in , , ,

Plus de 370 victimes dans une secte protestante

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Des indices suggèrent que les personnes qui ont tenté d’arrêter de jeûner ont pu être asphyxiées.
Selon des informations confirmées la semaine dernière par la police kenyane, au moins 372 corps ont été retrouvés dans des fosses communes dans la forêt de Shakahola, dans le sud du pays.

Il s’agit de membres d’une secte chrétienne qui ont été fanatiquement incités à jeûner jusqu’à la mort pour « voir Jésus-Christ« .

Ce chiffre tragique risque d’augmenter encore car, selon le chef de la police Rhoda Onyancha, les fouilles à la recherche des corps ne sont pas encore terminées : les travaux ont repris le 10 juillet après des semaines de paralysie. La Croix-Rouge kenyane estime que le nombre de victimes de la secte pourrait dépasser les 600.

La quasi-totalité des victimes dont les corps ont été retrouvés sont mortes dans la forêt même, tandis que quelques-unes ont été hospitalisées mais sont décédées en raison de leur état grave.

Le 27 juin, le pathologiste Johansen Oduor a déclaré que sur les 338 corps examinés jusqu’à présent, 117 étaient des enfants et des adolescents et 201 des adultes, tandis que l’état de décomposition de 20 autres était si avancé qu’il n’était pas possible de déterminer leur âge.

Les autopsies ont également montré que tous les corps présentaient des signes de famine, mais que certains, en particulier ceux des enfants, présentaient également des traces de strangulation et d’asphyxie. Selon les premiers éléments de l’enquête, ces signes indiquent que les membres de la secte ont été contraints de poursuivre le jeûne alors qu’ils tentaient d’y renoncer.

À lire aussi | Indulgence plénière pour les célébrations du jubilé de St Thomas d’Aquin

La police kenyane a jusqu’à présent arrêté au moins 37 personnes soupçonnées d’être impliquées dans cette affaire. Le ministre de l’intérieur, Kithure Kindiki, a mis en cause la négligence des forces de sécurité et de l’appareil judiciaire du pays, étant donné que la secte avait déjà fait l’objet d’allégations et qu’aucune mesure n’avait été prise en temps utile.

Le leader de la secte est le pasteur Paul Mackenzie de l’église Good News International Church. Il est en prison depuis le 14 avril. Selon la police, Mackenzie a planté des légumes et d’autres plantes vertes au-dessus des fosses communes, ce qui rend difficile la recherche des corps.

Cet article a été publié originellement par Aleteia (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire