autorité pour conférer l’ordination sacerdotale aux femmes et que ce jugement doit être définitivement retenu par tous les fidèles de l’Église » (OS, 4).

Le sacerdoce n’est pas comme changer un pneu.

Développant la question, Père Bronchalo a utilisé trois arguments sur l’impossibilité d’ordonner des femmes. Le premier est que « l’Écriture Sainte nous dit que le Christ a choisi ses Douze Apôtres uniquement parmi les hommes.« 

Et ce n’était pas à cause d’une question culturelle, car, a soutenu le prêtre, « il est facile de voir comment la façon d’agir du Christ n’était pas conditionnée par des raisons sociologiques ou culturelles.« 

« Il a choisi douze hommes spécifiques parce qu’il le voulait ainsi« , a-t-il souligné.

En outre, Père Bronchalo a soutenu qu' »il est parfaitement logique que l’ordination sacerdotale soit donnée aux hommes, car dans notre masculinité, nous (représentons le Christ, l’Époux) de l’Église quand nous célébrons les sacrements. Par conséquent, le fait que les candidats à la prêtrise doivent vivre une masculinité saine et intégrale est important pour l’Église.« 

Le prêtre a souligné que « le sacerdoce n’est pas une affaire fonctionnelle que n’importe qui peut faire, comme changer un pneu. Le fait de le recevoir configure l’être« .

Imiter le Christ depuis deux millénaires

Le deuxième argument fourni par le Père Bronchalo concernant l’ordination des femmes repose sur le fait que « l’Église a vécu une pratique constante depuis deux millénaires en donnant le sacrement de l’ordre sacerdotal uniquement aux hommes, imitant le Christ dans son choix.« 

« Nous sommes dépositaires d’une foi que nous avons reçue et que nous transmettons. C’est pourquoi l’Église ne se sent pas habilitée à changer des choses qui viennent du Christ lui-même« , a ajouté le prêtre.

Il a également souligné que dans l’Église catholique, 24 Églises rituelles coexistent et « dans toutes ces Églises, pendant tout ce temps, il a toujours été entendu que le sacerdoce est donné aux hommes parce que le Christ lui-même l’a voulu ainsi.« 

Des Pères de l’Église

Troisièmement, le Père Bronchalo a souligné que « le magistère de l’Église a continuellement fait référence au fait que l’ordination sacerdotale est pour les hommes » – non seulement comme l’a fait Saint Jean-Paul II récemment, mais aussi à d’autres moments de l’histoire de l’Église. Ainsi, au cours des premiers siècles, des Pères de l’Église tels que saint Irénée, Tertullien ou Saint Augustin parlent « des raisons pour lesquelles l’ordination est réservée aux hommes.« 

À lire aussi | Homélie sur le Jugement Dernier par M. le curé de Saint Sulpice

Des femmes comme Sainte Catherine de Sienne, docteur de l’Église, ont également soutenu l’ordination exclusive des hommes. La Sainte « a parlé de la merveille d’être prêtres, afin d’exhorter les hommes à bien exercer leur ministère« , a noté le prêtre.

M. Bronchalo a conclu que le dessin « dépasse les bornes et prête à confusion » car « au lieu d’unir, ce que recherche le synode, ces choses ne font que diviser« , ajoutant que « je souhaite qu’ils le retirent ou qu’ils donnent une explication à ceux qui se sentent confus.« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par Crux Now ( Lien de l’article ). 

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire