Réflexions africaines sur la destruction des idoles et le sauvetage des âmes

Lorsque mon frère, le père Peter Ryan, m'a rendu visite il y a peu de temps à la paroisse missionnaire du Togo, en Afrique de l'Ouest, où je travaille depuis dix-sept ans en tant que prêtre détaché par l'archidiocèse de Washington, je ne pense pas qu'il s'attendait à fracasser des idoles à l'aide d'une masse et à brûler les restes. Mais la vie a ses surprises, et c'est exactement ce qu'il a fait.

Voici comment cela s'est passé.

Pendant la visite de Peter, une délégation de l'une des familles les plus importantes de ce grand village rural où se trouve notre mission est venue me voir pour m'annoncer la grande nouvelle qu'ils avaient décidé de renoncer à leur idole ancestrale. Et ils m'ont demandé de la détruire. En entendant cela, quelques autres familles voisines ont décidé de faire de même avec la leur. L'excitation a commencé à monter, un samedi matin a été choisi et les plans ont été faits rapidement.

Lorsque le grand jour est arrivé, nous avons commencé par une messe, suivie d'une procession de centaines de personnes de l'église aux maisons, avec notre grande chorale paroissiale ouvrant la voie avec des chants, des tambours et des trompettes. Mon grand jeune pasteur adjoint togolais, le père Jonathan Togbe, et moi-même avons béni des sacs de sel et des seaux d'eau bénite, et nos enfants de chœur ont porté un crucifix et l'image de Notre-Dame de Guadalupe, la patronne de notre paroisse. Nous savions que nous avions besoin de la protection supplémentaire de ces sacramentaux.

J'ai décidé de déléguer la plus grande partie de la destruction des idoles à Peter, qui s'est acquitté de cette tâche avec enthousiasme, au milieu des cris de joie tumultueux de nos fidèles qui chantaient Yesu enye dzidula ! (Jésus est le vainqueur !). Les idoles sont tombées l'une après l'autre. Tout a culminé avec la démolition du principal sanctuaire païen, une fois la dernière idole enlevée et détruite, et le placement d'une grande croix au milieu des décombres pour revendiquer le site pour le Christ.

À un moment des festivités, Peter s'est tourné vers moi et m'a confié que c'était "la chose la plus cool que j'aie jamais faite dans ma vie". Je n'en doute pas, Peter. Bon travail et merci pour ton aide.

Voici quelques réflexions sur cette aventure.

L'Écriture nous dit d'une part qu'une idole n'est rien, qu'elle n'a "pas d'existence réelle" (1 Cor. 8:4). C'est certainement vrai en ce qui concerne l'absence de personnalité de l'objet physique lui-même. Les idoles sont "des dieux de bois et de pierre, ouvrage de la main de l'homme, qui ne voient, ni n'entendent, ni ne mangent, ni ne sentent" (Deut. 4:28).

D'autre part, l'Écriture enseigne également qu'il existe une relation entre l'objet physique et les forces démoniaques. Le Psalmiste déplore que les ancêtres infidèles des Israélites "aient servi leurs idoles, qui étaient pour eux un piège. Ils sacrifiaient leurs fils et leurs filles aux démons" (Ps 106, 36-37). Saint Paul avertit les Corinthiens que, bien qu'il n'implique pas "que la nourriture offerte à une idole soit quelque chose, ou qu'une idole soit quelque chose", néanmoins "ce que les païens sacrifient [aux idoles], ils l'offrent aux démons et non à Dieu. Je ne veux pas que vous soyez associés aux démons" (1 Co 10.20).

Il faut donc faire très attention à tout ce qui touche aux démons. Ces dernières années, le satanisme a connu un regain d'intérêt inquiétant aux États-Unis. Je me demande parfois si la renonciation aux faux cultes et aux superstitions, qui est une partie facultative de certaines cérémonies de l'Ordre de l'initiation chrétienne des adultes, et qui est souvent omise chez nous, ne devrait pas être rendue obligatoire par les évêques américains, comme c'est le cas ici en Afrique.

Les gens doivent comprendre que Satan et les autres mauvais esprits sont réels et qu'ils sont beaucoup plus puissants que nous. Les Africains le savent. Les Américains devraient le savoir. Ce n'est pas pour rien que Jésus a appelé Satan le "maître de ce monde" (Jn. 14:30).

Cependant, dans ce même passage, Jésus poursuit en disant que Satan "n'a aucun pouvoir sur moi". Les démons savent qui est Jésus et sont terrifiés par lui (Lc 8,28), et chaque chrétien devrait avoir la certitude que tant qu'il est uni à Jésus par la grâce sanctifiante et les sacrements, il n'y a absolument rien à craindre.

Lors de son voyage en Afrique en 2009, le pape Benoît XVI a exhorté les catholiques d'Angola à "offrir le Christ ressuscité à vos concitoyens. Tant d'entre eux vivent dans la crainte d'esprits de puissances malignes et menaçantes […]. Qui peut aller leur annoncer que le Christ a triomphé de la mort et de toutes ces puissances occultes ?".

En effet, lors de notre aventure au village, alors que la grande foule des chrétiens se réjouissait triomphalement, d'autres se tenaient derrière eux, non pas en chantant ou en criant de joie, mais en observant avec crainte. Ils se demandaient, m'a-t-on dit plus tard, quand viendrait le châtiment démoniaque pour cette insulte aux esprits, et quelle forme il prendrait. Lorsque des semaines ont passé et que rien de grave ne s'est produit, cela a eu un impact. Jésus est vraiment le vainqueur.

Les païens et tous les autres ont le droit de savoir que celui qui possède tout pouvoir, qui a créé et soutient l'univers entier, est aussi infiniment bon et les aime au-delà de toute mesure. Ils ont le droit de savoir qu'il a donné la preuve de cet amour en nous envoyant son Fils, qui a versé la dernière goutte de son sang et qui est ressuscité pour nous sauver de la misère du péché, de la souffrance et de la mort.

Ils ont le droit de connaître la joie de la libération de toutes les forces du mal. Ils ont le droit d'apprendre et de partager la victoire de Jésus, d'entendre parler et d'entrer par la foi dans la nouvelle vie qu'il leur offre ici et maintenant, avec l'espoir inébranlable d'une vie éternelle dans le royaume glorieux de Dieu.

Et donc, oui, ils ont droit au baptême. L'un des organisateurs du synode amazonien 2019 du Vatican, un évêque autrichien que je décrirai charitablement comme étant très confus depuis très longtemps, a fait la déclaration étonnante qu'en plus de quarante ans de travail missionnaire au Brésil, il n'avait pas baptisé une seule personne et qu'il n'avait pas l'intention de le faire un jour.

Apparemment, cet évêque pense que baptiser les peuples indigènes serait une sorte d'imposition culturelle injustifiée. Apparemment, Jésus n'est pas de cet avis. Les dernières paroles qu'il a adressées à ses apôtres étaient : "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit" (Mt. 28:19-20).

Mais qu'en est-il des différences culturelles ?

Ici, au Togo, après que les paysans ont retiré les grains de maïs des épis et les ont rassemblés dans des bassins peu profonds, ils nettoient les grains en jetant les bassins de haut en bas, attrapant les grains et laissant la brise emporter l'ivraie. Je leur dis que c'est ce que les chrétiens du monde entier doivent faire avec toutes les coutumes et attitudes qu'ils rencontrent. Chaque culture est un mélange de mauvaises choses qu'il faut rejeter et de bonnes choses qu'il faut préserver. Saint Paul nous exhorte à "haïr le mal et à nous attacher au bien" (Rm 12,9).

Il faut donc mettre fin au culte des idoles. Les Africains doivent choisir librement d'y renoncer, sans réserve. (Je me souviens qu'une dame de chez nous m'a demandé si les gens d'ici n'auraient pas pu garder leurs idoles en souvenir de la façon dont ils les adoraient ! Euh… non). Mais il existe de nombreux aspects admirables de la culture africaine que les Africains devraient préserver et chérir, et dont nous, Occidentaux, pouvons nous inspirer.

L'un d'eux est que les Africains apprécient les personnes âgées précisément parce qu'elles sont âgées. Aux États-Unis, en règle générale, plus une personne est âgée, moins il y aura de monde à ses funérailles. Ici, c'est exactement le contraire. Les personnes âgées sont considérées comme des dépositaires de la sagesse et leur décès est considéré comme une grande perte.

Il y a aussi la conscience simple et pleine de bon sens des Africains qu'un homme est un homme et qu'une femme est une femme, et c'est tout. L'Occident se trouve actuellement dans une véritable crise de confusion à propos de l'"identité de genre" et du fait qu'il est donné d'être un homme ou une femme. Je suppose qu'en Afrique, il existe des exemples de cette confusion, mais ici au Togo et lors de mes voyages dans d'autres pays africains, je n'en ai encore rencontré aucun.

Je ne doute pas que si je convoquais une assemblée générale du village et demandais aux habitants s'ils pensent qu'un garçon peut décider d'être une fille - et si, en décidant ainsi, il serait vraiment une fille - toute la population me regarderait comme si je venais d'un autre système solaire. Il n'y a pas beaucoup d'inquiétude à avoir sur les pronoms.

Notre approche pastorale ici au Togo est un peu différente de celle de l'évêque autrichien au Brésil. Sœur Noella Lucie, notre secrétaire paroissiale, est l'une des trois religieuses togolaises qui travaillent à la mission. Récemment, je lui ai demandé de passer en revue tous nos registres de baptême et de compter les baptêmes que nous avons effectués depuis le début de la mission en 2006. Elle m'a répondu environ une demi-heure plus tard avec un sourire et le total : 3 155 adultes, enfants et bébés.

Bien sûr, nous sommes conscients que les chiffres ne sont pas tout et que le baptême est un début, pas une fin. Mais les chiffres, c'est quelque chose, et c'est quelque chose d'important. Nous rendons grâce à Dieu car, par sa grâce et sa bonté, plus de trois mille âmes des trois douzaines de villages de notre paroisse ont été lavées du péché originel et personnel, elles sont passées des ténèbres au royaume de la lumière, elles ont été créées à nouveau et incorporées au Seigneur Jésus.

À lire aussi | Un "évêque" anglican célèbre la Messe dans la Cathédrale du Pape

Je prie pour que de nombreuses autres personnes soient baptisées dans les années à venir et que, quel que soit le nombre final, chacune d'entre elles arrive en sécurité au paradis après une vie de disciple chrétien héroïque sur terre, ayant courageusement porté sa croix et fidèlement suivi Jésus, qui garantit la victoire à ceux qui l'aiment jusqu'à la fin.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *