in , , , , , ,

Saint Joseph, modèle des ouvriers, qui apporte la paix à tous

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Notre société est en proie au chaos moral et notre Église sort d’une période de confusion après le Concile Vatican II. L’ordre est recherché dans ces deux domaines.

Ce qu’il faut, c’est de la prudence, c’est-à-dire de la sagesse dans l’action. De même qu’il existe une prudence financière et militaire, il existe une prudence domestique qui guide la famille.

La famille se compose de cinq relations qui doivent fonctionner selon les plans du Créateur. Il s’agit de la relation conjugale, entre le mari et la femme ; de la relation parentale, entre le père et la mère et leurs enfants ; de la relation filiale, entre les fils et les filles et leurs parents ; de la relation fraternelle, entre les frères et sœurs et leurs frères et sœurs ; et de la relation spirituelle, entre chacune de ces personnes humaines et Dieu.

Joseph avait une famille extraordinaire dotée d’une sainteté unique et d’une mission qui consistait à restaurer la création selon l’intention originelle du Créateur. C’est l’histoire du salut racontée dans la Bible. Il semble que chaque participant ait eu une fonction spéciale à un moment précis.

Isaïe prophétise : « Voici que je vais faire un ciel nouveau et une terre nouvelle » (Isaïe 65:17). (Isaïe 65:17). L’ancien ciel et l’ancienne terre ont commencé à la création de l’Adam et de l’Ève originels, dans la perfection du jardin d’Éden, où ils jouissaient de l’amitié de Dieu (Genèse 3:8). Après leur soumission à Satan, ils ont mérité le châtiment divin parce qu’ils avaient été avertis. Mais le Créateur a promis avec miséricorde de rétablir les choses par l’intermédiaire d’un nouvel Adam et d’une nouvelle Ève. C’était le Proto-Evangelium, l’annonce de la défaite du démon.

Saint Paul définit le Christ comme le nouvel Adam en 1 Corinthiens 15:45. Dès le deuxième siècle, l’Église voyait en Marie la seconde Ève écrasant la tête du serpent.

En se soumettant à Satan, Adam et Ève ont remplacé la sagesse de Dieu menant à la vie éternelle par le faux mode de vie démoniaque menant à l’enfer. La sagesse divine originelle devait être restaurée. Cette restauration a concerné toute la création grâce à l’incarnation de la sagesse divine, révélée dans les œuvres puissantes de Dieu tout au long de l’histoire du salut.

Cette incarnation a eu lieu dans les humbles circonstances d’une famille d’ouvriers composée de trois personnes – Joseph, Marie et Jésus. Leur vie personnelle et familiale a été dirigée par l’Esprit Saint, qui a inspiré leur amour sacrificiel.

La vie, la mort et la résurrection de Jésus, son mystère pascal, ont incarné cette sagesse qu’il a léguée à son Église, dont la mission est de restaurer l’humanité par l’Évangile.

Au fil du temps, chaque membre de cette trinité terrestre a manifesté son rôle dans la réalisation de la grâce sanctifiante. À travers les conciles œcuméniques, le premier millénaire s’est concentré sur l’identité et la mission de Jésus-Christ, Dieu et homme. Au cours de ce processus, l’importante participation de Marie est devenue évidente au cours du deuxième millénaire, à travers les dévotions, les apparitions et les dogmes. Aujourd’hui, au troisième millénaire, la troisième personne de la trinité terrestre revient rapidement sur le devant de la scène. Il semble que cela soit dû à la désintégration des liens sociaux, dont le fondement est la famille. Il s’agit d’un phénomène mondial.

La mission de Saint-Joseph a été intégrée à mon ministère il y a plusieurs années à l’église Sainte-Marthe d’Enfield, dans le Connecticut.

Tout a commencé le jour où une paroissienne est venue me voir pour me parler de la situation désespérée de sa famille. Elle avait prié devant l’icône de Notre-Dame dans notre église paroissiale. Affolée par le fait que sa fille lycéenne s’est mise dans une situation morale grave, elle a prié :

« Mère, que devons-nous faire pour la foi et la morale de nos enfants ? »

Une pensée lui vint à l’esprit, qu’elle écarta rapidement car elle ne semblait pas en rapport avec sa prière.

Un jour ou deux plus tard, elle revint avec la même demande :

« Que devons-nous faire pour la foi et la moralité de nos jeunes ?« 

Cette fois, l’idée était claire : elle devait demander à son père de faire don de sa statue de saint Joseph à l’église paroissiale. Elle m’a dit qu’il y avait probablement un message de son père sur le répondeur. Oui, il y avait sa voix qui disait qu’il ferait volontiers don de la statue de saint Joseph. La statue a été acceptée avec plaisir et restaurée pour être placée dans un sanctuaire spécial dans l’église.

La signification du don de la statue m’a laissé perplexe jusqu’à ce que je réalise que la Sainte Vierge montrait ainsi que cette réponse à la prière de la mère n’était pas destinée à elle seule, mais à l’Église tout entière. La statue n’était plus une possession personnelle, mais était maintenant disponible pour tous, les invitant et les assurant de l’assistance compatissante de cette puissante patronne de l’Église universelle.

Notre Seigneur a précisé dans Marc 4:21 qu’une lampe allumée n’est pas placée sous un panier mais sur un chandelier pour éclairer tous ceux qui entrent. Ici, Joseph a été sorti de l’obscurité de la maison d’un paroissien et placé dans l’église pour inspirer tous les paroissiens.

Marie et Joseph étaient la mère et le père travaillant ensemble pour leur fils. De même qu’ils étaient unis pour accomplir la volonté de Dieu pendant que Jésus accomplissait son ministère sur terre, de même ils sont unis pour poursuivre parfaitement sa mission sur terre lorsqu’ils sont au ciel.

Cela a été confirmé par une apparition approuvée de Notre-Dame concernant saint Joseph à Larissa Baptista à Manaus, au Brésil, le 20 mars 2015 :

« Je souhaite que votre maison soit connue comme la maison de Joseph, de Jésus et de Marie. Nous sommes une famille, et là où l’un est, les autres sont.« 

Elle lui avait également demandé d’embrasser l’image de saint Joseph. « Je te donne la paix avec mon époux, saint Joseph. Je l’aime et tu dois l’aimer aussi. Et comme je l’honore, tu dois l’honorer. Nous vous bénissons chaque jour.« 

« Soyez-lui dociles, n’ayez pas peur et n’hésitez pas à l’invoquer, il est votre défenseur dans tant de batailles, en particulier au sein de votre famille. Aujourd’hui plus que jamais, les familles doivent se mettre sous la protection de saint Joseph, aujourd’hui plus que jamais les couples doivent l’invoquer dans leur lit conjugal, aujourd’hui plus que jamais les enfants et les jeunes doivent l’avoir comme grand ami« .

De même, le bibliste bienheureux Gabriel Allegra, décédé en 1976, a déclaré :

« À notre époque, la Sainte Vierge nous a aidés à comprendre et à aimer son cher et chaste époux, saint Joseph. Elle nous a parlé du mystère qui l’entoure et de sa grandeur. Elle nous a fait connaître quelque chose de son amour pour saint Joseph, cet homme si aimable qui, pendant des années, a tenu dans ses bras le Verbe fait chair » (St. Joseph Gems, p. 27).

Cette apparition et cette observation érudite semblent confirmer l’interprétation du don de la statue de saint Joseph à l’église.

Il est important de rappeler que ces années ont vu naître l’intérêt pour l’absence de père, identifiée comme « le problème social le plus urgent de notre époque ». Cela était particulièrement évident dans le livre L’Amérique sans père, publié en 1996.

Le pape Benoît XVI (alors qu’il était encore cardinal) l’a résumé dans son livre Le Dieu de Jésus-Christ en déclarant :

« La crise de la paternité que nous vivons aujourd’hui est un aspect fondamental de la crise qui menace l’humanité dans son ensemble« .

Il l’élucide dans le premier volume de son étude Jésus de Nazareth où il analyse le Notre Père :

« Il est vrai, bien sûr, que les hommes et les femmes d’aujourd’hui ont du mal à ressentir immédiatement la grande consolation du mot père, car l’expérience du père est, dans de nombreux cas, soit complètement absente, soit obscurcie par des exemples inadéquats de paternité.« 

Il en va de même pour saint Joseph. On peut vraiment dire que de nombreux catholiques ont du mal à éprouver immédiatement une grande consolation au nom de Joseph, car l’expérience qu’ils en ont a été déformée par les aberrations apocryphes de son image, popularisée par l’art, qui le présente non pas comme un jeune homme vigoureux et virginal, mais comme un vieil homme, un veuf, plus comme un gardien que comme un membre à part entière de la famille.

De nombreux saints et docteurs, tout au long de l’histoire de l’Église, ont rejeté ces distorsions et ont défendu une image plus raisonnable et théologiquement saine de lui. C’est le cas de saint Augustin, né au IVe siècle, et de saint Jérôme, qui a vécu en Terre sainte au IVe siècle. Au début du XVe siècle, lors du concile de Constance, le recteur de l’université de Paris, Jean Gerson, avait élaboré une théologie de saint Joseph, ce qui lui a valu le nom de « père de la joséphologie« .

Ce développement s’est accru au cours des siècles suivants jusqu’à notre époque, qui est influencée, comme l’a indiqué le bienheureux Gabriel Allegra, en grande partie par Marie et vérifiée par ses instructions, telles que celles données à Larissa Baptista.

Ces faits historiques semblent conférer une dimension prophétique au don de la statue de saint Joseph. Il est évident que, de cette manière, l’importance de saint Joseph était dramatiquement impressionnante.

À lire aussi | Les jeunes Coréens divorcent en raison de conflits domestiques

La Vierge prouve la véracité de l’adage « La Mère aura le remède« . Elle désigne saint Joseph comme un remède essentiel pour notre époque. Elle nous dit : « Allez à Joseph » (Genèse 41, 55). Selon saint Claude de la Colombière, cela lui ferait grand plaisir que nous le fassions à cause de « son zèle pour l’honneur de saint Joseph« .

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

Les jeunes Coréens divorcent en raison de conflits domestiques

Les jeunes Coréens divorcent en raison de conflits domestiques

Un rapport américain présente les peuls comme des victimes

Un rapport américain présente les Fulanis comme des victimes