Saint Joseph travailleur et la spiritualité du travail

Saint Joseph travailleur et la spiritualité du travail

Le 1er mai 1955, le pape Pie XII a institué la fête de Saint Joseph travailleur ; le choix de la date n'était pas accidentel, mais tout à fait délibéré : Dans de nombreuses régions d'Europe, le 1er mai ou "fête du travail" était une "fête" des travailleurs inspirée par les communistes.

Le Pape a voulu contrecarrer cette célébration frauduleuse par une célébration qui avait ses racines profondes dans la vie et la dévotion chrétiennes - d'où le recours au père nourricier de Jésus, "le charpentier", dont nous reparlerons dans un instant. Cette année, le 1er mai tombe un dimanche, ce qui empêche la célébration de la fête dans le calendrier de la forme ordinaire ; curieusement, dans le calendrier de la forme extraordinaire, la fête l'emporte même sur un dimanche du temps de Pâques.

En Matthieu 13, 55, le curieux demande si Jésus n'est pas "le fils du charpentier", alors que Marc 6, 3 attribue ce métier à Jésus lui-même. Le mot grec généralement traduit par "charpentier" est tekton, mais il semblerait que "charpentier" soit une acception plutôt réduite car tekton implique un peu plus, plus comme "artisan". Il est intéressant de noter qu'il peut même signifier "poète" ! Quoi qu'il en soit, nous devons savoir que Joseph n'était pas simplement quelqu'un qui clouait ensemble quelques planches de 2 x 4. Il est un peu étrange que si Notre Seigneur a grandi dans la maison d'un charpentier, aucune de ses paraboles ne traite de cette profession - des bergers, des agriculteurs, des vignerons, oui, mais pas des charpentiers.

Tout cela étant dit, en suivant l'exemple du pape Pie, j'ai pensé qu'il pourrait être utile d'envisager une théologie ou une spiritualité du travail.

On affirme souvent que l'une des punitions infligées à nos premiers parents était de devoir travailler, mais ce n'est pas exact. Nous constatons qu'ils travaillaient avant leur chute (voir Gn 2,15). La punition n'est pas que les humains aient à travailler, mais que le travail soit pénible, exigeant, voire insatisfaisant - ils doivent "trimer" (Gn 3,17) et "travailler à la sueur de leur front" (Gn 3,19).

L'Église s'est toujours préoccupée des travailleurs, ce qui explique notamment qu'au Moyen Âge, elle ait créé tant de fêtes appelant au repos du travail. Cette préoccupation a toutefois pris une nouvelle ampleur avec la révolution industrielle des XVIIIe et XIXe siècles, les usines devenant des ateliers de misère et les travailleurs étant traités comme des biens meubles. De grands écrivains comme Charles Dickens et Jonathan Swift ont souligné l'inhumanité de la situation.

Le pape Léon XIII a consacré son encyclique de 1891, Rerum Novarum, à cette question ; on peut dire que ce document a lancé l'Église universelle sur la voie de la doctrine sociale, qui s'est développée depuis lors. En effet, Pie XI a écrit Quadragesimo Anno en 1931 pour commémorer le quarantième anniversaire de l'œuvre de Léon, mais la doctrine sociale catholique a fait un grand bond en avant en 1981 avec Laborem Exercens du pape Jean-Paul II pour le quatre-vingt-dixième anniversaire de Rerum Novarum. Jean-Paul connaissait, par expérience, ce qu'il écrivait puisqu'il avait "peiné" "à la sueur de son front" lorsqu'il était jeune, dans une carrière et une usine.

J'ai parlé d'une "spiritualité" ou d'une "théologie" du travail ; Jean Paul va jusqu'à parler d'un "évangile" du travail. Quelle est la "bonne nouvelle" du travail ? C'est précisément que la personne humaine devient un "co-créateur" avec le Dieu tout-puissant, ce qui lui permet de donner un sens à son travail. De par notre nature même, nous voulons travailler ; nous sommes homo faber (l'homme travailleur). Pensez-y : Nous connaissons tous des personnes qui, à l'âge de 64 ans, nous disent qu'elles ont hâte d'avoir 65 ans pour pouvoir prendre leur retraite. Et deux semaines après leur départ à la retraite, ils deviennent fous et rendent leur conjoint fou parce qu'ils ne savent pas quoi faire d'eux-mêmes.

À lire aussi | La loyauté de Socrate à son pays contre la décadence et la tyrannie

Dans les années 1980, lorsque je travaillais pour la Ligue catholique pour les droits religieux et civils et que je vivais au presbytère de Notre-Dame de Vilna, je prenais chaque jour le train n° 1 de Canal Street à la 79e rue. Avec le temps, j'ai fait la connaissance d'une femme d'âge mûr dont le travail consistait à changer les ampoules dans la gare. Un jour, j'ai demandé : "Thelma, trouvez-vous votre travail ennuyeux ?" Elle m'a répondu : "Père, si je ne changeais pas ces ampoules, vous ne pourriez pas tous vous déplacer dans la ville. Et puis, j'ai l'occasion de rencontrer toutes sortes de gens charmants comme vous." Cette femme connaissait la dignité du travail ; elle avait fait de son travail une vocation. Malheureusement, je suis sûr qu'une machine fait aujourd'hui ce qu'elle faisait avec tant de verve.

Saint Paul a mis en garde les Thessaloniciens : "Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas" (2 Th 3, 10). Paul n'était pas cruel, sans cœur et insensible. Comme Jean Paul, il connaissait lui aussi la valeur du travail dans sa propre vie, lorsqu'il exerçait son métier de fabricant de tentes. Non, il proposait une vision de la dignité humaine qui peut, parfois, nécessiter une "main tendue". En même temps, nous devons mettre en garde contre le développement d'une mentalité de bourreau de travail, en rappelant la maxime de Jean Paul : "le travail est pour l'homme, et non l'homme pour le travail". Ou, en d'autres termes, il faut travailler pour vivre, et non vivre pour travailler. Trop souvent aujourd'hui, nous rencontrons des gens qui sont accaparés par le travail, poussés par un matérialisme incontrôlé, qui se traduit même par le fait d'être trop occupé pour la messe dominicale. Si vous êtes trop occupé pour Dieu, vous êtes trop débordé par votre carrière professionnelle.

Et maintenant quelques corollaires qui découlent de ces réflexions :

  • Les travailleurs ne sont pas des instruments, des robots ou des objets ; ce sont des sujets humains, dignes d'estime, d'abord pour leur humanité, ensuite pour le rôle qu'ils jouent dans l'entreprise globale.
  • L'Église, contrairement à la dialectique marxiste, n'envisage pas la relation entre l'employeur et l'employé comme une relation de lutte des classes ; elle encourage et espère une relation d'appréciation mutuelle.
  • Il est important de connaître la différence entre les principes catholiques de notre enseignement social et leur application concrète. Par exemple, si l'Église appelle à un "salaire juste", car "l'ouvrier mérite son salaire" (1 Tim 5:18), il n'est pas de son ressort de fixer un salaire "minimum" ou même un régime particulier de soins de santé. Pourquoi ? Parce qu'il y a trop de variables : Si un petit employeur devait payer ses cinq travailleurs 20 dollars de l'heure, la solvabilité de son entreprise l'amènerait-elle à réduire les heures de chacun, voire à licencier un ou plusieurs de ses employés ? Si la relation est saine, les détails peuvent être réglés dans l'équité, la compréhension et le respect.
  • Lorsque nous travaillons, nous devrions y mettre tout notre cœur et toute notre âme - pas d'efforts bâclés, être fier de son travail, le faire pour la gloire de Dieu et ainsi faire de son travail une prière. Les artisans médiévaux produisaient des œuvres magnifiques sans se soucier de la reconnaissance publique.
  • Apprécier (et ne jamais dévaloriser) le travail des mères au foyer, dont la contribution à la société ne peut jamais être mesurée en dollars et en cents. "La main qui secoue le berceau est la main qui dirige le monde ".
  • Bien que le pape Léon et tous les papes depuis aient affirmé le droit des travailleurs à se syndiquer et à s'engager dans des négociations collectives, dans de trop nombreux cas (du moins dans ce pays), les syndicats ne représentent plus ceux qu'ils sont censés représenter ; en outre, trop de syndicats ont pris des positions politiques en opposition directe avec la vérité et les valeurs de leurs membres. Je pense ici en particulier aux syndicats d'enseignants.
  • La défense de l'exploitation ou de l'entreprise familiale découle de l'engagement de l'Église envers le principe de subsidiarité et de solidarité. Plus les décisions sont prises loin de la base, moins elles ont tendance à être humaines.

Le pape qui nous a donné "l'Évangile de la vie" résume son "Évangile du travail" par cette belle pensée : "Le travail était l'expression quotidienne de l'amour dans la vie de la Famille de Nazareth" (Redemptoris Custos, n. 22). Quel sentiment exalté !

Et l'Eglise met sur nos lèvres pour ce mémorial la Collecte suivante :

O Dieu, Créateur de toutes choses,
qui a établi pour le genre humain la loi du travail,
accorde-nous la grâce
qu'à l'exemple de saint Joseph et sous son patronage
nous puissions achever les travaux que tu nous as confiés
et que nous obtenions les récompenses que tu nous promets.

Note de fin de texte :

Alors que la fête des mères se profile à l'horizon, considérez cette appréciation du vénérable cardinal József Mindszenty :

" La personne la plus importante sur terre est une mère. Elle ne peut pas revendiquer l'honneur d'avoir construit la cathédrale Notre-Dame. Elle n'en a pas besoin. Elle a construit quelque chose de plus magnifique que n'importe quelle cathédrale - une demeure pour une âme immortelle, la petite perfection du corps de son bébé…. Les anges n'ont pas été bénis par une telle grâce. Ils ne peuvent pas participer au miracle créateur de Dieu qui amène de nouveaux saints au Ciel. Seule une mère humaine peut le faire. Les mères sont plus proches de Dieu le Créateur que toute autre créature ; Dieu s'associe aux mères pour accomplir cet acte de création….Qu'y a-t-il de plus glorieux sur la bonne terre de Dieu que d'être mère ?"

À lire en anglais sur CWR

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *