La dévotion aux anges gardien n'a rien d'enfantin

La dévotion aux anges gardiens peut sembler enfantine à certains. Mais la dévotion aux anges gardiens n'a rien d'enfantin.

L'intérêt pour les Anges a fait un retour en force dans l'actualité, mais pas tant dans l'Église que dans les cercles du "New Age" et de la "spiritualité". Cette angélologie quasi-séculaire fait fausse route : elle parle des Anges, mais jamais directement de Dieu, et elle transforme les Anges en "aides célestes" pour sortir les gens de situations difficiles, mais elle exige rarement, voire jamais, un changement moral de leur comportement, surtout au nom du Dieu vivant.

Mais comme pour la plupart des erreurs, il ne s'agit pas tant d'un ensemble d'erreurs que d'un noyau de vérité saisi à l'oubli ou à l'exclusion de toutes les autres.

Au fond, les gens ne veulent pas penser que leur vie est le résultat du hasard et des caprices de la foi. En même temps, ils savent qu'ils n'ont pas le contrôle. Mais, dans une culture teintée de déisme qui repousse Dieu dans le lointain, non communicatif, et peut-être même inconnaissable, l'idée chrétienne de la Providence semble étrangère.

Eh bien, la bonne nouvelle du catholicisme est que la vie des gens n'est pas le résultat du destin ou du hasard, et que Dieu est constamment impliqué dans nos vies. Il nous a donné la liberté et attend de nous que nous l'utilisions avec une responsabilité d'adulte. Mais il ne nous a pas non plus laissés seuls dans ce monde, avec des "Anges" qui pourraient servir d'équipe de nettoyage d'urgence.

Chaque instant de notre existence est soutenu par Dieu. La création n'a pas été un acte unique : Dieu a créé et est parti. Si Dieu ne soutenait pas l'existence à chaque instant, l'univers s'effondrerait dans le néant, car aucun être autre que Dieu n'EST. Aucun être, sauf Dieu, ne se suffit à lui-même.

Nous sommes donc dépendants de Dieu. Dieu le sait et ne nous laisse pas seuls dans ce monde. Le salut est, après tout, une affaire de communauté : nous pouvons être damnés seuls, mais personne n'est sauvé si ce n'est en communauté. C'est pourquoi il nous a donné l'Église. Et par "Église", j'entends l'Église dans toute sa plénitude : l'Église sur terre, l'Église au Purgatoire et l'Église au Ciel. L'Église sur terre - nos frères et sœurs - est censée nous aider à vivre le genre de vie que Dieu veut que nous menions.

L'Église du Purgatoire, qui comprend déjà à quel point le salut est précieux, peut prier pour nous tout en demandant en réciprocité que nous priions pour elle. L'Église du Ciel est à nos côtés, elle nous soutient dans la prière. " Nous sommes entourés d'une grande nuée de témoins " (Hébreux 12, 1), non pas comme des spectateurs passifs pour voir si nous nous plantons ou non, mais pour nous soutenir sur notre chemin pour les rejoindre.

Et Dieu, dans sa Providence, ne nous laisse pas seulement le soutien des personnes humaines. La théologie catholique enseigne que Dieu soutient également chacun d'entre nous avec une personne angélique, un ange gardien personnel.

Notre Ange gardien voit déjà Dieu. Notre Ange gardien est l'un de ces Anges qui a été mis à l'épreuve au début de la création et qui est resté fidèle à Dieu. Il est profondément intéressé par notre salut.

Ainsi, Dieu, dans sa Providence, nous apporte un soutien constant. Mais il faut ajouter un autre élément à ce tableau : la lutte contre le mal.

Notre salut n'est pas quelque chose que nous pouvons atteindre automatiquement, en mode régulateur de vitesse. Le salut est un drame car nous pouvons échouer. Nous pouvons ne pas aimer Dieu. Nous pouvons être damnés.

Notre salut ne s'obtient pas au milieu d'un terrain de jeu neutre. Il y a des Anges, y compris nos Anges Gardiens, pour nous aider sur le chemin du salut. Il y a aussi des Anges - des démons - qui veulent que nous ne soyons pas sauvés.

Bien qu'il semble que la théologie contemporaine ne dise pas grand-chose de la réalité des conflits et des luttes spirituelles, Saint Paul a été clair :

"Nous ne luttons pas contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les pouvoirs de ce monde de ténèbres et contre les forces spirituelles du mal dans les royaumes célestes" (Éphésiens 6:12).

L'incapacité de certains membres de l'Église contemporaine à parler des Anges s'explique peut-être par leur incapacité à parler des diables. On explique que le diable est une sorte de "symbole" du mal, une relique médiévale que la modernité a "dépassé".

Mais cette perspective prétendument "moderne" et "adulte" sur le monde des êtres spirituels est, en fait, ce qui est immature et enfantin. Le mal en soi n'est pas une réalité autonome, mais les personnes mauvaises - angéliques et humaines - le sont. Comme l'observe le père jésuite Robert Spitzer dans son livre "Christ versus Satan in Our Daily Lives" :

Si un terroriste vit dans notre quartier, ne voudrions-nous pas avaler la pilule amère de la connaissance de ce fait afin de pouvoir faire quelque chose à ce sujet ? Le diable, comme le terroriste, ne disparaît pas si nous l'ignorons. Au contraire, il accroît son influence, son domaine, son pouvoir destructeur et ses intentions malveillantes pour séduire et entraîner les "inconscients" dans ses ténèbres éternelles.

Mettre nos mains devant nos yeux comme dans shining et insister sur le fait que "vous ne pouvez pas me voir" est une stratégie très inefficace pour lutter contre un démon d'une intelligence et d'une cruauté remarquables.

Si notre salut doit être gagné au milieu d'un combat spirituel et que nos ennemis - pas moins que nos amis - sont des personnes angéliques, alors personne Saint Paul nous exhorte à "travailler à votre salut avec crainte et tremblement" (Philippiens 2:12).

Ce ne sont pas des choses enfantines. Ce sont des choses qui exigent des yeux grands ouverts, une sobriété et une vigilance, car "votre ennemi, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant quelqu'un à dévorer" (1 Pierre 5:8).

À lire aussi | Les bienheureux Scalabrini et Zatti bientôt élevés à la Sainteté

Reconnaissons donc que la dévotion aux anges gardiens n'a rien d'enfantin. Reconnaissons qu'il n'y a rien d'enfantin à reconnaître l'implication des anges et des démons dans nos efforts pour aimer Dieu et être sauvés.

Il n'y a rien d'"enfantin" dans cette dévotion, mais il y a et devrait y avoir quelque chose d'"enfantin". C'est l'objet de l'Évangile d'aujourd'hui, où Jésus place un enfant au milieu de ses apôtres querelleurs et leur dit que, s'ils ne deviennent pas spirituellement comme des petits enfants, au lieu d'agir comme des enfants gâtés quand il s'agit de leurs ambitions mesquines, ils ne seront pas sauvés.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *