Saint Maximilien Kolbe a su apporter la lumière dans l'obscurité

L'Église catholique a célébré hier Saint Maximilien Kolbe, prêtre et conventuel franciscain qui a donné sa vie pour sauver un père de famille dans les camps de concentration nazis.

"En temps de guerre, en temps de difficultés comme celle que le monde traverse actuellement et comme ce fut le cas entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, Saint Maximilien Kolbe, avec Notre-Dame, a su apporter la lumière à toutes les âmes et à tous les cœurs", a déclaré sœur Maria Alejandra Longo, de l'association Notre-Dame de la rencontre avec Dieu, de Fatima, au Portugal.

S'adressant à EWTN, la femme consacrée a déclaré que l'époque à laquelle le saint a vécu (1894 - 1941) était très sombre avec la Première et la Seconde Guerre mondiale et c'est pourquoi il a créé une presse dans la "Cité de l'Immaculée", qui était un complexe religieux fondé par lui près de Varsovie, pour atteindre des millions de personnes avec cette dévotion mariale.

La sœur raconte que Saint Maximilien, lorsqu'il se trouvait dans le camp de la mort d'Auschwitz, avait l'habitude d'effectuer les travaux les plus durs.

"Il était le premier à s'offrir, à offrir sa nourriture et, bien sûr, toute l'aide spirituelle aux malades et à ceux qui se trouvaient dans le camp avec les sacrements", a-t-elle déclaré.

Elle a rappelé le sacrifice que le saint a fait en donnant sa vie pour un père de famille, un sergent juif polonais, et l'espoir qu'il a apporté à ses compagnons d'armes qui ont été condamnés avec lui.

"Le garde qui veillait sur eux dans le bunker de la mort nous a raconté qu'à tout moment, on entendait des chants religieux et des prières, parce que Saint Maximilien lui-même veillait à faire monter l'ambiance et à essayer d'emmener tout le monde au paradis en profitant de ce dernier moment avec eux", a-t-il décrit.

Sœur María Alejandra Longo a déclaré qu'"il était le dernier à mourir, comme s'il attendait que les autres meurent aussi pour pouvoir les emmener au paradis. Il a été le dernier à donner son âme à Dieu après une injection létale".

À lire aussi | Les démons voulaient me faire peur, Saint Michel m’a libéré

Parmi les vertus vécues par Saint Maximilien Kolbe, la femme consacrée a parlé de la pratique de la pauvreté, en évitant "toute dépense superflue et donc, comme il le disait, de dépenser, mais pour ce qui est pour la plus grande gloire de Dieu".

Il a encouragé la pratique de la charité, cherchant à "gagner les cœurs à Dieu, à les conduire à Dieu et à venir donner sa vie comme il l'a donnée au bénéfice de ses frères et sœurs les plus nécessiteux".

"Dans son cas, il s'agissait d'un réfugié dans un camp de concentration, mais nous avons aussi beaucoup de personnes parmi nous qui vivent également des moments très difficiles et que nous pouvons aider par notre exemple, notre témoignage et notre charité", a-t-elle conclu.

Cet article a été publié originellement par ACI Digital (Lien de l’article)

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *