Homélie pour le deuxième dimanche de Carême

Qu'est-ce qui donne à la vie chrétienne l'espérance, la paix et la joie sereine ? En bref, c'est la vision de la gloire, un aperçu de la terre promise du ciel, que le Seigneur peut donner et donne à son peuple. L'Évangile d'aujourd'hui montre une sorte de processus par lequel le Seigneur pose les fondements de l'espérance, de la paix et de la joie.

Le prélude paradoxal - Le texte dit que Jésus a pris Pierre, Jacques et Jean et les a conduits seuls sur une haute montagne. Notez que pour les amener à un endroit où ils peuvent voir la gloire, le Seigneur doit d'abord les conduire "sur une haute montagne".

Il est facile d'ignorer ce fait : ils ont dû escalader cette montagne. Quiconque s'est rendu sur le site du Thabor peut se rendre compte de la difficulté de l'ascension : près de 600 mètres et une pente raide. Il faut compter une bonne partie de la journée et l'ascension aurait pu être plus dangereuse à l'époque. Une fois au sommet, on a l'impression de regarder la vallée de Jezréel (Megiddo ou Armageddon) depuis le hublot d'un avion. Le Thabor est donc un symbole de la croix et de la lutte. L'ascension a été difficile et épuisante pour Pierre, Jacques et Jean, et elle a mis leur force à l'épreuve.

Cette ascension doit nous rappeler notre vie sur cette terre. Nous avons souvent dû grimper, endurer ; nos forces ont été mises à l'épreuve. Peut-être s'agissait-il d'obtenir un diplôme universitaire, d'élever des enfants ou de construire une carrière. Qu'avez-vous de vraiment précieux qui n'ait pas été obtenu au prix d'une ascension, d'un effort, d'une lutte ? La plupart d'entre nous savent que même si l'ascension est difficile, il y a de la gloire au sommet. Nous devons endurer, pousser jusqu'au bout. Les difficultés de la vie sont souvent le prélude à la réussite et à une plus grande force.

C'est là que réside le paradoxe : la paix, la joie et l'espoir sont souvent le fruit de luttes, d'escalades et de difficultés. Ces choses sont souvent le prélude à la vision et à l'expérience de la gloire. L'Ecriture le dit. Nous pouvons aussi nous réjouir lorsque nous rencontrons des problèmes et des épreuves, car nous savons qu'ils sont bons pour nous - ils nous aident à apprendre à être patients. La patience développe en nous la force de caractère et nous aide à faire confiance à Dieu chaque fois que nous l'utilisons, jusqu'à ce que notre espérance et notre foi soient fortes et solides (Romains 5:3-4).

Vous vous en réjouissez, bien que vous ayez eu à souffrir, pendant un certain temps, de toutes sortes d'épreuves. Ces épreuves ne servent qu'à tester votre foi, à voir si elle est solide et pure. Elle est testée comme le feu teste l'or et le purifie - et votre foi est bien plus précieuse aux yeux de Dieu que de l'or pur ; ainsi, si votre foi reste forte après avoir été testée dans l'éprouvette des épreuves ardentes, elle vous vaudra beaucoup de louanges, de gloire et d'honneur au jour de son retour (1 Pierre 1:6).

Oui, il y a un prélude paradoxal à la gloire et il ne peut venir que de la sagesse de Dieu - les êtres humains ne pensent tout simplement pas de cette façon. Un vieil hymne dit

"Les épreuves nous assaillent de toutes parts. Et nous ne pouvons pas comprendre toutes les façons dont Dieu nous conduira vers cette terre promise bénie. Mais il nous guide de son regard et nous suivons jusqu'à notre mort et nous comprendrons mieux de temps en temps."

Les pratiques décrites

Le texte expose divers aspects de la manière dont Pierre, Jacques et Jean en viennent à expérimenter une paix joyeuse en présence de la gloire du Seigneur. Le texte dit : "Il fut transfiguré devant eux, et ses vêtements devinrent d'une blancheur éblouissante, telle qu'aucun foulon sur terre ne pourrait les blanchir. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre répondit à Jésus : "Rabbi, il est bon que nous soyons ici. Dressons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. Il y a trois choses que Pierre, Jacques et Jean font qui leur permettent de parvenir à cette paix joyeuse :

Ils voient. Le texte parle d'abord de l'événement lui-même qu'ils voient. Il utilise un mot qui dit que le Seigneur a été transfiguré (μετεμορφώθη (metemorphothe)), que son apparence a été glorieusement modifiée. Bien que courant dans le vocabulaire chrétien, ce mot est à bien des égards mystérieux et difficile à comprendre. Le texte fournit quelques informations, nous parlant d'une clarté qui brillait à travers le Seigneur, une sorte de lumière éblouissante.

Mais nous ne devons pas nous perdre en conjectures et passer à côté de l'essentiel : Pierre, Jacques et Jean reçoivent une vision glorieuse, des rayons du ciel ! Oui, c'est Jésus. C'est ce qu'il est vraiment. La magnificence de sa gloire les stupéfie tellement qu'ils tombent dans l'admiration.

Avez-vous déjà vu ou expérimenté la gloire ? Peut-être était-ce à la naissance d'un enfant, ou à l'annonce d'une autre merveilleuse nouvelle. Peut-être était-ce une profonde expérience de soulagement, ou une vision profonde dans la prière, ou lors de la liturgie. Oui, cherchez la gloire et réjouissez-vous quand elle arrive !

Nous devons apprendre à voir les choses telles qu'elles sont. Quelles que soient les épreuves et les luttes, nous devons endurer le chemin. Si nous sommes fidèles, notre fin est la gloire.

Cherchez donc la gloire et attendez-vous à la trouver. Le Seigneur peut nous donner et nous donne des aperçus de gloire dans notre vie, des rayons du Ciel au fur et à mesure que nous avançons ! Ne minimisez pas les gloires lorsqu'elles se révèlent. Cultivez un esprit d'émerveillement et de crainte devant ce que Dieu a fait et continue de faire dans la création et dans votre vie. La gloire est partout autour de nous. Apprendre à voir cette gloire est l'un des moyens par lesquels Dieu produit la paix en nous.

Ils sont scripturaires.

Remarquez que le texte dit que Moïse et Élie sont apparus avec lui. Pourquoi Moïse et Élie ? Parce que Moïse et Élie représentent la Loi et les Prophètes, ce qui est une façon juive de parler de la Bible. Ainsi, une autre façon de produire la paix en nous est d'étudier les Ecritures. L'autre jour, j'ai "triché" et j'ai regardé la dernière page de la Bible. Je sais, nous n'en sommes pas encore là, mais j'ai quand même regardé. Devinez ce qu'elle dit ? Elle dit que Jésus gagne et que tous ceux qui sont avec lui gagnent aussi. Nous devons rester enracinés dans notre histoire. Si nous restons avec Jésus, la gloire est à la fin de notre histoire. Connaissez vos Écritures et, par conséquent, votre histoire, une histoire qui se termine par la gloire.

Ils savourent. Pierre veut rester au sommet de la montagne, planter des tentes et ne pas bouger. Certains prédicateurs lui donnent du fil à retordre pour cela, mais je considère que c'est une bonne chose, même si c'est un peu excessif. Il s'agit de savourer la gloire, d'emmagasiner de bons souvenirs et de bonnes expériences au plus profond de notre âme, de cultiver une profonde gratitude pour les choses merveilleuses que le Seigneur a faites pour nous, de savourer profondément nos expériences de gloire.

La prescription proclamée

Le texte dit ensuite : "Alors vint une nuée, qui les couvrit de son ombre ; et de la nuée sortit une voix : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; écoutez-le. Écoutez-le." Soudain, regardant autour d'eux, ils ne voient plus que Jésus seul avec eux.

La prescription est on ne peut plus simple et pourtant nous la suivons si mal. Écoutez Jésus ! En d'autres termes, réfléchissez attentivement à chaque mot de son enseignement et commencez à baser votre vie sur ce qu'il dit.

Combien de souffrances, d'anxiété et de luttes viennent dans ce monde et dans nos vies simplement parce que nous n'écoutons pas le Seigneur et que nous n'obéissons pas à ses enseignements ! Notre entêtement, notre manque de pardon, notre manque de chasteté, notre cupidité, notre manque d'intérêt pour les pauvres, notre idolâtrie, notre manque de spiritualité, et le fait que nous soyons souvent tout simplement méchants, nous apportent d'énormes souffrances, à nous et aux autres.

Si nous donnions notre vie au Seigneur et lui demandions de nous conformer à sa parole, tant de souffrances disparaîtraient. Nous aurions beaucoup plus de paix, de joie et d'espoir.

Écoutez Jésus et, par sa grâce, conformez votre vie à ce que vous l'entendez dire. Il n'y a pas de meilleure source de joie, de paix et d'espoir.

Le but persévérant

Le texte dit : "Comme ils descendaient de la montagne, il leur recommanda de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, si ce n'est lorsque le Fils de l'homme serait ressuscité d'entre les morts."

A lire aussi | Allemagne : un chauffeur de taxi condamné à une amende pour un verset

Tous s'accordent à dire que cette expérience de gloire au sommet de la montagne avait pour but de préparer les apôtres aux jours difficiles qui les attendaient. Ainsi, bien que Jésus leur dise de la garder pour eux, il voulait qu'ils la gardent, qu'ils s'en souviennent. Ayant vu et savouré la gloire, ayant "vu quelle sera la fin", ayant été baignés dans les rayons du ciel, ils doivent en garder le souvenir vivant et se rappeler qui est Jésus au moment où commence la Passion. S'ils y parviennent, ils pourront supporter la folie et la souffrance de la croix.

Ont-ils réussi à garder la mémoire vivante ? Seul Jean est arrivé au pied de la croix, mais un sur trois, ce n'est pas si mal. Ayant connu la paix et la joie, et ayant vu la gloire du Seigneur, Jean est arrivé jusqu'à la croix, supportant sa honte et se souvenant de la gloire qu'il avait vue.

Qu'en est-il de vous ? Avez-vous vu la gloire du Seigneur ? Avez-vous fait l'expérience de son amour et de sa gloire suffisamment profondément pour ne pas vous laisser submerger par les difficultés ? Avez-vous expérimenté et possédé une paix et une joie que le monde n'a pas données et qu'il ne peut donc pas vous enlever ? Avez-vous permis au Seigneur de poser un fondement d'espérance dans votre vie ? L'avez-vous laissé vous emmener sur la montagne et vous montrer la gloire ? Avez-vous vu la terre promise et avez-vous vu ce que sera la fin ? C'est ce que l'Évangile décrit et promet.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW  – Lien de l’article.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *