Vatican rappelle les condamnations du Pape François sur l'identité de genre

Vatican rappelle les condamnations du Pape François sur l'identité de genre

La congrégation doctrinale du Vatican a rappelé les déclarations du Pape François sur l'idéologie de l'identité de genre dans une lettre adressée à une association pro-vie en Italie.

La lettre, datée du 1er octobre, a été rendue publique peu de temps avant que le Sénat italien ne bloque un projet de loi controversé "anti-homophobie", connu sous le nom de "Ddl Zan", lors d'un surprenant vote de 154 contre 131 le 27 octobre.

La lettre était la réponse de la Congrégation pour la doctrine de la foi à une demande de clarification sur la façon dont les politiciens catholiques devraient réagir à une législation en contradiction avec l'enseignement catholique, en particulier l'idéologie du genre.

La lettre du CDF a souligné les critiques claires du pape François à l'égard de l'idéologie du genre, formulées dans plusieurs déclarations au cours de son pontificat et a noté que les législateurs catholiques doivent s'opposer aux lois non conformes à l'enseignement catholique, comme spécifié dans un document du CDF de 2002 sur les catholiques dans la vie politique.

Le CDF a fait ces déclarations à l'association Pro Vita & Famiglia , qui promeut les politiques pro-vie et pro-famille en Italie.

En juillet, l'association a envoyé au préfet du CDF, le cardinal Luis Ladaria, une longue lettre détaillant les efforts visant à introduire l'idéologie du genre dans la législation italienne via un projet de loi nommé d'après le député Alessandro Zan. Le projet de loi proposait de criminaliser la « discrimination ou la violence » fondée sur le sexe, l'orientation sexuelle et le genre.

Le projet de loi avait déjà été contesté par le Saint-Siège. En juin, le Saint-Siège a transmis une note verbale au gouvernement italien indiquant que la législation pourrait mettre en péril le concordat Italie-Saint-Siège.

À lire aussi | Le Vatican s’oppose à un projet de loi Italien contre l’homophobie

Dans sa lettre, Pro Vita & Famiglia notait que des lois « anti-homotransphobie » étaient adoptées dans de nombreuses régions du monde.

L'association a souligné que les "mesures anti-discriminatoires pour contrer l'homotransphobie mettent en évidence des problèmes qui impactent l'enseignement catholique et l'anthropologie", car elles "impliquent, voire imposent une vision subjectiviste, fluide et non binaire de la sexualité", contrastant avec "l'éthique naturelle et l'anthropologie chrétienne et biblique.

Selon l'association, les projets de loi visent à « repenser totalement l'identité sexuelle, en séparant le sexe du genre et en qualifiant l'identité personnelle (du point de vue sexuel) en termes subjectifs (identité de genre) ».

Pro Vita & Famiglia a souligné que le projet de loi « Ddl Zan » « non seulement présume » que l'idéologie de genre est vraie, mais aussi « l'impose culturellement » lorsqu'il propose la mise en place d'une « Journée nationale contre l'homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie ». Ce jour-là, selon le projet de loi, « des cérémonies, des réunions et toute autre initiative utile » seraient organisées dans chaque école.

La lettre se concentrait également sur les problèmes de liberté religieuse. Pro Vita & Famiglia a noté que "des prêtres et des pasteurs chrétiens ont été persécutés" où "un projet de loi similaire au projet de loi Zan a été approuvé", mentionnant l'arrestation du pasteur John Sherwood au Royaume-Uni pour de prétendues déclarations homophobes, et l'enquête sur l'archevêque Fernando Sebastián Aguilar en Espagne pour homophobie présumée, après avoir accordé une interview sur la sexualité et la procréation.

La lettre se terminait par trois questions pour le CDF : si et comment ces lois ou projets de loi contredisent la foi, les Saintes Écritures ou l'enseignement catholique ; si les catholiques doivent s'opposer à l'approbation de ces projets de loi ; et si les politiciens catholiques doivent voter contre ces projets de loi et prendre publiquement position contre eux.

En 2015, le pape François a répondu aux questions d'idéologie de genre lors d'une rencontre avec Equipes Notre-Dame, un mouvement français de spiritualité conjugale. Le pape François a noté que leur engagement missionnaire est d'autant plus important que l'image de la famille - comme Dieu le veut, composée d'un homme et d'une femme en vue du bien des époux, mais aussi de la procréation et de l'éducation des enfantsest déformé par de puissants projets adverses soutenus par des tendances idéologiques.

Le CDF a également évoqué les propos du pape François lors d'une audience générale le 15 avril 2015. Le pape a déclaré à cette occasion :

« Je me demande si la soi-disant théorie du genre n'est pas, en même temps, une expression de frustration et de résignation. , qui cherche à annuler la différence sexuelle parce qu'elle ne sait plus comment l'affronter. Oui, nous risquons de faire un pas en arrière. La suppression de la différence, en fait, crée un problème, pas une solution. »

catholicnewsagency

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *