Une campagne publicitaire pro-vie supprimée en Espagne

Une campagne publicitaire pro-vie supprimée en Espagne

Alfonso Galdón, président fondateur du parti politique espagnol Valores, a dénoncé vendredi le gouvernement de la ville de Murcie pour avoir interdit la campagne publicitaire pro-vie.

Dans un message publié le 21 janvier sur YouTube, Galdón a déclaré que "les droits constitutionnels du peuple espagnol ont été violés par le conseil municipal de Murcie".

La pression exercée par le lobby de l'avortement a conduit plusieurs conseils municipaux espagnols, dont ceux de Valence, Valladolid et Murcie, à interdire ces publicités.

La campagne "Annulé" s'oppose à un projet de loi présenté par le parti socialiste ouvrier espagnol au pouvoir, qui criminaliserait le "harcèlement des femmes se rendant dans des cliniques pour interruption volontaire de grossesse". Toute personne promouvant, favorisant ou participant à des manifestations près des cliniques d'avortement serait passible de sanctions.

Les sanctions pour ce qui serait considéré comme du harcèlement comprendraient des peines d'emprisonnement de trois mois à un an ou des travaux d'intérêt général de 31 à 80 jours. Selon les circonstances, une personne pourrait également se voir interdire l'accès à un lieu particulier de six mois à trois ans.

Le maire de Murcie est membre du PSOE.

À lire aussi | Des militants pro-avortement de New York insultent des fidèles

"Aujourd'hui, le gouvernement de la ville de Murcie a rendu un très mauvais service à notre démocratie en piétinant le droit à la liberté d'expression, en exigeant le retrait des affiches pro-vie qui, jusqu'à cet après-midi, pouvaient être vues dans les rues de Murcie", a déclaré M. Galdón.

En opposition au projet de loi, à partir du 18 janvier, 260 affiches ont été placées dans des kiosques publicitaires dans les rues et aux arrêts de métro de 33 villes espagnoles pour "élever nos voix contre les peines de prison".

Selon le projet de loi en cours d'examen à la chambre basse d'Espagne, les pro-vie pourraient être poursuivis sans que la personne lésée ou son représentant légal ne soit tenu de porter plainte.

La campagne "cherche à combattre le politiquement correct, la culture de l'annulation et la répression des libertés."

On peut lire sur les affiches : "Prier devant les cliniques d'avortement est une excellente chose". En utilisant un code QR sur l'affiche, on peut accéder au témoignage du Dr Jesús Poveda, l'un des principaux promoteurs du mouvement pro-vie en Espagne.

La campagne comprendra également des interviews, des vidéos éducatives et des documents écrits.

Les affiches indiquent que "plus de 99 000 avortements sont pratiqués chaque année en Espagne. Le crime de ceux qui prient devant les cliniques d'avortement est de vouloir sauver certaines de ces vies".

Dans son message vidéo, Galdón a déclaré que ces efforts pour annuler la campagne ont piétiné la liberté d'expression, "qui ne cherche qu'à défendre la vie des plus faibles, les enfants à naître." Galdón a dit aux politiciens et à ceux qui promeuvent l'avortement que "vous n'allez pas nous faire taire, nous grandissons face à l'injustice."

À retrouver sur CNA

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *