in , , ,

Prêtre aveugle : j’ai gagné plus d’âmes pour Dieu, sans yeux

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le père José Humberto Negrete Lezo a partagé avec Aleteia son expérience en tant que prêtre aveugle, racontant comment cela a affecté sa vie et son ministère.

Parmi les cinq sens, la vue est la plus appréciée par les êtres humains, car elle nous permet de jouir de la beauté de la création de Dieu ; c’est pourquoi Aleteia a discuté avec le Père José Humberto Negrete Lezo, un prêtre aveugle en raison d’une maladie.

Sept ans sans voir

Le père Humberto, originaire d’Irapuato, Guanajuato, au Mexique, est né le quatre mai 1968. Il a été ordonné prêtre le 27 juillet 1996. Il y a plusieurs années, il a été atteint de diabète – qui a commencé à se compliquer -, au point d’endommager son nerf optique et de perdre complètement la vue.

« Je l’avais progressivement perdue neuf ans auparavant, et cela fait sept ans que je n’ai plus de vision« , explique-t-il.

Cependant, son expérience de vie l’a dirigé davantage vers la dimension spirituelle.

« Cela m’a rendu plus sensible à ceux qui souffrent, aux malades, à ceux qui me demandent de les écouter, à ceux qui me demandent un peu de mon temps. Le temps est pour eux« , commente-t-il, car malgré sa limitation, il avance.

Une perte difficile

Le prêtre avoue qu’au début, cela a été très difficile, son attitude était celle de la colère, de ne pas vouloir se soumettre à la volonté de Dieu.

« Le temps m’a calmé, apaisé« , raconte-t-il.

« Peu à peu, je ne dis pas que j’ai vaincu cette attitude humaine de mépris de la souffrance – souligne-t-il – mais il faut reconnaître son sens divin« .

Il explique que, en examinant objectivement sa situation, et du point de vue humain, sa vie a perdu son sens « parce que l’on s’isole, on se sent parfois discriminé par ses propres frères prêtres, mais en l’acceptant d’un point de vue théologique, divin, c’est un gain« , déclare-t-il convaincu,

« j’ai gagné plus d’âmes pour Dieu, sans yeux, qu’avec les yeux« .

Comment célèbre-t-il la sainte Messe ? Malgré son handicap, il est à la tête d’une paroisse et n’a rencontré aucun obstacle pour célébrer la Messe. Il a une assistante qui se tient à côté de lui pendant l’Eucharistie pour lire dans le Missel ce qu’il répète au micro. De plus, l’équipe liturgique lit l’Évangile et il explique l’homélie. Et bien qu’il y ait des ministres qui l’aident, il distribue également la communion.

À lire aussi | 700 personnes baptisées à Katsina malgré les attaques

« Mon handicap est visuel, pas moteur« , commente-t-il avec un sourire.

Face à la souffrance : pleurer et se confier

En tant qu’être humain, il comprend que de nombreuses personnes traversent la même souffrance que lui. Pour encourager ces personnes, le père dit qu’il est très difficile de passer du fait de pouvoir voir à ne plus le faire.

« De contempler les couleurs, les personnes, la vie quotidienne et soudain, de ne rien voir« , explique-t-il.

Et il a conclu en disant :

« C’est une situation extrêmement difficile. Faites votre deuil. Pleurez la perte de votre vision comme vous pleureriez la perte d’un ami ou d’un proche. Mais après cela, remettez-vous en à Dieu. Une personne handicapée, sans le Seigneur, ne peut pas progresser… elle ne peut pas comprendre la grandeur du Seigneur, même maintenant, dans la réduction physique« .

Cet article a été initialement publié par Aleteia puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

700 personnes baptisées à Katsina malgré les attaques

700 personnes baptisées à Katsina malgré les attaques

Trump soutient l'avortement aux USA

Trump soutient l’avortement aux USA