Médiateurs de l'invisible : les anges dans le christianisme

Médiateurs de l'invisible : les anges dans le christianisme
Médiateurs de l'invisible : les anges dans le christianisme

Les anges dans le christianisme assument des fonctions très diverses. Une discipline théologique spécifique est même consacrée à leur étude. Mais que sont réellement les anges et est-il encore utile de s'en occuper aujourd'hui ? Un voyage à travers le passé et le présent.

Il y a ces deux petits anges un peu ennuyés, assis aux pieds de la Vierge. Dans la représentation de la Madone Sixtine de Raphaël, ils ressemblent plutôt à deux petits enfants qui vont bientôt manger quelque chose.

Madone Sixtine de Raphaël

Mais il y a aussi l'archange Michel qui, dans le Jugement dernier de Rogier van der Weyden, pèse les âmes et mesure ainsi qui ira au royaume des cieux et qui sera condamné à la damnation éternelle.

le Jugement dernier de Rogier van der Weyden

Entre ces deux pôles, on trouve encore les anges omniprésents sur les autels, les calendriers de l'Avent ou les photophores - sans oublier les petites images de prière kitsch avec des anges gardiens. Les anges se retrouvent dans les contextes les plus divers, mais restent pour beaucoup une énigme au-delà de leur fonction décorative.

Leur nom même nous dit ce que sont les anges : le grec "Angelos" désigne à la fois le messager et le message, d'où le mot "Evangelium" : "bonne nouvelle". Quelqu'un transmet donc quelque chose - et ce depuis des millénaires. Les anciens Égyptiens, Assyriens et Perses avaient déjà des messagers célestes, et on en a trouvé des représentations dans les palais royaux babyloniens. Plus tard, dans la Grèce antique, ce sont des gardiens de l'Olympe, dont parle déjà le poète Hésiode 700 ans avant la naissance du Christ. Mais là aussi, il y a des intermédiaires. Platon écrit par exemple qu'une des tâches du dieu Héros est de transmettre aux dieux les sacrifices des hommes et de communiquer à son tour aux hommes la réponse des divinités.

Ces nombreuses origines ont permis aux anges de se retrouver dans toutes les religions monothéistes, où ils ont été façonnés à leur manière. Ainsi, dans la kabbale du judaïsme, chaque personne est assistée d'un ange spécifique en fonction du jour et de l'heure de sa naissance. De plus, les anges touchent le front de tous les nouveau-nés afin qu'ils oublient la vérité. Car s'ils la connaissaient, ils ne pourraient pas supporter la vie. Dans l'islam, chaque personne a un ange sur chacune de ses épaules, dont l'un note toutes les bonnes actions sur la droite et l'autre sur la gauche.

L'échelle des anges et les annonciateurs de Jésus

Dans la Bible, les anges sont également présents à plusieurs reprises : Ils poussent Lot et sa famille hors de la ville avant que Sodome et Gomorrhe ne soient détruites par Dieu, Jacob rêve d'une échelle céleste remplie d'anges, plus tard il lutte avec un ange. Un ange annonce la naissance du Christ à Marie, des anges chantent au-dessus de la crèche, sont assis près du tombeau ouvert et sont les messagers de l'apocalypse.

C'est sur cette base que s'est développée, dès les premiers siècles du christianisme, une systématique et une hiérarchie des anges. Le travail d'un auteur du début du 6e siècle, qui se nomme Denys l'Aréopagite, fait encore autorité aujourd'hui. Denys l'Aréopagite était le propriétaire de l'Aréopage à Athènes, c'est-à-dire le lieu de réunion du Conseil suprême de la ville. Denys fut converti au christianisme par l'apôtre Paul et devint plus tard le deuxième évêque d'Athènes. L'auteur Denys l'Aréopagite n'est toutefois pas ce compagnon de route de Paul, il s'approprie son nom uniquement pour se placer dans sa tradition. C'est pourquoi on l'appelle aussi pseudo-Dionysius Areopagita. Ce Denys a rassemblé les données sur les anges éparpillées dans la Bible et a écrit "De Coelesti Hierarchia" (Sur la hiérarchie céleste). Il y affirme : "Les anges sont de purs êtres spirituels, ils ont certes un esprit, mais pas de corps. C'est pourquoi ils sont en général invisibles pour les humains, mais peuvent leur apparaître, par exemple sous la forme d'un autre être humain, mais aussi comme phénomène naturel."

Selon Dionysos, les anges sont pieds nus, ce qui signifie qu'ils sont libres de toute contrainte et de toute décision. Ils portent un vêtement aux couleurs du feu et ressemblent par leur apparence aux prêtres et aux diacres. Chez Dionysos déjà, l'idée des anges est liée à l'image du dynamisme : Grâce à leur proximité avec Dieu, ils sont toujours en train de se purifier, de s'illuminer et de se perfectionner. Grâce à la lumière divine, ils ont en outre une capacité de connaissance supérieure à celle des humains. Ainsi, bien qu'ils soient, selon Dionysos, au-dessus des hommes, ils sont, comme eux, des créatures de Dieu. Alors que les hommes sont le peuple en pèlerinage, les anges sont donc le vis-à-vis stationnaire dans le ciel - mais qui viennent régulièrement sur terre et deviennent visibles pour certains hommes afin de leur transmettre des messages.

Neuf chœurs d'anges

Dionysos est particulièrement connu pour l'ordre hiérarchique qu'il a établi pour les anges. Selon cet ordre, il existe neuf chœurs d'anges (selon la puissance de la Trinité), répartis en trois groupes de trois et se distinguant par leur proximité avec Dieu.

Premier niveau et donc le plus proche de Dieu :
Séraphins, Chérubins, Trônes.

Deuxième niveau :
Dominations, Puissances, Puissances

Troisième niveau :
Princes, archanges, anges

Au cours des siècles passés, une mythologie s'est développée et n'a cessé de fleurir. Le théologien Uwe Wolff, qui s'occupe beaucoup de l'enseignement des anges, de ce que l'on appelle l'angélologie, estime que cela ne sert pas à grand-chose. "Formuler toujours plus ces chœurs angéliques ne nous aide pas", dit-il, craignant une formulation de ce système pour lui-même. "Cela devient spéculatif et mystique, alors qu'il s'agit en fait de quelque chose de mystique".

Ce qui pose la question de savoir quelle place les anges peuvent encore jouer dans la foi aujourd'hui, en dehors du kitsch et de l'ésotérisme. C'est justement le mysticisme que Wolff met en avant, c'est-à-dire le regard intérieur sur le monde en dehors de toute considération rationnelle. Wolff renvoie à un tableau d'Hildegard von Bingen, qui peint les chœurs d'anges dans un cercle - avec un centre blanc, qui représente le Dieu invisible.

Hildegard von Bingen, qui peint les chœurs d'anges dans un cercle - avec un centre blanc, qui représente le Dieu invisible

"On ne peut pas expliquer un mystère, on ne peut que l'entourer en chantant et en adorant". Selon lui, les anges sont très proches de leur origine, c'est-à-dire de Dieu, ils font l'expérience de Dieu et sont ainsi un reflet de l'homme - et donc une incitation à chercher soi-même son propre centre et à regarder ainsi le monde et Dieu.

Wolff explique que le regard sur les chœurs des anges peut aider à avoir une perspective sur la vie avec Dieu : "Un chœur comprend de nombreuses voix. Les chœurs des anges représentent la diversité des voix et du chant et du dire des expériences divines". Ceux qui sont tout près de Dieu n'ont rien à voir avec le monde, mais sont entièrement enveloppés par la lumière divine. Les anges des chœurs les plus bas sont en revanche les navetteurs entre le ciel et la terre. Les anges du deuxième chœur représentent un niveau intermédiaire, qui pourrait correspondre sur terre à des systèmes politiques. Ici aussi, il existe une contrepartie céleste aux conditions terrestres. L'important pour Wolff est la diversité : un ange très proche de Dieu n'est pas plus important que les autres, il remplit simplement une fonction particulière.

Une image idéale comme miroir

Chantant, louant et faisant l'expérience de la proximité de Dieu, les anges sont une image idéale, un point de référence pour les personnes qui cherchent à faire l'expérience de Dieu. Celui qui loue et chante comme les anges, c'est-à-dire qui sort un peu de son propre quotidien et se rappelle l'amour de Dieu, peut faire une telle expérience, dit Wolff.

De même, les anges représentent le lien entre le ciel et la terre, par exemple sous la forme des anges gardiens qui tiennent leur main sur les hommes. Les prières qui leur sont adressées peuvent également être un moyen de faire l'expérience de la proximité de Dieu à travers les anges. "Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies; Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.…". (Ps 91,11) De telles phrases ont déjà aidé des personnes et leur ont apporté un sentiment de sécurité dans des situations de vie difficiles.

À lire aussi | Rencontrez les 10 nouvelles bienheureuses de l’Église catholique

Mais les anges ne sont pas pour tout le monde, ils sont un accès parmi d'autres. Il est tout aussi possible de regarder la nature ou d'autres personnes.

"Ce qui compte, c'est l'immédiateté de l'expérience religieuse". À l'écart de beaucoup de surtransposition, les anges peuvent donc encore aujourd'hui avoir une signification pour la religiosité et la spiritualité - mais pour cela, il est nécessaire de les libérer de quelques encombrements des siècles passés.

À lire en allemand sur Katholisch

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *