Trouver le pardon par l'expérience de la miséricorde - 24ᵉ dimanche de l'année

L'Évangile de ce dimanche nous entraîne dans un domaine remarquablement sensible de la foi, celui du pardon aux autres qui nous ont fait du mal. Nombreux sont ceux qui ont été sincèrement blessés et d'autres qui craignent qu'en offrant leur pardon, ils ne deviennent vulnérables à d'autres préjudices.

Le pardon est un appel très personnel ; dans certains cas, il peut s'agir de la chose la plus difficile que l'on nous demande de faire.

J'ai intitulé cette homélie avec soin ; si nous lisons attentivement la parabole, nous comprendrons que la miséricorde et le pardon ne sont pas des choses que nous faisons à partir de notre propre chair. Ce sont plutôt des capacités que nous devons trouver en nous-mêmes. Lorsque nous prenons conscience de l'incroyable miséricorde de Dieu à notre égard, notre cœur s'émeut. Soudain, nous ne haïssons plus personne et le pardon jaillit de nos cœurs brisés et humiliés. C'est un don que le Seigneur nous offre.

Regardons cet Évangile en quatre mouvements.

I. LA PRÉSENTATION DU PROBLÈME

Le texte dit que Pierre s'approcha de Jésus et lui demanda : "Seigneur, si mon frère pèche contre moi, combien de fois dois-je pardonner ? Jusqu'à sept fois ?" Jésus lui répondit : "Je te le dis, non pas sept fois, mais soixante-dix-sept fois."

La question de Pierre semble présupposer qu'il doit y avoir une limite au pardon, qu'il n'est pas réaliste d'attendre des êtres humains qu'ils pardonnent sans limite. Beaucoup seraient probablement d'accord avec Pierre et ne proposeraient peut-être même pas d'être aussi généreux que de pardonner sept fois. Jésus répond en s'exprimant d'une manière juive, disant à Pierre que nous ne pouvons pas fixer de limites à la miséricorde ou au pardon, mais que nous devons pardonner sans limite.

Cela soulève bien sûr de nombreuses questions. Certains aiment utiliser des exemples extrêmes pour montrer qu'ils pensent qu'un tel principe est absurde ou impraticable : Voulez-vous dire qu'une femme devrait accueillir à nouveau son mari qui la maltraite physiquement tant qu'il s'excuse ? Une entreprise devrait-elle accueillir à nouveau un détourneur de fonds et lui confier la responsabilité de la caisse enregistreuse pour autant qu'il dise qu'il est désolé ? Dois-je laisser mon oncle alcoolique rester avec nous et perturber mes enfants tant qu'il s'excuse et jure qu'il ne recommencera pas ?

D'une certaine manière, ces questions impliquent que le pardon doit être entièrement assimilé au fait de prétendre que quelque chose ne s'est jamais produit, ou qu'il m'oblige à maintenir une relation inchangée et à laisser "le passé être le passé". Nous ne sommes pas toujours en mesure de vivre en paix et d'avoir des limites détendues avec des personnes qui se sont montrées indignes de confiance de manière cohérente ou fondamentale. Le pardon ne nous oblige pas à prendre des risques déraisonnables pour nous-mêmes ou pour les autres, ni à faire courir au pécheur le risque d'une nouvelle chute.

Mais même si nous devons ériger les limites nécessaires et appropriées avec ceux qui ont péché contre nous, nous sommes toujours appelés à leur pardonner. Que signifie le pardon dans de telles situations ?

En fait, le pardon consiste à abandonner le besoin de changer le passé. Pardonner ne signifie pas nécessairement revenir au statu quo ante, mais cela signifie abandonner les ressentiments, l'amertume, la haine, les désirs de vengeance et le besoin de s'en prendre à quelqu'un pour ce qu'il a fait ou n'a pas fait. Pardonner signifie déposer le boulet de la haine et de la colère que nous traînons si souvent. Cela signifie apprendre à aimer ceux qui nous ont fait du mal et comprendre les luttes qui ont pu contribuer à leur comportement néfaste. Pardonner peut même signifier se réjouir de la santé et du bien-être de ceux qui nous ont fait du mal et prier pour qu'ils continuent à se sentir bien. En fin de compte, le pardon est libérateur ; un poids écrasant est enlevé lorsque nous recevons ce don de Dieu.

Comment devons-nous recevoir ce don ? Le Seigneur nous donne un aperçu important à saisir dans les versets suivants.

II. LA PAUVRETÉ PROFONDE

Le texte dit : "C'est pourquoi le royaume des cieux peut être comparé à un roi qui décida de faire ses comptes avec ses serviteurs. Lorsqu'il commença à faire les comptes, on lui amena un débiteur qui lui devait une somme énorme. Comme il n'avait aucun moyen de rembourser, son maître ordonna qu'il soit vendu, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en paiement de la dette. Le serviteur se prosterna, lui rendit hommage et lui dit : Prends patience envers moi, et je te rembourserai intégralement."

La parabole du Seigneur commence par la description d'un homme qui doit une somme énorme. Le texte grec dit qu'il devait dix mille talents (μυρίων ταλάντων). Les spécialistes des Écritures aiment débattre du montant exact de cette dette en monnaie moderne, mais pour ce qui nous concerne, c'est une façon juive de dire que cet homme doit beaucoup d'argent et qu'il ne suffira pas de faire quelques heures supplémentaires ou d'accepter un emploi à temps partiel. Il s'agit d'une dette qui dépasse complètement ses capacités de paiement. La situation est désespérée ; l'homme est si profondément pauvre qu'il est totalement incapable de faire une croix sur ce qu'il doit.

Cet homme, c'est chacun d'entre nous ; c'est notre situation devant Dieu. Nous avons une dette de péché si élevée et si lourde que nous ne pouvons jamais espérer nous en débarrasser par nous-mêmes. Peu importe le nombre de pompes spirituelles que nous faisons, le nombre de neuvaines, de chapelets et de rosaires que nous disons, le nombre de fois où nous allons à la messe, le nombre de pèlerinages que nous entreprenons, le nombre de dons que nous faisons aux pauvres. Nous ne pouvons même pas faire une entaille perceptible à ce que nous devons.

Aujourd'hui, les gens aiment prendre le péché à la légère, en disant des choses aussi insensées que "Je suis fondamentalement une bonne personne" ou "Au moins, je ne suis pas aussi mauvaise que cette prostituée là-bas". Vous avez donc 500 euros en poche et elle n'en a que 50. Ce n'est pas grave : la dette s'élève à trois mille milliards d'euros. Aucun d'entre nous n'est en mesure de la rembourser. Si le Christ ne paie pas la différence, nous sommes finis, en prison, en enfer. Nous avons tous commis l'offense infinie de dire non à un Dieu infiniment saint. Vous et moi n'avons tout simplement pas les moyens de rembourser la dette.

Vous pensez peut-être que j'insiste sur ce point, mais il faut vraiment que nous nous mettions bien ça dans le crâne. Sans le Christ, nous sommes dans le pétrin. Plus nous pouvons saisir notre profonde pauvreté et comprendre que sans Jésus, l'enfer est notre destination, plus nous pouvons apprécier le don de ce qu'il a fait pour nous. Laissez-vous pénétrer par cette idée : Nous avons de gros problèmes ; notre situation est grave. Une vieille chanson dit : "Dans ces moments-là, on a besoin d'un sauveur".

III. LA PAUVRETÉ QUI EST PERSONNELLE

Le texte dit : "Touché de compassion, le maître de ce serviteur le renvoya et lui remit le prêt."

Regardez ! Ne manquez pas cela ! Toute la dette est payée. Une miséricorde totale et spectaculaire ! Remarquez à quel point la miséricorde est personnelle. Le texte utilise des intensificateurs : le maître de ce serviteur l'a laissé partir et lui a remis le prêt. Cet homme, c'est vous. Dieu a fait cela pour vous.

Si nous ne comprenons pas ce point, rien d'autre n'a de sens. Nous devons nous laisser convaincre par ce que Dieu a fait pour nous. Si nous le faisons, cela nous permettra de faire preuve de miséricorde.

Un jour, nous comprendrons enfin que le Fils de Dieu est mort pour nous. À ce moment-là, nos cœurs de pierre se briseront et l'amour affluera. Le cœur brisé et humilié, nous aurons du mal à haïr qui que ce soit. Dans notre gratitude, nous pardonnerons volontiers à ceux qui nous ont blessés, même à ceux qui nous haïssent encore. Avec le nouveau cœur que le Seigneur peut nous donner, nous pardonnerons volontiers, joyeusement et constamment par gratitude et humilité.

Mais nous devons comprendre cela. Nous devons connaître notre pauvreté et reconnaître notre incapacité à nous sauver nous-mêmes. Ensuite, nous devons savoir et expérimenter que Jésus a tout payé, qu'il nous a sauvés entièrement et gratuitement. Si nous comprenons cela, nous pardonnerons et nous aimerons les autres.

Si nous ne comprenons pas cela et si nous refusons de laisser le Saint-Esprit nous offrir ce don, il se passera des choses horribles.

IV. LA PITILERIE PERILLEUSE

Le texte relate ensuite une histoire tragique :

" Lorsque ce serviteur fut parti, il trouva un de ses compagnons de service qui lui devait une somme bien moindre. Il saisit l'un de ses compagnons de service et se mit à l'étrangler en lui disant :

"Rends-lui ce que tu lui dois".

Tombant à genoux, son compagnon de service le supplia :

"Sois patient avec moi, et je te rembourserai".

Mais il refusa.

Au contraire, il le mit en prison jusqu'à ce qu'il ait remboursé sa dette. Lorsque ses compagnons de service virent ce qui s'était passé, ils furent très troublés et allèrent trouver leur maître pour lui rapporter toute l'affaire. Son maître l'appela et lui dit :

"Méchant serviteur ! Je t'ai remis toute ta dette parce que tu m'en as prié. N'aurais-tu pas dû avoir pitié de ton compagnon de service, comme j'ai eu pitié de toi ? Alors, dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu'à ce qu'il ait remboursé toute la dette. Il en sera de même pour mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. "

Apparemment, ce mauvais serviteur n'est jamais entré en contact avec sa véritable pauvreté et a refusé de faire l'expérience du don qu'il avait lui-même reçu. Par conséquent, son cœur est resté intact, il est resté dur, il est resté de pierre. N'ayant pas connu la miséricorde (bien que la miséricorde lui ait été accordée), il était volontairement mal équipé pour faire preuve de miséricorde à l'égard des autres. Ignorant cruellement le don incroyable qui lui avait été fait, il est resté inchangé. En agissant et en étant ainsi, il n'était pas apte à entrer dans le Royaume de Dieu, qui ne peut être atteint qu'en recevant avec joie la miséricorde.

Pourtant, de nombreux chrétiens sont comme cela. Ils traversent leur vie en ignorant et en ne reconnaissant pas leur besoin de miséricorde, ni même le fait qu'une incroyable miséricorde leur a été accordée. Inconscients, ils sont ingrats. Ingrats, leur cœur n'est pas brisé ; aucune lumière ni aucun amour n'a pu y pénétrer. Blessés par les autres, ils réagissent en blessant à leur tour, en gardant rancune ou en devenant arrogants et méchants.

Ils manquent de compassion ou de compréhension pour les autres et se considèrent supérieurs à ceux qu'ils considèrent comme de pires pécheurs qu'eux. Ils pensent que le pardon est soit un signe de faiblesse, soit quelque chose que seules les personnes stupides offrent. Ils ne se mettent pas en colère, ils se vengent.

Tout commence avec une personne qui ne comprend pas la gravité de sa condition ou la profondeur de sa pauvreté. Vous dites :

"Je suis riche, j'ai acquis des richesses et je n'ai besoin de rien".

Mais vous ne vous rendez pas compte que vous êtes malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu (Ap 3,17).

Refusant de voir leur pauvreté, ils n'apprécient pas leur don, et c'est ainsi que s'enclenche le terrible cycle.

L'Écriture nous avertit en de nombreux endroits de notre besoin d'expérimenter et de faire preuve de miséricorde :

Si vous pardonnez aux hommes leurs péchés, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs péchés, votre Père ne vous pardonnera pas non plus les vôtres (Mt 6,14).

Heureux les miséricordieux, car on leur fera miséricorde (Mt 5:7).

Car, de la même manière que vous jugez les autres, vous serez jugés, et c'est avec la mesure dont vous vous servez qu'on vous mesurera (Mt 7:2).

Ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. (Luc 6:37).

C'est ainsi que mon Père céleste traitera chacun de vous si vous ne pardonnez pas à votre frère du fond du cœur (Mt 18:35).

Car un jugement sans miséricorde sera prononcé à l'encontre de celui qui n'aura pas été miséricordieux. Mais la miséricorde triomphe du jugement ! (Jacques 2:13)

Les vengeurs subiront la vengeance du Seigneur, car il se souvient en détail de leur péché. Pardonnez l'injustice de votre voisin, et lorsque vous prierez, vos propres péchés seront pardonnés. Peut-on nourrir la colère contre autrui et attendre du Seigneur la guérison ? Quelqu'un peut-il refuser la miséricorde à un autre comme lui et demander ensuite le pardon de ses propres péchés ? Souvenez-vous de vos derniers jours, mettez de côté l'inimitié. Souvenez-vous de la mort et cessez de pécher. Pensez aux commandements, ne haïssez pas votre prochain, souvenez-vous de l'alliance du Très-Haut et ignorez les fautes (Siracide 27:30).

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais j'aurai besoin de beaucoup de miséricorde au jour du jugement. Dans des textes comme celui-ci, le Seigneur enseigne que nous pouvons avoir une influence sur la norme de jugement qu'il utilisera. Veux-tu trouver la miséricorde ? Alors recevez-la maintenant de sa part et montrez-la aux autres. Sinon, tu seras jugé avec une stricte justice. Je vous promets que vous ne voulez pas cela ! Si la justice stricte est la mesure, nous irons sûrement en enfer. Nous avons trop de dettes pour penser que nous pouvons nous en sortir sans miséricorde.

À lire aussi | Archiviste du Vatican : un SS aurait tenté d'assassiner Pie XII

C'est un Évangile difficile, mais libérateur. Certains d'entre nous ont certainement du mal à pardonner. Certains ont été profondément blessés. En fin de compte, le pardon est un don que nous devons recevoir de Dieu. C'est une œuvre de Dieu en nous. Nous devons le demander. Même si nous nous sentons blessés, nous devons rechercher ce don ; il nous bénira et nous préparera à recevoir plus de miséricorde.

Écoutez attentivement les avertissements. Si nous nous accrochons à notre colère et refusons le don libérateur du pardon, nous devenons inaptes au royaume des cieux. Quelle que soit la profondeur de nos blessures, nous ne pouvons pas justifier notre colère et notre refus de pardonner. Dieu a été trop bon pour nous. Si nous en prenons conscience, nos cœurs se briseront de joie et seront remplis d'amour ; et le pardon viendra sûrement avec un cœur nouveau.

Ce chant dit :

"Ta grâce et ta miséricorde m'ont permis de m'en sortir, c'est grâce à toi que je vis ce moment. Je veux te remercier et te louer aussi, ta grâce et ta miséricorde m'ont permis de m'en sortir."

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Mgr Charles Pope – ADW (Lien de l’article).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *