in , , ,

Quelle est la relation entre le wokisme, le marxisme et le libéralisme ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Il existe un lien significatif entre le wokisme, le marxisme et le libéralisme d’après Yoram Hazony dans son livre Conservatism : A Rediscovery.

Il est important de souligner d’emblée que la question n’est pas de savoir s’il existe des différences significatives entre le wokisme, d’une part, et les idées de Marx lui-même et des principaux penseurs marxistes qui lui ont succédé, d’autre part. Personne ne nie qu’il y en ait. La question est plutôt de savoir s’il vaut mieux considérer le wokisme, comme une espèce de marxisme, ou du moins si les similitudes sont suffisamment importantes pour que la comparaison avec le marxisme éclaire plutôt qu’elle n’obscurcit.

À cet égard, il est essentiel de comprendre la relation des deux mouvements avec le libéralisme. La grande tradition libérale, de Locke à Rawls en passant par Mill, est individualiste et met l’accent sur les droits et les libertés des individus, sur leur égalité fondamentale et sur leur consentement à être gouvernés comme condition préalable à la légitimité du gouvernement. Hazony note que la critique marxiste du libéralisme souligne l’inadéquation de cet individualisme pour donner un sens à la vie politique réelle. Pour le marxisme, le libéralisme est aveugle à la tendance des êtres humains à former des classes sociales et à la tendance inhérente d’une classe à en opprimer une autre et à utiliser l’État à cette fin.

Le wokisme, souligne Hazony, reprend ce thème marxiste central et remplace simplement le statut économique par la race, le sexe, l’orientation sexuelle et d’autres éléments similaires pour délimiter les classes opprimées et les classes opprimantes. Alors que le marxiste traditionnel se concentre sur le conflit entre les capitalistes et le prolétariat, le wokisme parle plutôt de « suprématie blanche » contre les personnes de couleur, de « patriarcat » contre les femmes, d' »hétéronormativité » contre les LGBTQ, etc.

Mais l’accent mis sur l’identité de groupe plutôt que sur l’individualisme provient du marxisme et marque une rupture avec le libéralisme. En outre, Hazony souligne que le mépris du wokisme pour les normes du discours rationnel et sa propension à annuler et à censurer les opposants plutôt qu’à débattre de leurs arguments diffèrent de l’idéalisation du libre débat de la tradition libérale.

Gottfried reconnaît que tout cela est assez vrai en l’état. Il reconnaît également qu’il existe dans l’histoire du marxisme un précédent à la tendance du wokisme à être obsédé par la race et le sexe plutôt que par la classe économique – à savoir la « théorie critique » de l’école de Francfort, représentée en particulier par les travaux de Herbert Marcuse. Il juge néanmoins que Hazony et d’autres exagèrent le lien entre le wokisme et le marxisme, et n’apprécient pas le lien entre le wokisme et le libéralisme.

D’une part, au cours du vingtième siècle, le libéralisme a commencé à assouplir son individualisme, le suffrage universel et l’État-providence marquant un tournant dans une direction fortement égalitaire. Au cours des dernières décennies, et avant que le wokeness n’occupe le devant de la scène, les libéraux traditionnels étaient déjà eux-mêmes devenus plus intolérants à l’égard de la dissidence et peu enclins à s’engager rationnellement dans les arguments de leurs détracteurs. Bien que de nombreux libéraux se plaignent aujourd’hui de l’intolérance des wokesters, ces derniers ont simplement franchi une porte que les libéraux avaient eux-mêmes ouverte.

D’autre part, les marxistes de la vieille école n’avaient rien à voir avec la direction prise par l’École de Francfort, et encore moins avec les obsessions des wokesters. En fait, ils pouvaient être aussi critiques à l’égard de cette orientation que n’importe quel conservateur social. En outre, pendant la guerre froide, les pays communistes étaient souvent aussi conservateurs en matière de sexe et de famille que la société occidentale, voire plus. Les sociétés communistes n’étaient pas non plus enclines, comme l’est le wokeism, à détruire la loyauté envers la patrie ou à sombrer dans un nihilisme généralisé. Le marxisme accordait également une grande importance à la science et à la rationalité, du moins en théorie.

Ensuite, le wokisme s’est allié au capitalisme d’une manière que le marxisme n’a pas pu faire. Les capitalistes et les entreprises n’ont pas simplement adopté le wokisme par peur, mais, selon Gottfried, ils ont trouvé qu’il était dans leur intérêt de l’adopter. En effet, ce sont les pauvres et la classe ouvrière plutôt que les riches qui souffrent des idioties des politiques publiques de l’éveil, et les entreprises peuvent absorber les coûts de ces politiques alors que leurs concurrents plus petits sont détruits par elles.

Enfin, si le récit de l’oppresseur et de l’opprimé est effectivement une caractéristique du marxisme, c’est aussi, souligne Gottfried, une caractéristique de la rhétorique du fascisme et du nazisme. Dans les trois cas, affirme-t-il, il s’agit d’une variation moderne et sécularisée de l’ancienne distinction biblique entre les justes et ceux qui les persécutent. Ainsi, le fait que le récit de l’oppression soit au cœur du wokisme ne suffit pas à le rendre marxiste de quelque manière que ce soit, pas plus que ces autres points de vue ne sont marxistes.

Par conséquent, Gottfried estime que pour comprendre le wokisme, il est plus éclairant d’étudier ses origines dans l’effondrement du libéralisme que de chercher des parallèles avec le marxisme.

Que penser de tout cela ? Je suis moi-même enclin à ce qui pourrait être une position intermédiaire entre Hazony et Gottfried, bien que les différences entre nous soient peut-être plus des questions de sémantique et d’emphase que quelque chose de plus profond que cela. D’une part, lorsque j’ai écrit sur ces questions, je n’ai pas caractérisé le wokisme comme une espèce de marxisme, mais j’ai simplement noté qu’il y avait des influences marxistes sur le wokisme et des parallèles entre les points de vue. D’autre part, bien que Gottfried soulève des points importants, je pense que les influences et les parallèles sont plus importants et plus éclairants qu’il ne semble l’admettre. Je pense également qu’il exagère les différences.

Par exemple, Gottfried oppose l’engagement théorique du marxisme en faveur de la science et de la raison à l’irrationalisme du wokisme. Mais d’une part, les wokesters en général ne rejettent pas explicitement la science et la raison, pas plus que ne le faisait le marxisme à l’ancienne. Au contraire, ils affirment généralement que la science soutient leurs points de vue (sur le genre, par exemple). Bien sûr, ces affirmations sont fausses et la « science » n’est qu’une idéologie pure, habillée d’une apparence pseudo-scientifique. Mais il en va de même pour les prétentions marxistes à la respectabilité scientifique. (Le lysenkisme, quelqu’un ?)

En outre, bien que la théorie marxiste de l’idéologie ait été revendiquée comme faisant partie d’un compte-rendu scientifique des institutions sociales, dans la pratique, son « herméneutique du soupçon » tend à subvertir plutôt qu’à faciliter le discours rationnel. Les critiques du marxisme sont rejetées a priori comme de simples écrans de fumée pour les intérêts particuliers des capitalistes, tout comme les critiques du wokisme sont rejetées a priori comme de simples écrans de fumée pour le racisme, le patriarcat, l’homophobie, etc.

Ensuite, il y a les parallèles que beaucoup ont noté entre l’hystérie de masse du wokisme (qui se manifeste dans les foules de Twitter, la culture de l’annulation et les émeutes de 2020) et la révolution culturelle de Mao.

Certes, les influences postmodernistes sur le wokisme sont un argument en faveur du point de vue de Gottfried selon lequel il existe une différence importante, au moins en théorie, entre le marxisme traditionnel et le wokisme en ce qui concerne leur attitude à l’égard de la raison et de la science. Mais le bilan des pratiques marxistes et woke (auquel Gottfried lui-même fait appel pour défendre son point de vue) soutient le jugement qu’ils sont moins éloignés sur ce point que Gottfried ne le suppose.

Il en va de même pour les autres différences décrites par Gottfried. Oui, pendant la guerre froide, les pays communistes étaient beaucoup plus conservateurs sur le plan social que ce que n’importe quel Occidental pouvait tolérer. Mais c’était en dépit de la théorie marxiste, pas à cause d’elle. Engels, après tout, s’en est pris à la famille traditionnelle et à l’ordre moral bourgeois. Et la théorie marxiste mettait l’accent sur la solidarité internationale des travailleurs plutôt que sur les loyautés nationales, même si ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées dans la pratique. Même l’alliance entre les entreprises et le wokisme trouve un parallèle dans la pratique marxiste réelle, dans l’adoption par le parti communiste chinois de moyens capitalistes à des fins socialistes.

Ensuite, il y a le fait que les théoriciens de l’éveil reconnaissent explicitement la tradition marxiste comme l’une des influences qui s’exercent sur eux. Par exemple, les théoriciens de la race critique reconnaissent cette influence, en particulier celle d’Antonio Gramsci (même s’il y a, bien sûr, des différences avec le marxisme). Et Gottfried lui-même reconnaît les parallèles entre le wokisme et l’école néo-marxiste de Francfort.

Ces points n’impliquent pas que le wokisme soit un enfant du marxisme, exactement, mais cela ne signifie pas qu’il ne s’agit pas d’une relation d’une autre sorte – un frère ou un cousin, par exemple. Et le fait de noter les relations familiales de ce type peut également être éclairant. Eric Voegelin a soutenu que le marxisme, le national-socialisme et d’autres idéologies politiques modernes sont mieux compris comme des variations du gnosticisme.

J’ai soutenu ailleurs que le wokisme, lui aussi, est mieux compris comme une sorte de gnosticisme. Et j’ai également soutenu que les parallèles entre les idées woke sur la race et le national-socialisme ne sont pas moins frappants ou troublants que leurs parallèles avec le marxisme.

À lire aussi | Le Vatican annonce que les laïcs, y compris les femmes, voteront au synode

Cela ne signifie pas que le wokisme est simplement une sorte de national-socialisme, pas plus qu’il n’est simplement une sorte de marxisme. C’est une chose à part, pas tout à fait la même chose que l’une ou l’autre de ces visions du monde nocives. Mais il n’en est pas moins irrationnel et potentiellement tout aussi dangereux.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire