in , , , ,

Un rapport américain présente les Fulanis comme des victimes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les défenseurs des chrétiens persécutés au Nigeria critiquent un nouveau rapport préparé par la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) qui, selon eux, ignore les nombreuses atrocités documentées perpétrées contre les chrétiens par le groupe ethnique Fulani au Nigeria et dépeint plutôt les Fulani comme des victimes persécutées.

Le rapport du 27 avril préparé par l’USCIRF – un organisme fédéral non partisan – affirme que les civils peuls ont fait l’objet d’un « sentiment xénophobe » parce que « les communautés chrétiennes assimilent souvent les musulmans peuls aux salafistes ou aux djihadistes en raison de leur identité musulmane« .

Le rapport poursuit en disant que « les abus ont conduit certains membres des communautés peules à s’armer et à mener des attaques de représailles basées sur l’identité ethnoreligieuse« , avec pour résultat que « les communautés chrétiennes à travers le Nigeria sont menacées par des attaques mortelles de la part d’assaillants vengeurs cherchant à se venger des griefs contre les civils musulmans peuls« .

Les Peuls sont un groupe ethnique qui occupe une grande partie du continent africain, du Sénégal au Soudan. Ils sont nomades et partagent largement une langue, une foi musulmane et une histoire d’élevage de bétail. Des groupes musulmans djihadistes, tels que l’État islamique, province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP), ont revendiqué de nombreuses attaques meurtrières contre les chrétiens du pays. Mais une myriade d’autres attaques attribuées à des bergers peuls contre des chrétiens au Nigeria, en particulier dans le nord du pays, ont été signalées ces dernières années. L’actuel président du Nigeria, Muhammadu Buhari, est d’origine peul, et il est largement prouvé que les Fulanis ont pu mener leurs attaques en toute impunité.

Les défenseurs des chrétiens persécutés ont vivement contesté l’affirmation du rapport de l’USCIRF selon laquelle les nombreuses attaques attribuées aux Fulanis ces dernières années contre les chrétiens du pays sont des actes de représailles.

Sean Nelson, conseiller juridique de l’organisation américaine Alliance Defending Freedom, a déclaré à CNA que le rapport de l’USCIRF « n’explique pas le contexte plus large de la violence motivée par la religion à l’encontre des chrétiens, qui subissent des milliers de morts chaque année en raison de leur foi« .

« Le rapport est inutilement polarisant dans un domaine qui nécessite une grande sensibilité« , a déclaré M. Nelson.

« La communauté internationale de la liberté religieuse bénéficierait d’une explication sur la manière dont le rapport a été produit et approuvé, et l’USCIRF devrait envisager une rétractation. Il est essentiel que la communauté internationale de la liberté religieuse soit en mesure de s’unir pour défendre ceux qui, au Nigéria, ont été si régulièrement et si gravement victimisés« .

Selon M. Nelson, le rapport semble reprocher à la communauté chrétienne la marginalisation des Fulanis tout en ne reconnaissant pas la persécution brutale à laquelle les chrétiens du Nigéria sont confrontés, souvent aux mains des Fulanis.

« Le rapport s’élève à juste titre contre l’utilisation d’un pinceau trop large lorsqu’il s’agit de la communauté musulmane Fulani et du militantisme en son sein, mais il laisse ensuite entendre, avec une fausse équivalence morale et peu de preuves, que la communauté chrétienne au sens large est responsable d’une grande partie de la violence« , a-t-il fait remarquer.

Nina Shea, chercheuse principale et directrice du Centre pour la liberté religieuse à l’Institut Hudson, a demandé à l’USCIRF de préparer et de publier un rapport « donnant l’autre côté« , relatant la persécution des chrétiens nigérians.

Shea a fait remarquer à CNA qu’un nouveau rapport du Kukah Center, un institut de recherche politique basé au Nigeria et fondé par l’évêque Matthew Hassan Kukah du diocèse de Sokoto, contredit l’affirmation de l’USCIRF selon laquelle les attaques des Peuls contre les chrétiens – en particulier dans le centre-nord du pays – sont des représailles et constituent plutôt une forme de terreur visant à déplacer les chrétiens de leurs terres.

Le rapport contient des récits détaillés de témoins oculaires concernant des attaques contre des civils soupçonnées d’avoir été menées par des bergers peuls – dont beaucoup ne portent pas la marque d’attaques de représailles mais semblent plutôt viser à terroriser la communauté chrétienne. Le rapport Kukah note également que depuis le début de l’année 2022, au moins 18 prêtres catholiques ont été enlevés par des bandits peuls armés dans tout le pays, 80 % de ces enlèvements ayant eu lieu dans le nord-ouest du Nigeria.

À lire aussi | Saint Joseph, modèle des ouvriers, qui apporte la paix à tous

L’USCIRF, pour sa part, a publié lundi son rapport annuel, qui comprend la recommandation que le Nigeria soit listé par le Département d’État américain comme un « pays particulièrement préoccupant« , une désignation que l’USCIRF a recommandée pour le Nigeria depuis 2009. Le rapport dénonce « la violence rampante et les atrocités » commises à travers le Nigeria, notamment par des groupes islamistes militants et « des alliances dynamiques d’acteurs insurgés, criminels et vigilants« .

CNA a contacté l’USCIRF pour obtenir des commentaires sur le rapport Fulani d’avril, mais n’a pas reçu de réponse à l’heure où nous mettons sous presse.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Saint Joseph, modèle des ouvriers, qui apporte la paix à tous

Saint Joseph, modèle des ouvriers, qui apporte la paix à tous

Inde : Des prêtres catholiques et la promotion de Marie comme déesse

Inde : Des prêtres catholiques et la promotion de Marie comme déesse