in , , ,

Un expert juridique du Vatican soutient le pape et ses mesures

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Un expert juridique du Vatican soutient le pape et ses mesures
Un expert juridique du Vatican soutient le pape et ses mesures

Le pape François s’attaque à l’hostilité ou à la défiance de certains évêques dans des pays tels que l’Allemagne et les États-Unis.

Alors que le pape François fait face à des évêques récalcitrants en Allemagne et aux États-Unis, un haut responsable du Vatican chargé du droit de l’Église a clarifié mardi (28 novembre) les protocoles disciplinaires pour les évêques, affirmant que tout manquement à agir en communion avec l’Église et le pape peut être une cause de révocation.

« Il n’y a pas de mécanisme officiel pour le licenciement des évêques, qui peut être évalué par le collège des évêques et par le pape« , a déclaré Mgr Juan Ignacio Arrieta, secrétaire du Département pour les textes législatifs du Vatican, lors d’une réunion avec la presse organisée par l’Université pontificale de la Sainte Croix.

Arrieta a expliqué qu’un procès ecclésiastique n’est nécessaire que si l’évêque est accusé d’un crime. « Parfois, il s’agit d’un acte isolé, d’autres fois, c’est une question de comportement« , a-t-il dit, tandis que dans d’autres cas, le comportement de l’évêque peut nécessiter « une évaluation de la communion » avec les autres évêques et le pape.

Les papes prennent rarement la décision de licencier des évêques dissidents, préférant demander une lettre de démission qui est ensuite acceptée par le pontife. Mais le 12 novembre, François a révoqué l’évêque Joseph Strickland de Tyler, au Texas, un critique virulent du pape et une voix importante de l’opposition conservatrice à François aux États-Unis. La diocèse de Strickland avait été placée sous enquête du Vatican plus tôt cette année après qu’il eut pris l’habitude de transmettre des critiques du pape sur les réseaux sociaux.

François a également récemment mis fin aux privilèges du cardinal américain Raymond Burke au Vatican, retirant son salaire et son droit à un appartement subventionné. Lors d’une réunion le 20 novembre, selon l’Associated Press, le pape a qualifié Burke de source de « désunion » dans l’Église.

En Allemagne, le Vatican a freiné le mouvement connu sous le nom de Chemin synodal, qui a vu des évêques adopter des positions progressives au cours d’une consultation de deux ans avec des laïcs catholiques sur les questions de l’inclusion LGBTQ, de l’ordination des femmes et du contrôle laïc. Après qu’un comité a été chargé de mettre en œuvre les propositions du mouvement, le Vatican a jugé qu’un tel organe porterait atteinte au rôle de la conférence des évêques.

Dans une lettre la semaine dernière aux critiques allemands du Chemin synodal, François a ajouté sa « préoccupation » que l’Église allemande risque de rompre avec la communion avec le reste de l’Église. Arrieta a clairement indiqué que le pape n’était pas opposé à la création du comité du Chemin synodal, mais a déclaré que toute l’Église devait avancer ensemble sur la doctrine. « Le contraste se produit lorsque la symétrie doctrinale fait défaut« , a déclaré Arrieta. « Lorsque les évêques dans un lieu spécifique veulent s’immiscer dans un domaine qui concerne l’unité de l’Église, il est clair que cela crée des problèmes.« 

Arrieta a également souligné que le droit canonique laisse déjà beaucoup de place à la participation et à l’implication des laïcs. « Le concile Vatican II a fait un excellent travail sur l’épiscopat« , a-t-il dit, faisant référence aux réformes entreprises par les évêques catholiques du monde entier dans les années 1960. Le concile a donné aux évêques de larges pouvoirs dans leurs juridictions, ce qui a entraîné une « grande décentralisation dans l’Église« , a déclaré Arrieta.

À lire aussi | Indulgence plénière pour les 800 ans de la crèche

Mais Arrieta a admis que certains changements dans le rôle des évêques sont nécessaires. En octobre, des centaines d’évêques catholiques se sont réunis pour le Synode sur la synodalité, rejoints par des religieuses, des frères et des laïcs, pour examiner les préoccupations et les demandes des catholiques du monde entier. Dans son rapport sur ses discussions, le synode a suggéré des moyens de réviser le code de droit canonique pour favoriser une plus grande participation des laïcs et une réduction de la hiérarchie de l’Église.

« Il y a quelques questions de participation, très petites, qui pourraient être facilement introduites sans changer grand-chose« , a déclaré Arrieta, ajoutant que de nombreux évêques au synode ont été surpris de savoir combien de marge de manœuvre le droit canonique offre déjà pour satisfaire aux suggestions du rapport.

Arrieta a toutefois mis en garde contre le fait que le code ne peut pas être modifié si ses lois sont basées sur la doctrine. « Je peux penser à beaucoup de choses qui nécessitent une réforme« , a déclaré l’évêque, « mais il y a des limites à la réforme de la structure hiérarchique de l’Église.« 

Cet article a été initialement publié par Aleteia puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Indulgence plénière pour les 800 ans de la crèche

Indulgence plénière pour les 800 ans de la crèche

LÉglise Catholique et la liberté des esclaves

L’Église Catholique et la liberté des esclaves