in , , ,

Mexico : 25.000 personnes descendent dans la rue contre l’avortement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le 29 avril, une grande « Marche pour la vie » a eu lieu à Mexico, au cours de laquelle « environ 25.000 personnes » sont descendues dans la rue « pour exiger des lois qui s’opposent à la ‘loi Marcelo’« , qui a dépénalisé l’avortement dans la capitale mexicaine en 2007, a annoncé l’organisation Pasos por la Vida (Des pas pour la vie).

Mercredi 26 avril, cela faisait 16 ans que l’Assemblée législative de Mexico autorisait l’avortement par une réforme du code pénal. A l’époque, Marcelo Ebrard était chef du gouvernement de la capitale mexicaine et soutenait la dépénalisation de cette pratique.

« Cette législation a conduit à plus d’un million d’avortements au Mexique, car aux chiffres officiels dans les centres de santé de la ville de Mexico s’ajoutent ceux réalisés dans des cliniques privées« , a déclaré Pasos por la Vida, l’organisation qui a organisé la marche, dans un communiqué de presse.

Le cortège s’est dirigé vers le ministère des Affaires étrangères vers 11h15 pour déposer une gerbe près du musée de la Mémoire et de la Tolérance, en symbole « des décès causés par la soi-disant ‘loi Marcelo’ et de la violence systématique que subissent les femmes », a expliqué Jahel Torres Ramírez, porte-parole et organisatrice de la marche.

Les milliers de manifestants défenseurs de la vie se sont ensuite rendus au Congrès de Mexico, où ils ont écouté les discours des organisateurs.

Fatima Guzman, représentante de Pasos por la Vida à Jalisco, a souligné qu’au fil des années, il a été prouvé que la dépénalisation de l’avortement ne résout pas les problèmes qu’il engendre. « Elle n’est pas une solution holistique, elle n’assure pas de meilleurs soins aux femmes et les risques liés à la pratique de l’avortement n’ont pas cessé« , a-t-elle déclaré.

Elle a demandé « aux hommes politiques d’ouvrir les yeux et de reconnaître que le Mexique veut la vie et non des lois injustes qui encouragent la violence systématique contre les femmes et la société« .

Daniel Ramírez Cortés, représentant du mouvement dans le Michoacán, a pour sa part indiqué que les politiques publiques actuelles ne résolvaient pas les véritables problèmes des femmes mexicaines, qui ont besoin « d’une meilleure éducation, de plus de possibilités de travail, de garanties de sécurité, d’un accueil de jour pour leurs enfants, de sport, de culture et non de mort« .

À lire aussi | Inde : Des prêtres catholiques et la promotion de Marie comme déesse

Jahel Torres a demandé que les trois pouvoirs de l’État « respectent les lois, respectent les traités internationaux contraignants auxquels le Mexique a adhéré et promeuvent la culture de la vie, la culture d’une authentique défense des femmes pour un meilleur développement de notre pays« .

Enfin, Torres Ramírez a affirmé « que ce Mexique des femmes, ce Mexique de la vie, ce Mexique des opportunités est le Mexique que nous construisons aujourd’hui et que nous voulons défendre et diffuser, car le Mexique aime la vie !« 

Source : Cet article a été publié originellement par Catholic News Agency (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire