in , , , , , ,

Messe latine à la cathédrale de Tokyo pour le jubilé des apparitions d’Akita

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le samedi 11 novembre, à la cathédrale de la Sainte Vierge Marie à Tokyo, a été célébrée la 32e Messe pontificale latine. Elle a été présidée par Mgr Mario Michiaki Yamanouchi, l’ordinarius du diocèse de Saitama qui borde la capitale.

Neuf prêtres, dont 2 dominicains polonais, ont concélébré avec lui. Quelques protestants étaient également présents. Cette Messe a été organisée et préparée par l’Action catholique, principalement par le professeur Shinichiro Akiyama, un musicien et chef d’orchestre éminent, ainsi que Hans Enderle, un célèbre militant catholique d’origine allemande.

Les différentes parties de la liturgie grégorienne étaient interprétées par deux chœurs : le chœur masculin Saint Anselme et le chœur féminin Yuigahama Gregorian Chant Singers. Les Japonais savent apprécier la beauté de la musique sacrée, remplissant ainsi le vaste édifice de la cathédrale de la capitale.

Dans son homélie, Mgr Yamanouchi a partagé son expérience missionnaire en Argentine pendant plusieurs années. Il a également évoqué sa vocation salésienne et les missions de l’Église à la lumière des paroles de Jésus : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 31-46).

Du 12 juin 1973 au 15 septembre 1981, à Akita, dans le couvent des Servantes de l’Eucharistie, aujourd’hui une ville de plus de 300 000 habitants dans le nord-ouest de l’île de Honshu, la Vierge Marie s’est manifestée plus de cent fois. Cela a commencé avec sœur Agnieszka Katsuko Sasagawa, une religieuse de 42 ans sourde depuis des années, qui a entendu une voix provenant de la statue de Marie dans la chapelle en bois du couvent.

Peu après, plusieurs de ses consœurs ont remarqué un liquide rouge coulant de la main droite de la statue. Un an plus tard, la principale voyante a retrouvé l’ouïe, et Marie lui a adressé sa troisième et dernière invitation à la prière pour expier les péchés de l’humanité. Plusieurs autres personnes ont également été guéries.

Après une enquête approfondie sur les apparitions, en avril 1984, l’évêque du diocèse de Niigata (où se trouve Akita) à l’époque, John Shojiro Ito (1909-93), a reconnu leur caractère surnaturel et a autorisé le culte local de Notre-Dame d’Akita dans sa diocèse. Cette reconnaissance a été confirmée plus tard par Benoît XVI. De plus, lors de la Journée mariale internationale les 12 et 13 octobre 2013, le pape François a choisi le sanctuaire d’Akita comme l’un des 10 sites dans le monde entier pour participer spécialement à la veillée mondiale de prière dans le cadre de l’Année de la foi.

Le professeur Akiyama a rappelé certains de ces événements lors du programme de la Messe. Il a encouragé tous les fidèles présents à réciter le chapelet, en particulier pour l’Église au Japon. « La protection qui vous reste est le Rosaire et le Signe laissé par mon Fils. Récitez le chapelet chaque jour. Et avec lui, priez pour le pape, les évêques et les prêtres », a cité les paroles de la Vierge Marie le principal organisateur de la Messe latine.

À lire aussi | Gardez vos lampes allumées et brillantes – Homélie pour le 32e dimanche

Le dominicain polonais, le père Paweł Janociński, qui a participé à la Messe, s’est dit surpris par le grand nombre de fidèles présents et par leur respect exceptionnel envers l’Eucharistie et Marie. « Pour la transsubstantiation, tous se sont agenouillés, ce qui allait à l’encontre des tendances de l’Église japonaise, qui vise à enlever les prie-Dieu des temples, car apparemment, s’agenouiller n’a aucun fondement dans la culture japonaise, et il est dit qu’il faut rester debout pendant l’élévation. » Le religieux était également étonné de voir un grand nombre de personnes recevant la communion, ce qu’il n’avait pas vu depuis longtemps dans ce pays.

Lorsque tous ont chanté avec une profonde émotion les hymnes « Christus Regnat » et « O Salutaris Hostia », « j’ai compris pourquoi ils étaient venus en si grand nombre », a commenté le père Janociński. Il a souligné que « non seulement les personnes âgées, mais aussi les jeunes couples avec leurs enfants absorbaient l’atmosphère de l’universalité de l’Église catholique et de Dieu présent parmi son peuple ».

Cet article a été initialement publié par Ekai  puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Gardez vos lampes allumées et brillantes - Homélie pour le 32e dimanche

Gardez vos lampes allumées et brillantes – Homélie pour le 32e dimanche

Jésus Christ a RESSENTI toutes les TORTURES de l’âme

Jésus Christ a RESSENTI toutes les TORTURES de l’âme