Un Évêque exige la soumission d'un Prêtre sédévacantiste

Après des fausses accusations, des désobéissances, le Prêtre sédévacantiste s'est vu adresser une dernière lettre par son supérieur, l'Archevêque de Częstochowa (Pologne) afin que le prêtre revienne à l'unité de l'Église et à la soumission légitime du Saint Saint-Père.

Cette lettre est donc une réponse à la vidéo YouTube du Père Daniel Galus.

Révérend Prêtre,

À partir de novembre 2020, suite aux décisions que j'ai prises à ce moment-là, c'est avec douleur et une sincère tristesse que je considère votre conduite. Ma décision de m'absenter du ministère et de prendre le temps nécessaire pour réfléchir à votre propre ministère et à votre attitude a été motivée uniquement par votre bien et celui du groupe de fidèles que vous avez réuni autour de vous.

Le Saint-Siège a examiné le recours que vous avez déposé, confirmant la justesse de mes décisions et les renforçant même. Depuis lors, votre désobéissance - non seulement à mon égard, mais maintenant aussi à l'égard du Saint-Père - a été à l'origine d'autres décisions, dont l'imposition de la peine de suspension.

Ces deux dernières années, il y a eu beaucoup de fausses informations dans vos déclarations. J'aimerais croire qu'elles ne sont que le résultat de la répétition non critique de rumeurs ou de calomnies, mais on devrait probablement exiger d'un prêtre qu'il prenne soin, lorsqu'il prêche - surtout pendant la liturgie - de ne pas propager des informations non vérifiées.

Dans vos déclarations, il y avait également des accusations très graves contre moi et mes collaborateurs. Vous m'accusez d'appartenir à la franc-maçonnerie ou du moins d'agir sur son ordre, ainsi que de la prétendue intention de détruire la "Communauté de la 'Charité et de la Miséricorde de Jésus'", de falsifier même les écrits du Saint-Siège ou du Nonce, mais surtout, vous m'avez accusé de couvrir des crimes, notamment la pédophilie ou l'homosexualité parmi le clergé de l'archidiocèse de Częstochowa.

Une fois de plus, je vous lance un appel : si vous avez connaissance de crimes ou de négligences prétendument commis par moi, mes collaborateurs ou d'autres prêtres de l'archidiocèse de Częstochowa, vous devez immédiatement en informer les autorités policières compétentes de l'État polonais et du Saint-Siège, en présentant des preuves confirmant ces accusations.

Et si les accusations sont fausses, j'attends de leur part une rétractation publique et des excuses aux personnes qui ont été insultées par ces accusations. Cela est exigé non seulement par la justice humaine, mais surtout par ce qui est contenu dans le huitième commandement du Décalogue.

Rêves du pouvoir du Père Galus - l'"ermite" de Czatachów

Je ne peux pas non plus comprendre l'interprétation tordue de l'obéissance que vous avez commencé à proclamer après des décisions successives de ma part et de celle du Saint-Siège. Vous savez parfaitement que le décret de la Congrégation pour le clergé soulève également cette question et montre la fausseté de votre raisonnement et l'absence de fondement de vos arguments.

Je ne peux pas non plus accepter l'argument que vous soulevez, selon lequel la raison des sanctions et des décisions ultérieures est l'opposition à la vaccination, les restrictions sanitaires pendant une pandémie ou le déni de son existence.

Je laisse de côté l'irresponsabilité de ces déclarations, mais vous savez très bien que l'attitude de désobéissance envers moi, votre supérieur, a commencé bien plus tôt : dans la résistance contre la décision de retirer les femmes ministres de la zone du soi-disant "Hermitage", dans l'établissement de fondations ultérieures sans mon consentement, dans la construction de la soi-disant "Maison de Marie" à mon insu, dans le manque de coopération dans la réglementation du statut de la "Communauté de l'Amour et de la Miséricorde de Jésus", dans les situations liées à la présence à la Colline Apropos. Il est donc faux de dire que mes actions et les sanctions mentionnées sont dues aux déclarations de pandémie mentionnées. Cela aussi exige une rétractation et une correction.

Profondément alarmants sont également les faits récents, tels que le ministère et la résidence (sans mon consentement) dans les bâtiments sur le territoire du soi-disant "Hermitage" du Père Grzegorz Durbas et son "exemption" de la suspension imposée par son Ordinaire, la coopération avec le Père Łukasz Prausa SAC, également suspendue.

De même, le prêtre, à qui il est interdit d'exercer des fonctions sacerdotales en raison de la peine de suspension, administre les sacrements et les sacramentaux, niant les peines elles-mêmes et trompant les fidèles sur le fait qu'en se prévalant des sacrements administrés par le prêtre, ils ne reçoivent pas la grâce et commettent un péché grave.

Ne pas mentionner le nom du Saint-Père et de l'évêque du lieu dans la liturgie (même celle qui est méchamment célébrée) constitue un acte de rupture flagrante de l'unité avec l'Église. L'argumentation que vous donnez heurte le bon sens et est plutôt une moquerie, et le fait même devrait être jugé comme une déclaration de schisme.

Toutes mes actions ont été prises conformément à la loi en vigueur et sont légales et appropriées. Exerçant votre droit, vous avez déposé un recours contre ma décision de diriger un temps de réflexion et de pénitence. La décision a été jugée légale.

Vous connaissez d'ailleurs le contenu du vaste décret de la Congrégation pour le Clergé, dont vous avez publiquement nié l'authenticité, confirmée par le Nonce Apostolique en Pologne. Vous n'avez pas fait appel des décisions ultérieures, nous devons donc supposer que vous avez reconnu leur validité.

J'ai moi-même demandé à la Congrégation et au Dicastère pour le Clergé d'évaluer mes actions, en envoyant une vaste documentation et des copies de dossiers. Mes actions ont été considérées comme légitimes et légales. Avant tout, elles étaient prises après réflexion devant Dieu et par souci de l'âme du prêtre.

La conduite du Père Galus risque de tomber dans l'excommunication - position de l'Archidiocèse
Compte tenu de ce qui précède, mais surtout en ayant à l'esprit uniquement Dieu lui-même et le souci de votre salut et du bien de l'Église du Christ, je vous invite à faire amende honorable, à annuler les fausses déclarations, à vous conformer aux décisions émises par moi et par le Saint-Siège, à abandonner la voie pernicieuse et erronée de la désobéissance, avec laquelle vous vous conduisez et conduisez les fidèles hors de la communauté de l'Église, vous exposant à la perdition éternelle.

Au nom de Dieu, je vous appelle à la repentance !

Compte tenu de ce qui précède, j'espère que dans une semaine à compter de la date de réception de la présente lettre :

Publiquement (en utilisant les canaux de communication par lesquels votre enseignement est rendu disponible) et par écrit (dans une lettre signée et envoyée à moi par vous-même), vous révoquerez tous les enseignements incompatibles avec l'enseignement de l'Église, vous reconnaîtrez l'autorité du Saint Père François et de moi-même (ainsi que de nos successeurs légaux à la fonction d'évêque de Rome et d'évêque de Czestochowa), se soumettront dans l'obéissance au Pape et à votre Ordinaire, acceptera toutes les décisions prises jusqu'à présent et reconnaîtra leur légalité, annulera les fausses accusations portées contre moi, mes collaborateurs et le clergé de l'archidiocèse de Czestochowa, et présentera ses excuses aux personnes insultées par ces accusations mensongères.

Comme je l'ai mentionné dans ma lettre de février de cette année, je vous pardonne toutes les insultes et les mensonges. Je me réjouis donc de vous rencontrer et de discuter avec vous. Pas pour un rassemblement sous le bâtiment de la curie, mais pour une conversation entre l'évêque et son prêtre, au cours de laquelle j'espère clarifier toutes les questions et trouver les meilleures solutions.

J'aimerais que tous les problèmes soient résolus. Je ne veux vraiment pas aller plus loin dans la voie indiquée par le droit canonique, mais si vous ne changez pas d'attitude, si vous ne rétractez pas vos fausses affirmations, si vous ne revenez pas à l'unité avec l'Église et si vous ne vous conformez pas à mes décisions, je serai contraint - pour le bien de la justice - de prendre ces mesures.

À lire aussi | L’Abbé Rioult répond au Père Matthieu

Au nom de Dieu - j'appelle une fois de plus à la repentance, à la conversion et à sortir du chemin de l'autodestruction et de la perte de l'unité de foi des membres de la Communauté.

Avec l'assurance d'une prière constante à votre intention et à celle des personnes qui constituent la "Communauté" et les "Fondations".

Cet article a été publié originellement par le Ekai (Lien de l’article).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *