in , , ,

Suicide assisté : deux membres de l’Académie Pontificale critiqués

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Suicide assisté : deux membres de l'Académie Pontificale critiqués

Le suicide assisté fait actuellement couler de l’encre dans l’Académie Pontificale pour la vie. Le Cardinal Willem Eijk, médecin et également membre de l’académie, a fermement rejeté ces suggestions, affirmant que le suicide assisté et l’euthanasie portent tous deux « la même responsabilité morale » dans l’exécution d’un meurtre.

Deux membres de l’Académie pontificale pour la vie du Vatican ont été critiqués pour avoir publiquement appelé à soutenir le suicide assisté afin d’empêcher la légalisation de l’euthanasie volontaire en Italie.

Le père jésuite Carlo Casalone, professeur de théologie morale à l’Université pontificale grégorienne, a proposé une telle approche, dont les critiques soulignent qu’elle contredit totalement l’enseignement de l’Église, dans un article publié le 15 janvier dans le périodique jésuite La Civilta Cattolica – une revue dont les articles sont approuvés par la Secrétairerie d’État.

Son point de vue a été soutenu par un autre membre de l’académie, Marie-Jo Thiel, professeur d’éthique à l’Université de Strasbourg, qui a écrit dans le journal français Le Monde du 31 janvier que la suggestion du Père Casalone était un signe d’un changement plus large dans la position de l’Église.

Le père Casalone, médecin qui dirige également la Fondation du cardinal Carlo Martini, a écrit son article avant que la Cour constitutionnelle italienne ne décide d’organiser un référendum sur l’euthanasie dans le pays.

La Cour avait déjà légalisé le suicide assisté dans des conditions très spécifiques et bien définies en 2019, mais cela a conduit à une poussée des militants pro-euthanasie à demander un référendum national sur l’euthanasie volontaire.

Leur campagne a abouti devant la Cour constitutionnelle ce mois-ci, soutenue par une pétition de 1,2 million de signatures de défenseurs de l’euthanasie, dépassant largement les 500 000 nécessaires pour organiser un vote populaire modifiant les lois existantes.

Mais la Cour l’a rejetée le 15 février, déclarant qu’un référendum était « inadmissible » et faisant valoir qu’une modification du droit pénal du pays pour autoriser l’euthanasie volontaire ne garantirait pas « la protection minimale constitutionnellement nécessaire de la vie humaine, en général, et en particulier des personnes faibles et vulnérables« .

À lire aussi | Les signes dont Dieu accrédita la mission de Sainte Jeanne d’Arc

Le suicide médicalement assisté implique qu’une personne atteinte d’une maladie en phase terminale ou d’une affection incurable mette fin à sa vie à sa propre demande en administrant une dose létale de médicaments ; l’euthanasie volontaire permet légalement à un médecin de tuer un patient souffrant d’une maladie incurable et douloureuse ou plongé dans un coma irréversible, avec le consentement du patient.

Le père Casalone a fait valoir dans son article que donner une « évaluation globalement négative » de la législation demandant l’euthanasie volontaire risquerait de « favoriser le référendum » et son objectif de légalisation.

Il a donc suggéré d’invoquer le principe des « lois imparfaites« , selon lequel, dans certains cas, il a été licite pour un politicien catholique de voter en faveur d’une loi qui restreint une loi déjà adoptée et contraire à l’enseignement de l’Église, par exemple en votant pour réduire la période légale d’avortement de 24 à 16 semaines.

Dans ce cas, il a estimé que ce principe pourrait s’appliquer à la promotion du suicide assisté, prétendument un moindre mal, afin d’empêcher le plus grand mal qu’est l’euthanasie volontaire – une suggestion qui a également semblé avoir une certaine sympathie de la part du chancelier de l’Académie pontificale pour la vie, Mgr Renzo Pegoraro.

« Nous sommes dans un contexte spécifique, avec un choix à faire entre deux options, dont aucune – le suicide assisté ou l’euthanasie – ne représente la position catholique« , a déclaré Mgr Pegoraro au journal catholique français Le Croix, ajoutant qu’il pensait qu’une loi était inévitable.

Mgr Pegoraro, qui est également médecin, a déclaré que, des deux possibilités, « le suicide assisté est celui qui limite le plus les abus, car il serait accompagné de quatre conditions strictes : la personne qui demande de l’aide doit être consciente et capable de l’exprimer librement, être atteinte d’une maladie irréversible, éprouver des souffrances insupportables et dépendre d’un traitement de maintien en vie tel qu’un respirateur« .

Mais le cardinal Willem Eijk, également médecin qualifié et membre de l’académie, a fermement rejeté la suggestion et l’argumentation du père Casalone.

Le cardinal-archevêque d’Utrecht, aux Pays-Bas, a fait valoir qu’il n’y a « aucune différence morale significative » entre le suicide médicalement assisté et l’euthanasie volontaire, « ni du côté du patient ni de celui du médecin« , car tous deux portent « la même responsabilité morale » dans l’exécution d’un meurtre.

Le cardinal a déclaré au Register qu’en autorisant le suicide assisté, « on se limite à autoriser également l’euthanasie » et que, par conséquent, l’argument selon lequel en autorisant la législation du suicide assisté, on pourrait empêcher la législation de l’euthanasie « n’a aucun sens.« 

« On ouvrirait simplement et automatiquement la voie à la légalisation de l’euthanasie, car la différence éthique entre les deux n’est pas significative« , a-t-il déclaré.

Le cardinal Eijk a également rejeté l’argument des « lois imparfaites » dans ce cas. Il a souligné que le principe a été soulevé par le Pape Saint Jean-Paul II dans son encyclique Evangelium Vitae dans le contexte de la restriction de l’avortement, mais il a ajouté que « le vote d’une loi par laquelle le suicide médicalement assisté est autorisé n’implique en aucun cas une restriction à la légalisation de l’euthanasie« .

« Au contraire« , a-t-il dit, « la légalisation du suicide médicalement assisté ouvre automatiquement la voie à la légalisation de l’euthanasie comme prochaine étape logique, car il n’existe aucune différence morale significative entre le suicide médicalement assisté et l’euthanasie.« 

Jacopo Coghe, vice-président du groupe pro-vie italien Pro Vita & Famiglia Onlus, a convenu qu' »il n’est pas moral de favoriser des lois sur l’euthanasie ou le suicide assisté. Un point c’est tout« .

Il a ajouté que ceux qui pensent autrement « vont à l’encontre des avertissements répétés du pape François et de la Congrégation pour les laïcs, la famille et la vie. » M. Coghe a également déclaré au Register que l’argument avancé par le père Casalone est une « approche illusoire » qui ne pourra pas « résister à la pression sociale ou à l’intervention judiciaire« , comme on l’a vu avec d’autres législations similaires.

La ligne de conduite correcte, a déclaré M. Coghe, est « toujours d’évangéliser« , de proclamer l’amour de Dieu au monde, « qui donne un sens à la vie et la rend toujours digne. » Il a ajouté que « l’urgence de l’Église » n’est pas de savoir « si ou comment faire passer des lois sur le suicide assisté, mais d’aider des millions de fidèles non informés, trompés et perdus à faire face aux temps qui changent et aux crises auxquelles ils sont confrontés« .

Les déclarations publiques du père Casalone et de Thiel en faveur d’une législation sur le suicide assisté ont « dérangé » d’autres membres de l’académie, a déclaré Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune. Cette organisation porte le nom de Jérôme Lejeune, le président fondateur de l’académie.

Le Méné, qui est également membre de l’Académie, a critiqué ses deux confrères dans un commentaire du quotidien français Le Figaro, déclarant que « c’est une chose que des personnes expriment leur opinion personnelle, c’en est une autre d’utiliser leurs positions pour engager officiellement l’Académie pontificale pour la vie« . De plus, il a déclaré que l’académie ne peut pas soutenir de telles positions contraires au magistère de l’Église.

Il a également fait écho au rejet par le cardinal Eijk de l’application de l’article 73 d’Evangelium Vitae dans ce cas, car il s’agirait, selon lui, de « promulguer délibérément une loi mauvaise pour éviter une autre loi future, qui serait plus mauvaise. »

« La loi qu’elle est censée éviter finira par passer encore plus vite« , a-t-il prévenu. « Rien ni personne n’empêchera de prolonger la transgression initiale, qui invite la médecine à provoquer la mort.« 

Dans des commentaires au Registre, Le Méné a déclaré qu’il n’y a « aucune raison de penser que cet enseignement pourrait être modifié » et que l’interdiction de tuer « est largement antérieure au christianisme ; c’est une question de morale naturelle. » Voter pour une loi immorale, dit-il, « ne peut jamais être le choix d’un chrétien« , et si l’académie devait « tomber dans le piège du moindre mal [cela] lui ferait perdre sa justification.« 

Le Méné a également critiqué Thiel pour avoir déclaré publiquement dans son article qu’elle était membre de l’académie. Les membres de l’Académie sont liés par ses statuts, notamment l’article 5 §5(b), qui stipule que les académiciens doivent « s’engager à promouvoir et à défendre les principes relatifs à la valeur de la vie et à la dignité de la personne humaine, interprétés de manière conforme au magistère de l’Église.« 

Le Méné a déclaré que soutenir une législation en faveur du suicide assisté « est un écart » par rapport à une telle prescription.

Le Méné a déclaré que de tels incidents pourraient être évités s’il y avait une plus grande collaboration entre les académiciens et des décisions prises ensemble sur les œuvres qui sont « dignes d’être publiées et celles qui ne le sont pas.« 

The Register a demandé à l’Académie pontificale pour la vie si elle souhaitait commenter l’apparente violation des statuts de l’académie et si des mesures seraient prises pour empêcher de telles déclarations à l’avenir, mais elle n’a pas répondu.

Dans une déclaration du 18 février, l’académie a « accueilli chaleureusement » la décision de la Cour constitutionnelle du 15 février, affirmant qu’un référendum « aurait ouvert la voie à l’euthanasie« . Elle a également tenu à préciser qu’elle « réitère l’enseignement de l’Église catholique, réaffirme la valeur et le respect de toute vie humaine, s’oppose au suicide, donc également au suicide assisté, comme l’a rappelé à plusieurs reprises le pape.« 

Le Méné a déclaré au Register le 18 février qu’il respectait la décision des juges, ajoutant qu’il ne pensait pas que le tribunal « avait besoin de l’article du père Casalone pour comprendre que le référendum sur l’homicide d’une personne consentante était une folie et qu’il devait être rejeté« .

Mais il a ajouté qu’en l’absence de référendum, le Parlement tentera quand même de légiférer en ce sens, et que l’article du père Casalone « fournit une justification pour qu’il soit adopté.« 

Cet article a été publié à l’origine par le National Catholic Register sur NCR. Il a été réimprimé et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les signes dont Dieu accrédita la mission de Sainte Jeanne d'Arc

Les signes dont Dieu accrédita la mission de Sainte Jeanne d’Arc

Tollé contre le père Terrence qui se prend pour un pasteur protestant

Tollé contre le père Terrence qui se prend pour un pasteur protestant