in , ,

Un prêtre aide à accoucher des jumeaux devant la cathédrale de Washington

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un prêtre a apporté son aide à une femme sans abri et en détresse, la soutenant dans la mise au monde de deux enfants.

Il a partagé cet événement exceptionnel avec Catholic Extension et se questionne désormais sur le message que Dieu cherchait à lui transmettre à travers cette expérience hors du commun.

Le père Jésus Mariscal officie en tant que vicaire paroissial à la cathédrale Saint-Paul de Yakima, dans l’État de Washington. En septembre dernier, il est sorti brièvement de la résidence, initialement pour une pause rapide afin d’acheter des beignets en prévision d’une réunion de préparation au mariage avec un couple de fiancés.

En passant devant la statue de Notre-Dame de l’Immaculée Conception, érigée sur le site de la cathédrale, il a repéré une femme sans abri en détresse à proximité.

Celle-ci hurlait frénétiquement :

« À l’aide ! Je suis en train d’accoucher !« 

Au début, le père Mariscal peinait à y croire. Cependant, en y regardant de plus près, il a constaté du sang à ses pieds. Elle criait :

« C’est maintenant ! Je le fais maintenant !« 

Il a composé le 911 et assisté la femme pour qu’elle s’allonge. Mettant son téléphone en mode haut-parleur et le plaçant au sol, il a suivi les instructions de l’opérateur du 911. En quelques secondes, la femme a donné naissance à un garçon. Le père Mariscal a remis le bébé qui pleurait à la femme.

« Il y en a un autre ! » s’est écriée la femme, stupéfiant le prêtre.

Le père Mariscal a contribué à l’accouchement du deuxième garçon. Il a informé l’opérateur du 911 que l’enfant était encore dans le sac amniotique, la membrane protectrice entourant un enfant dans le ventre maternel. Le père Mariscal a observé le bébé bouger à l’intérieur.

L’opérateur lui a ordonné de le rompre, ce qui s’est avéré plus difficile que prévu. Avec le temps précieux s’évaporant et aucun outil à portée de main, le prêtre a finalement réussi à rompre le sac avec ses mains, découvrant que le petit enfant ne respirait pas.

Son cordon ombilical était enroulé autour de son cou. L’opérateur a indiqué au père Mariscal de placer l’enfant sur le côté et de le tapoter doucement dans le dos.

Après quelques instants terrifiants, le bébé a commencé à pleurer, annonçant ainsi son arrivée dans le monde. Le père Mariscal a placé le deuxième enfant dans le bras libre de la femme.

Comme l’air matinal était frais, il est retourné à l’intérieur chercher des serviettes. Finalement, les ambulanciers sont arrivés.

Le père Mariscal a envoyé un message au couple avec lequel il devait se réunir pour la préparation au mariage. « Excusez-moi de mon retard à notre rendez-vous. Je venais d’aider une dame à accoucher de jumeaux« , a-t-il écrit.

Pensant qu’il s’agissait d’une plaisanterie pour excuser son retard, ils ont répondu :

« Père, Pas besoin de mentir.« 

« Que Dieu essaie-t-il de me dire ?« 

La femme et les jumeaux ont été transportés à l’hôpital. Les bébés sont nés prématurément, à 30 semaines.

Le prêtre les a visités à l’hôpital, et ils se portent bien. Il n’est pas au courant de la situation exacte de la mère. Quelques heures après son admission, elle a quitté l’hôpital et, apparemment, n’y est pas retournée.

« C’est une belle histoire d’un côté, mais déchirante de l’autre« , a confié le prêtre, dont la propre mère est décédée plus tôt dans l’année.

« C’était une expérience surréaliste« , a-t-il déclaré. « C’était comme quelque chose tiré d’un film.« 

« J’étais là, tenant un bébé avec mes mains ensanglantées, et le bébé était tout aussi ensanglanté. J’étais vêtu en habits religieux. En tant que prêtre devant le sanctuaire de Notre-Dame, je me demandais :

‘Que Dieu essaie-t-il de me dire ? Qu’essayes-tu de me dire, Dieu ? De quoi s’agit-il ?‘ »

Il a partagé cette expérience lors de la messe du lendemain avec les paroissiens, qui pensaient également que le prêtre racontait une histoire « apocryphe » sans fondement réel.

À lire aussi | Le Catholicisme en Belgique, les chiffres de 2023

Mais la réalité est qu’il y a deux nouveaux bébés qui ont vu le jour grâce à sa réactivité et à son action rapides. Et bien qu’ils soient entrés dans le monde avec un désavantage, comme Jésus, « sans avoir où poser leur tête« , il y a de l’espoir que ces enfants seront élevés avec amour.

Alors, que Dieu aurait-il pu dire au père Mariscal à travers cette expérience ?

Peut-être que la vie est précieuse et fragile, et qu’une Église qui se mobilise autour des défavorisés, des sans-abri, des nus, des sans défense et des vulnérables est le genre d’Église que le Christ avait l’intention de construire.

Le père Mariscal, ordonné en 2018, estime que cette histoire devrait être « à propos de la mère et des bébés et de leur situation. Les jumeaux et la femme sont les protagonistes de l’amour de Dieu. Eux et des gens comme eux, en périphérie de nos propres communautés, sont ceux que Dieu nous appelle à embrasser avec notre service et notre amour pour nos voisins.« 

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Catholicisme en Belgique, les chiffres de 2023

Le Catholicisme en Belgique, les chiffres de 2023

Lettre du pape François concernant le chemin synodale allemand

Lettre du pape François concernant le chemin synodale allemand