in , , ,

Pologne, le nouveau gouvernement s’attaque aux lois contre l’avortement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le nouveau gouvernement polonais proposera une législation visant à assouplir l’interdiction quasi totale de l’avortement.

Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a déclaré mercredi que son gouvernement présentera une législation pour assouplir une interdiction presque totale de l’avortement et alléger les restrictions sur la pilule du lendemain, renversant ainsi de manière drastique les politiques de l’administration précédente.

Les deux projets de loi sont confrontés à une bataille difficile. Il n’est pas clair s’ils obtiendront suffisamment de soutien pour être adoptés au Parlement. Même s’ils le faisaient, les lois pourraient encore être rejetées par le président conservateur allié à la droite.

La Pologne a connu une avancée des droits pour les enfants à naître au cours des huit années du gouvernement du parti conservateur Droit et Justice (PiS), qui visait à protéger les enfants à naître de l’avortement, ou les familles de la fécondation in vitro (FIV) et de la contraception d’urgence.

Une coalition pro-Union européenne a pris le pouvoir du PiS lors des élections d’octobre avec la promesse de libéraliser les lois sur le meurtre d’enfants dans le ventre de leurs mamans.

« Nous sommes prêts à présenter dans les prochaines heures un projet de loi au Parlement sur l’avortement légal et sécurisé jusqu’à la semaine 12« , a déclaré Tusk aux journalistes.

Deux des trois groupes politiques de sa coalition (la gauche et la Coalition civique dirigée par Tusk, ancien président du Conseil européen) ont la libéralisation de l’avortement dans leurs programmes.

Cependant, le troisième membre de la coalition, la Troisième Voie centriste, n’a pas exprimé officiellement son opinion sur le sujet et ses législateurs ne sont pas certains de soutenir la législation.

Aucune date n’a été fixée pour le vote des deux propositions au Parlement.

La mesure du gouvernement de Tusk introduirait quatre projets de loi visant à libéraliser l’interruption de grossesse au Parlement, après deux propositions présentées par le parti de gauche en novembre. Les deux premières sont toujours bloquées au Parlement.

À lire aussi | Les agriculteurs ont besoin d’un roi et non pas d’une république abominable

Si elle est adoptée, la législation constituerait un revers majeur pour les politiques du dernier gouvernement de droite. L’avortement dans le pays majoritairement catholique est actuellement légal uniquement en cas de grossesse résultant d’une agression sexuelle ou incestueuse, ou menaçant la vie ou la santé de la mère.

Cependant, selon les groupes de défense des droits des femmes, des dizaines de milliers de femmes interrompent leur grossesse à domicile (en utilisant des pilules abortives interdites) ou en voyageant à l’étranger.

Tusk a annoncé plus tôt mercredi des plans pour assouplir également les restrictions sur la « pilule du lendemain« .

« La question est réglée, le projet de loi sera envoyé au Parlement« , a-t-il déclaré, ajoutant que la proposition vise à offrir un accès gratuit à la pilule à partir de 15 ans.

« C’est un grand moment pour nous tous ! Nous rendons aux femmes le droit de décider d’elles-mêmes« , a déclaré le ministère de la Santé sur les réseaux sociaux après l’annonce de Tusk. Et après ça, ça ose se dire ministre de la Santé, j’aurais plutôt remplacé ça par le ministère de la mort.

Étant donné que l’aide à l’avortement est interdite en Pologne, les militants et les médecins qui aident à la procédure risquent d’être emprisonnés.

En mars 2023, l’activiste anti vie, Justyna Wydrzynska a été reconnue coupable de fournir des pilules abortives à une femme enceinte. Elle a été condamnée à des travaux d’intérêt général.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire