in , , , ,

Triste parcours d’un « prêtre musulman » converti à l’islam

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Il existe une vieille blague sur les « séances de dialogue » entre catholiques et musulmans : ils se réunissent et conviennent que « le catholicisme et l’islam ont beaucoup en commun, en particulier l’islam ».

J’y ai pensé en lisant la triste histoire du père Hilarion Heagy : un ancien prêtre orthodoxe qui s’est converti au catholicisme oriental, avant de tout abandonner – la prêtrise, le catholicisme, le christianisme – pour l’islam. Sous le nom de Said Abdul Latif, il a commencé à bloguer sur son parcours religieux à l’automne dernier et, il y a quelques jours, il a « rendu publique » son apostasie.

Les commentaires de son blog me semblent emblématiques de ce qui peut arriver lorsque nous nous attachons trop au concept de « djihad œcuménique » : l’idée que les simples désaccords sectaires ou même interreligieux n’ont qu’une importance secondaire par rapport à la nécessité pour les croyants religieux de s’unir et de combattre le sécularisme. Ou, comme le dit Latif en citant une source musulmane sur son blog :

« Il est même rapporté dans les traditions authentiques du Prophète qu’à la fin des temps, les chrétiens vraiment pieux s’uniront aux gens du Coran et combattront leur ennemi commun, l’irréligion« .

L’islam n’ayant pas de véritable révélation propre, il est obligé de s’approprier les révélations juives et chrétiennes authentiques et de les déformer pour les adapter à ses objectifs. Puis il se retourne et prétend que la Bible et les Évangiles sont en fait les perversions de l’authentique révélation musulmane sur l’histoire du salut et le ministère de Jésus (dont les archives, selon les musulmans, sont perdues).

C’est pourquoi il est si important que les apologistes musulmans (et leurs compagnons de route chrétiens) insistent sur le fait qu’il y a en réalité très peu de différences entre les deux religions. Si de bons chrétiens (comme le père Heagy) sont à deux doigts d’être de bons musulmans, cela valide les prétentions de l’islam.

Un exemple concret : un courriel récent que nous avons reçu à Catholic Answers de la part d’un musulman, nous exhortant à comprendre que les musulmans « acceptent TOUS les prophètes auxquels les chrétiens croient également … croient que Jésus-Christ est le Messie, révèrent et honorent la Sainte Vierge Marie, et croient en la Bible« .

Comme vous pouvez le lire dans notre livre « Not Peace But a Sword« , faire cause commune est une bonne chose, mais cela ne doit pas nous amener à minimiser les différences réelles et importantes entre l’islam et le christianisme.

Une telle minimisation peut conduire à l’indifférentisme, qui nous éloigne de la foi. Et il existe de réelles limites pragmatiques au succès de notre coopération dans la lutte contre le sécularisme et la culture de la mort, en raison des principes différents sur lesquels les chrétiens et les musulmans fondent leur soutien au mariage traditionnel, à la vie humaine à naître, à la liberté religieuse, etc.

Le prêtre anciennement connu sous le nom de Hilarion Heagy fait allusion à une différence théologique clé comme l’une de ses motivations, en citant l’affirmation d’un mystique musulman sur la nature de Dieu :

« Personne ne peut le connaître, seul lui peut se connaître lui-même. Il se voit lui-même, il se conçoit lui-même, il se connaît lui-même. Personne d’autre que Lui ne peut Le voir. Personne d’autre que lui ne peut le connaître. Ce qui le cache, c’est son unicité. Personne d’autre que Lui ne peut Le cacher. Le voile qui le cache est son propre être.« 

Cette inconnaissabilité, cette transcendance radicale qui rend impossible une véritable communion humaine avec le divin, est une caractéristique essentielle de la théologie islamique qui l’éloigne du christianisme non pas d’une marge, mais d’un gouffre. Ce à quoi G.K. Chesterton répond, avec plus d’éloquence je pense :

« La religion occidentale a toujours ressenti avec acuité l’idée qu’il n’est pas bon pour l’homme d’être seul. L’instinct social s’est affirmé partout, comme lorsque l’idée orientale des ermites a été pratiquement chassée par l’idée occidentale des moines.

À lire aussi | La controverse entre deux Pères dominicains

Ainsi, même l’ascétisme devint fraternel ; et les trappistes étaient sociables même lorsqu’ils étaient silencieux. Si cet amour d’une complexité vivante est notre test, il est certainement plus sain d’avoir une religion trinitaire qu’une religion unitaire.

Car pour nous, Trinitaires (si je peux le dire avec révérence), Dieu lui-même est une société. . . . [Cette triple énigme est aussi réconfortante que le vin et aussi ouverte qu’un feu de cheminée anglais ; cette chose qui déconcerte l’intellect apaise totalement le cœur ; mais du désert, des lieux arides et des soleils terribles, viennent les enfants cruels du Dieu solitaire ; les vrais Unitariens qui, cimeterre à la main, ont dévasté le monde. Car il n’est pas bon que Dieu soit seul.« 

Cet article a été publié originellement par Catholic Answers (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire