in , , , ,

Troisième dimanche de Carême – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Troisième dimanche de Carême – homélie du Père Warren
Troisième dimanche de Carême – homélie du Père Warren

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce troisième dimanche de Carême ; Dans le spectacle de Broadway « Les Misérables », Fantine chante une chanson triste… c’est une complainte pour sa jeunesse perdue, sa beauté perdue et son innocence perdue.

J’ai rêvé que la vie serait si différente de l’enfer que je vis. Si différente de ce qu’elle semblait être maintenant, la vie a tué le rêve que j’avais fait. Qu’est-ce qui provoque un tel désespoir ? Avez-vous déjà ressenti cela ? Les paroles de cette chanson vous décriraient-elles ? Je pense qu’elles décriraient la femme de notre évangile d’aujourd’hui.

Je pense qu’elle pourrait facilement chanter cette chanson. Notre évangile d’aujourd’hui est plein de choses étranges et merveilleuses. Tout d’abord, Jésus agit de manière très étrange. Regardez où il se rend, à Sichem, une ville samaritaine. C’est comme si un rabbin des temps modernes se rendait à Gaza (Palestine).

Les Samaritains et les Juifs se tenaient à l’écart les uns des autres. Jésus s’arrête à un puits et renvoie ses disciples. Il semblerait qu’il mette tout en place. Une femme seule vient puiser de l’eau, une femme dont nous ne connaissons pas le nom. En la voyant venir seule à midi au puits, nous apprenons tout ce qu’il faut savoir sur elle.

D’abord, elle est seule et il est midi. Les femmes allaient toujours au puits en groupe. Il n’était pas courant qu’une femme soit seule. Deuxièmement, elles y allaient toujours tôt le matin, ou le soir, jamais à midi, le soleil était trop chaud. Nous pouvons donc dire que cette femme est une paria.

La femme respectable de la ville ne voudrait pas être vue avec elle. Jésus demande à boire à la femme, ce qui constitue une infraction à la loi. Il n’était pas acceptable qu’un homme parle seul à une femme. Il devenait également rituellement impur en buvant dans sa coupe.

La femme elle-même demande comment un Juif peut demander de l’eau à un Samaritain. Jésus répond :

« Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : donne-moi à boire, tu lui aurais demandé et il t’aurait donné de l’eau vive.« 

L’histoire de l’eau vive est un drame sur la foi. Nous voyons comment un individu et une communauté en viennent à croire au Christ. Comme toujours, le Seigneur prend l’initiative. Il parle et une femme commence à boire de l’eau vive. Sans le savoir, les pièces de sa vie commencent à s’emboîter. Elle sait seulement que le Messie vient et Jésus lui dit. Moi qui te parle, je suis Lui. C’est moi qui te parle, c’est lui, il utilise même le titre de divinité… je suis. Ne sachant toujours pas qui est Jésus, la femme se précipite du puits vers la ville en criant, essoufflée, à tous ceux qu’elle rencontre de venir voir un homme qui lui a dit tout cela.

Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait, est-ce que c’est le Christ ? Pas de certitude, mais un soupçon d’espoir, est-ce que cela peut être le Christ ? Et le drame de la croyance prend de l’ampleur, quelqu’un qui sait tout ce que cette femme très mariée n’a jamais fait, il faut qu’ils le voient.

Ils se précipitent pour voir le Prodige de leurs propres yeux. Une fois qu’ils l’ont vu, ils lui demandent de rester deux jours. Beaucoup de Samaritains ont déjà cru en lui sur le témoignage de la femme. Beaucoup d’autres croient à cause de sa parole. Ils disent :

« Nous l’avons entendu de nos propres oreilles et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde. »

Que nous dit cette belle histoire ? Vous vient-il à l’esprit que ce ne sont pas seulement les Samaritains qui doivent reconnaître Jésus et lui demander de l’eau vive ? Chaque homme et chaque femme doit le faire, vous et moi. Oh oui, vous l’avez déjà goûtée. Sinon, vous ne seriez pas ici.

Vous avez été touché par la parole de Dieu et le Saint-Esprit vit en vous. Tant de choses réclament notre attention. Le sport, la santé, le travail, tout est bon en soi. Mais si souvent, le Christ passe au second plan. Nous ne pensons à lui que le dimanche ou en période de crise.

D’une manière ou d’une autre, le Christ qui a envoûté la femme au puits doit nous saisir, nous exciter. Ce n’est pas une question de connaissances académiques. Vous devez le connaître, mais le connaître vraiment comme vous connaissez votre ami le plus proche. La Samaritaine n’a pas caché son eau vive. Comme une bouteille de Perrier dans le réfrigérateur. Elle a laissé sa jarre d’eau et est retournée en ville.

Elle a attrapé tout le monde et a dit :

« Venez et voyez« .

Cet homme étonnant pourrait-il être celui que nous attendions ? Elle est devenue apôtre, elle a apporté le message de Jésus aux gens. Elle savait qu’elle partageait avec eux sa propre expérience de Lui. Elle les a encouragés à aller voir par eux-mêmes. Ils y sont allés, ils l’ont ramené avec eux, ils ont passé deux jours en sa compagnie.

Ils ont entendu la parole de ses lèvres et beaucoup ont cru à cause d’elle. Cette femme déchue est devenue apôtre parce qu’elle a passé du temps avec le Seigneur. Et toutes les pièces de sa vie se sont assemblées. Je soupçonne que ce qui a poussé les Samaritains à se précipiter au puits n’était pas simplement la confession de la femme – Il m’a dit tout ce que j’ai fait – mais le fait qu’elle avait changé, qu’il lui était arrivé quelque chose.

C’est le fait qu’elle avait changé, que quelque chose lui était arrivé. Cette femme aux cinq maris avait toute l’excitation. Tout l’éclat de quelqu’un qui est tombé amoureux pour la première fois. Mes amis, lorsque vous demandez de l’eau vive, vous prenez un grand risque. Vous demandez à Dieu de vous changer, de vous transformer à l’image de son fils, le Christ.

Pour vous réorienter demain sur des routes que vous ne pouvez pas tracer, ni même contrôler. Le risque est grand, car cela signifie que nous commençons à changer. Mais nous pourrions avoir l’impression d’être dépassés.

À lire aussi | 12 Citations de saints sur l’amitié – Trouvez-vous un ami saint

Dans l’un des romans de Graham Green, il y a un dialogue entre un professeur américain et un moine trappiste. Le professeur demande au moine :

« Mon père, pourquoi êtes-vous devenu trappiste ? La vie est si dure, il y a tant de façons plus faciles de suivre le Seigneur. »

Le moine répond :

« Je pense que vous savez, professeur, que lorsque l’on doit sauter, il est tellement plus sûr de le faire. Il est tellement plus sûr de sauter en eau profonde, tellement plus sûr de sauter en eau profonde.« 

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

12 Citations de saints sur l'amitié - Trouvez-vous un ami saint

12 Citations de saints sur l’amitié – Trouvez-vous un ami saint

Le Vatican juge trois militants écolos et "défenseurs" du climat

Le Vatican juge trois militants écolos et « défenseurs » du climat