in , , , ,

Etats-Unis : Les attaques contre les églises ont augmenté de 800 %

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Si vous pensez que les attaques antichrétiennes sont montées en flèche au cours de la dernière décennie, vous avez raison. Selon un nouveau rapport publié par le Family Research Council, les attaques contre les églises ont augmenté de 800 % en moins de six ans et ont plus que doublé au cours de l’année écoulée.

Les actes documentés d’hostilité contre les églises comprennent des tentatives d’attentats à la bombe, des fusillades, du vandalisme satanique et de nombreuses attaques basées sur des préjugés anti-chrétiens en raison du soutien à l’avortement ou à l’idéologie transgenre extrême. Certaines ont constitué une ingérence électorale impunie.

Le rapport a recensé 915 actes d’hostilité contre les églises américaines entre janvier 2018 et novembre 2023, dont :

709 actes de vandalisme
135 incendies criminels ou tentatives d’incendie criminel
32 alertes à la bombe
22 incidents liés à des armes à feu

61 autres incidents, dont des agressions, des menaces et des interruptions de services de culte.
Ces actes d' »intimidation religieuse » envoient le message « que les églises ne sont pas les bienvenues dans la communauté ou qu’elles ne sont pas respectées en général« , a déclaré Arielle Del Turco, auteur du rapport, au Washington Stand. « Indépendamment des motivations de ces crimes, chacun devrait traiter les églises et tous les lieux de culte avec respect et affirmer l’importance de la liberté religieuse pour tous les Américains.« 

Le rapport montre que les attaques contre les églises et les actes de violence ont continué à exploser en 2023. Au cours des 11 premiers mois de l’année dernière, les chercheurs ont vérifié au moins 436 actes d’hostilité contre les églises américaines – plus du double du nombre d’attaques pour toute l’année 2022, dont :

315 actes de vandalisme
75 incendies criminels ou tentatives d’incendie criminel
20 alertes à la bombe
10 incidents liés à des armes à feu
12 graffitis sataniques
59 églises ont fait l’objet d’actes d’hostilité répétés

Ces statistiques sous-estiment probablement l’ampleur du problème, car « de nombreux actes d’hostilité contre les églises ne sont probablement pas signalés aux autorités et/ou ne sont pas mentionnés dans les nouvelles ou dans d’autres sources en ligne à partir desquelles nous avons recueilli des données« , indique le rapport. « Le nombre d’actes d’hostilité est sans aucun doute beaucoup plus élevé.

Les actes d’hostilité contre les églises ont couvert le pays en 2023, se produisant dans 48 États et à Washington, D.C. La Californie a connu le plus grand nombre d’incidents, avec 91. Les églises du Texas ont subi 62 incidents, celles de New York 58 et celles de Floride 47.

« La montée de l’hostilité que nous avions identifiée dans notre rapport de décembre 2022 ne s’est ni ralentie ni stabilisée ; elle s’est au contraire accélérée« , indique le nouveau rapport.

« L’augmentation des crimes contre les églises se produit dans un contexte où la culture américaine semble de plus en plus hostile au christianisme. Les actes criminels de vandalisme et de destruction des biens des églises peuvent être symptomatiques d’un effondrement de la révérence et du respect de la société« .

Les chiffres bruts brossent un tableau sombre de l’escalade des actions antichrétiennes qui se transforment en actes racistes. Le rapport fait état de

50 actes d’hostilité contre les églises en 2018
83 en 2019
55 en 2020
96 en 2021
195 en 2022
436 en 2023

« Si ce rythme se maintient, l’année 2023 comptera le plus grand nombre d’incidents des six années suivies par le FRC« , prédisait avec précision le dernier rapport de ce type en avril dernier.

Bien que les lois fédérales sur les droits civils interdisent explicitement la discrimination religieuse et que des centaines d’assaillants aient ciblé des lieux de culte, seule « une minorité d’entre eux ont fait l’objet d’une enquête pour crime de haine« , selon l’analyse de 157 pages intitulée « Hostility Against Churches Is on the Rise in the United States » (L’hostilité contre les églises est en hausse aux États-Unis).

Fusillades meurtrières, alertes à la bombe et idéologie politique

La section la plus longue du rapport comporte 97 pages d’attaques contre des églises, vérifiées par 50 pages de notes de fin d’ouvrage, qui font état d’alertes à la bombe, de fusillades, d’attaques à motivation politique et de satanisme explicite.

La violence des transgenres et pro LGBT

L’acte le plus choquant de partialité antichrétienne a peut-être eu lieu le 27 mars dernier, lorsque Audrey Hale, qui s’identifiait comme transgenre, a ouvert le feu dans l’école Covenant de Nashville, gérée par l’Église presbytérienne Covenant, tuant six personnes, dont trois jeunes étudiants. Audrey Hale, qui s’identifiait fréquemment à un homme prénommé « Aiden« , a déclaré à un ami qu’elle avait laissé un manifeste et « de nombreuses preuves derrière elle » attestant de son mobile. Pourtant, hormis quelques pages arrachées aux mains de la police par le commentateur conservateur Steven Crowder, le manifeste de Mme Hale reste caché.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la violence anti-église liée aux transgenres en 2023. Le 3 janvier dernier, un homme du nom de Cameron Storer, qui s’identifie comme une femme, a mis le feu à l’église coréenne de Portland, un bâtiment historique vacant vieux de 117 ans. Storer a affirmé que des voix dans sa tête le menaçaient de le « mutiler » s’il ne mettait pas le feu à l’église.

Des activistes-vandales transgenres ont peint le message « TRANS PWR » sur l’église catholique Saint-Joseph de Louisville, le 3 mars. Cette attaque a eu lieu un jour après que le parlement du Kentucky a passé outre le veto du gouverneur Andy Beshear (D) pour promulguer une loi protégeant les enfants contre les opérations chirurgicales pour les transgenres. Toujours en mars, des trans ont abattu des croix dans le cimetière de l’église méthodiste unie Friendship de Newton, en Caroline du Nord, peu après que celle-ci se soit désaffiliée de l’Église méthodiste unie en raison de ses positions sur les questions LGBT. Le 16 juin, des vandales ont peint à la bombe les mots « Stay gay, stay hard, Love is 4 everyone » (Restez gay, restez dur, l’amour est à 4 pour tout le monde) sur l’église Grace Community à Marblehead, dans le Massachusetts.

Le rapport n’inclut pas les incidents survenus en 2024, tels que Genesse Moreno – une ex-musulmane convertie au judaïsme qui n’est pas citoyenne américaine et qui, selon ses voisins, s’est identifiée comme « transgenre » – qui a ouvert le feu dans l’église Lakewood de Joel Osteen à Houston.

Bombes, fusillades et cocktails Molotov : En 2023, les églises chrétiennes risquent d’être victimes d’explosions ou de fusillades. En janvier dernier, un individu a mis le feu à un bidon d’essence de cinq gallons à l’intérieur de l’église Word of God Ministries à Shreveport, mais l’intervention rapide des pompiers a permis de limiter les dégâts.

Le 29 octobre dernier, un homme a volé la Sainte Communion dans l’église catholique romaine Saints Pierre et Paul à San Fransisco. « Après avoir été confronté, l’homme a donné un coup de poing à la personne qui l’avait interpellé et s’est enfui. La police a poursuivi l’homme, qui aurait « déclenché une bombe artisanale » et allumé un « cocktail Molotov » pour dissuader la police« , note le rapport.

De même, le 17 juillet, un homme a lancé des cocktails Molotov à travers les fenêtres de l’église Living Stones à Reno, dans le Nevada. En mars, quatre personnes ont tiré 50 balles dans l’église mennonite Clearview de Versailles (Missouri).

Si certains actes de violence semblent insensés, d’autres sont porteurs d’un message politique précis. De nombreuses agressions contre des églises découlent de l’enseignement de l’Église chrétienne, vieux de 2 000 ans, selon lequel la vie commence dès la fécondation/conception et l’avortement est un meurtre.

L’hostilité des pro-avortement

Le nombre d’agressions dans les églises a atteint un pic en juin, à l’occasion du premier anniversaire de l’arrêt Dobbs de la Cour suprême, qui a annulé l’arrêt Roe v. Wade. Un incendiaire a mis le feu à l’église catholique Incarnation d’Orlando le jour du premier anniversaire de l’arrêt pro-avortement, mais les enquêteurs n’ont pas pu déterminer si la date avait joué un rôle dans l’incendie.

Mais les attaques des pro-avortement contre les églises chrétiennes se sont poursuivies sans relâche tout au long de l’année. Le 18 janvier, juste avant la Marche pour la vie, quelqu’un a vandalisé le monument à la mémoire des enfants à naître de l’église catholique romaine Sainte-Rosalie de Pittsburgh. Huit jours plus tard, quelqu’un a profané une bannière pro-vie à l’intérieur d’une paroisse catholique de Floride avec la phrase « Le corps des femmes, le choix des femmes« .

Quelques mois plus tard, le 9 septembre, quelqu’un a éclaboussé de peinture rouge un panneau pro-vie à la Second Baptist Church de Palermo, dans le Maine, laissant derrière lui deux messages : « L’avortement est notre droit humain » et « Queer love 4 eva« . Des vandales ont détruit une exposition pro-vie de 1 000 croix en bois, représentant des vies non nées étouffées par l’avortement, à l’église catholique Mary Queen of Heaven d’Elmhurst, dans l’Illinois.

Actes d’ingérence électorale antichrétienne

Plusieurs des 24 attaques d’églises signalées dans l’Ohio étaient liées à la campagne de l’État sur la question 1. Cet amendement constitutionnel controversé a créé un « droit » pour les personnes de tous âges d’accéder à l’avortement à n’importe quel moment de la grossesse. Nombre d’entre elles constituaient des actes d’ingérence électorale.

En octobre, quelqu’un a arraché du sol la pancarte « Votez non » de l’église St Monica-St George de Cincinnati et l’a jetée dans une benne à ordures, note le rapport. Bartholomew, également à Cincinnati, entre six et huit panneaux « Votez non » ont été enlevés de la propriété de l’église et remplacés par des panneaux « Votez oui« . D’autres actes d’ingérence électorale en faveur de l’avortement ont eu lieu :

La basilique-cathédrale Saint-Pierre enchaîné de Cincinnati (Ohio), où des vandales ont volé ou vandalisé des panneaux contre la question 1 un mois avant l’élection.

Mary’s dans la ville universitaire d’Oxford, où se trouve l’université de Miami, une pancarte pro-vie s’opposant à la question 1 « a été coupée en deux et de nombreuses autres pancartes similaires ont été vandalisées ou volées« .

À l’église de l’Incarnation à Centerville, « quelqu’un a peint à la bombe la fenêtre de la porte d’entrée de l’église pour cacher une pancarte s’opposant à la question 1 de l’Ohio« .

La question 1 a été largement adoptée en novembre dernier.

« Les Américains semblent de plus en plus à l’aise pour s’en prendre aux édifices religieux, ce qui témoigne d’un problème sociétal plus large de marginalisation des croyances chrétiennes fondamentales, y compris celles qui touchent à des questions politiques brûlantes liées à la dignité humaine et à la sexualité« , indique le rapport.

Haine antichrétienne des musulmans

Certains actes de violence semblent provenir de sources islamistes. En octobre dernier, un homme se réclamant du Hamas est entré dans l’église du Sacré-Cœur de Cicero, dans l’État de New York, et a menacé ses employés.

Des conflits internationaux ont envahi des églises américaines tout au long de l’année. Le 24 septembre dernier, des vandales ont peint un slogan anti-chrétien et pro-musulman sur l’église apostolique arménienne Saint-Étienne de Watertown, dans le Massachusetts.

Le message – « Artsakh is Dead, Karabakh is Azerbaijan« , qui a été collé sur le panneau d’affichage extérieur de l’église arménienne – faisait référence à une violente querelle entre chrétiens et musulmans pour le contrôle du Haut-Karabakh (également connu sous le nom d’Artsakh) entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Quelques attaques ont également porté sur des questions juives, notamment le vandalisme d’un panneau de soutien à Israël et des graffitis sur une église dénonçant le « génocide israélien« .

Ciblage d’églises de minorités

Quelques attaques ont visé des minorités ethniques. Le rapport fait état de neuf attaques visant des églises baptistes missionnaires et de six attaques visant des paroisses de l’Église épiscopale méthodiste africaine (AME). En outre, le 28 octobre, quelqu’un a incendié l’église épiscopale Holy Innocents, qui dessert la réserve indienne de Rosebud à Parmelee, dans le Dakota du Sud.

Certains incidents se situent à cheval entre l’incendie criminel et le démoniaque.

« En juin, l’église orthodoxe roumaine Ascension of the Lord de Hayward, en Californie, a été cambriolée et plusieurs objets religieux ont été incendiés, notamment une Bible et un crucifix. Les objets carbonisés et les cendres ont été laissés autour d’un autel« , note le rapport.

Quelle que soit leur prétendue motivation, de nombreux agresseurs ont directement invoqué des forces démoniaques dans leurs attaques contre l’Église, que la Bible identifie comme « le corps du Christ » (Éphésiens 4:12).

Attaques Satanistes

« Au moins 12 incidents comportaient des images ou des symboles sataniques« , note le rapport. Il poursuit en donnant de nombreux exemples :

En juillet, des vandales se sont introduits dans l’église catholique Most Holy Trinity d’El Paso, au Texas, et ont laissé derrière eux des images sataniques, notamment en inscrivant le chiffre « 666 » sur de nombreux objets. Les croix à l’intérieur de l’église ont également été retournées et de l’huile sainte a été déversée à l’extérieur.

En octobre, quelqu’un a peint à la bombe les mots « Devil Has Risen » (le diable est ressuscité) et un symbole ressemblant à un pentagramme sur les bâtiments du Jesus Worship Center à Jennings, en Louisiane.

Le 4 février dernier, des vandales ont profané l’Old Philadelphia Church – la plus ancienne église du comté d’Izzard, en Arkansas – avec des croix inversées et un pentagramme.

Le 7 octobre dernier, quelqu’un a peint à la bombe « Leur Dieu n’existe pas » sur le chapiteau du Miracle Faith Christian Center à Columbia, en Caroline du Sud.

Le 29 octobre, un vandale a peint à la bombe « Lucifer Lives Here » et « God No More » sur l’église Bethlehem à Austin, au Texas.

Ces attaques laissent de côté la catégorie la plus importante de l’hostilité contre les églises :

Le vandalisme

Le vandalisme antichrétien en général :

Les 315 actes de vandalisme perpétrés contre des églises contiennent des informations inquiétantes :

Un homme est entré par effraction dans l’église catholique Subiaco Abbey Church of St. Benedict à Subiaco, dans l’Arkansas, brisant l’autel de marbre avec un marteau et volant des reliques vieilles de 1 500 ans.

Le 12 janvier dernier, des vandales ont attaqué cinq églises à Winston-Salem, en Caroline du Nord. L’une des cibles, le Greater Tabernacle Worship Center, a subi à elle seule 15 000 dollars de dégâts.

Le lendemain, un vandale isolé s’en est pris à trois églises catholiques du New Jersey, mettant le feu à un mât de drapeau dans l’une d’elles et tentant de brûler une croix devant une autre.

En janvier, un vandale a peint à la bombe « Marie est la prost***** de Babylone » à l’intérieur d’une église catholique romaine à Billings, dans le Montana, en plus de voler 8 300 dollars de statues et de peintures, et de faire 4 000 dollars de dégâts.

Quelques semaines plus tard, un homme a versé de l’eau de Javel sur une statue de la Vierge Marie et a jeté une statue de l’Enfant Jésus dans les escaliers de l’église du Bon Pasteur à Fall River, dans le Massachusetts.

Le 13 mai, une femme a déféqué et essuyé des excréments sur l’autel de la chapelle de l’hôpital Good Samaritan de Cincinnati.

A lire aussi | Homélie pour le deuxième dimanche de Carême

L’administration Biden ne peut pas plaider l’ignorance des profanations d’églises et des actes de vandalisme visant les lieux de culte :

L’administration a activement prévenu que ces incidents allaient se multiplier dans un avenir prévisible. Le 27 mai dernier, le ministère de la Sécurité intérieure (DHS) a publié un bulletin mettant en garde contre « un environnement de menace accrue » pour les églises et les institutions religieuses, en raison du « cycle électoral général de 2024 et des décisions législatives ou judiciaires relatives à des questions sociopolitiques« , telles que les questions impliquant « la communauté LGBTQIA+« .

L’administration Biden a ensuite mis en place le Faith-Based Security Advisory Council (FBSAC), censé conseiller les lieux de culte sur la manière d’améliorer la sécurité. Parmi les membres du FBSAC triés sur le volet par Joe Biden, on trouve l’agitateur de rue controversé Al Sharpton, des militants LGBTQ et « trois islamistes« .

Selon les experts, la multiplication des attaques contre les églises reflète la tendance antichrétienne générale des politiques de l’administration Biden, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. L’indifférence du président Joe Biden à l’égard de la liberté fondamentale de religion à l’étranger n’a d’égal que l’antagonisme croissant à l’égard des absolus moraux enseignés par les églises qui croient en la Bible ici aux États-Unis, a déclaré Tony Perkins, président du Family Research Council.

Cet article a été initialement publié par Life News puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire