in , , , , ,

Fondements d’un Discipulat Fructueux – Homélie du 5ème Dimanche de Pâques

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

En cette Saison de Pâques, nous continuons à réfléchir sur la manière dont le Seigneur Jésus Ressuscité nous sert et pourvoit à nos besoins.

La semaine dernière, nous l’avons considéré comme notre berger. Cette semaine, nous apprenons qu’Il est la vigne et nous les branches, entièrement dépendants de Lui pour tout. En considérant comment Il prend soin de nous en tant que disciples, nous devons récupérer le mot « prendre soin » de son sens moderne plutôt sentimental.

Le vrai soin ne se limite pas à des choses agréables telles que fournir de la nourriture et un abri. Parfois, prendre soin implique des choses difficiles, mais nécessaires pour nous discipliner et nous purifier afin que nous grandissions et portions plus de fruits. Ainsi, le Seigneur parle de « tailler » dans ce passage. Bien que cela puisse paraître peu agréable, la taille fait partie du bon soin. Regardons comment le Seigneur prend soin de nous afin que nous puissions être de vrais disciples.

Le Seigneur nous présente quatre principes fondamentaux qui nous aident à devenir de meilleurs disciples plus fructueux.

I. La Mission des Disciples – Le texte dit :

« Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Il retranche tout sarment qui ne porte pas de fruit… Tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit… Celui qui ne demeure pas en moi est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.« 

La mission d’une vigne est de porter des fruits. Quels sont les fruits que le Père cherche ? Assurément, la justice, la droiture et la sainteté en font partie. La Lettre aux Galates en parle ainsi :

« Le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi » (Galates 5:22-23).

Certainement, nous pouvons ajouter des vertus et des fruits tels que la générosité, la chasteté, la miséricorde, le pardon et le zèle pour Dieu et Son royaume. Ce sont parmi les fruits que Dieu recherche et qui sont la raison d’être de la vigne, Son fils Jésus, qu’Il a envoyé pour nous nourrir afin que ces fruits se réalisent.

Pourtant, il y a des branches qui, bien qu’elles se nourrissent de la vigne, ne portent pas de fruits. Non seulement elles ne portent pas de fruits, mais elles nuisent souvent à la vigne en puisant de la force loin des branches porteuses de fruits.

Je connais peu les raisins, mais depuis de nombreuses années maintenant, je cultive des tomates. Au fur et à mesure que la plante de tomate pousse, de petits rejets émergent de la base des branches de la vigne. On les appelle généralement « gourmands« , car ils aspirent la force loin de la branche principale où poussent les tomates. Ces gourmands doivent être arrachés pour la santé et la vigueur de la plante et le meilleur développement du fruit.

Dieu fait souvent de même. À notre époque moderne, avec son accent sur l’individualisme, entendre que Dieu coupe les branches improductives nous semble cruel et impitoyable. Cependant, Dieu n’a pas seulement en tête l’individu, mais la force et la fécondité de toute la vigne. Ne pas porter de fruits n’affecte pas seulement l’individu ; cela affecte toute la vigne. Par conséquent, Dieu, en tant que vigneron aimant, coupe les branches nuisibles. Votre vie ne concerne pas seulement vous. Ma vie ne concerne pas seulement moi. Nous existons dans d’innombrables relations complexes les uns avec les autres, et Dieu doit prendre soin de toutes. Parce que la mission de la vigne est de porter des fruits, Dieu cultive la vigne avec cela à l’esprit.

Le texte continue en disant que les branches coupées se dessèchent et que « les gens » les ramasseront et les jetteront au feu. Si je ne sais pas qui je suis et à qui j’appartiens, si je ne suis plus enraciné en Christ, n’importe qui peut me nommer et m’emporter. Oui, sans la stabilité de demeurer sur la vigne, je peux me laisser emporter par les choses mondaines. De cette manière, je dépéris et meurs spirituellement ; le moindre souffle peut me balayer. Comme n’importe quelle branche séchée et flétrie, je ne suis bon qu’à être jeté au feu. À moins que Christ ne me porte et ne me soutienne, je suis emporté par d’autres, qui me jettent au feu.

II. L’élagage des Disciples – Le texte dit :

« Tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit… Vous êtes déjà purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.« 

La plupart d’entre nous qui avons pris soin des roses savent à quel point l’élagage est important. Sans cette taille minutieuse et nécessaire, le rosier devient long et noueux. Il dépense sa force davantage sur les branches que sur les fleurs. Peu à peu, les fleurs deviennent plus petites et moins belles ; les feuilles perdent leur beauté, leur forme et leur couleur, devenant plus petites et plus légères. Finalement, le rosier ressemble peu à autre chose qu’à une mauvaise herbe.

J’imagine que si un rosier pouvait parler, il protesterait et crierait de douleur chaque novembre lorsque je descendrais sur lui et couperais sa croissance à seulement 30 centimètres au-dessus du sol. En mai, cependant, les magnifiques roses dans le jardin avant sont un chef-d’œuvre et toute la douleur de novembre est oubliée.

La douleur et l’élagage font partie du voyage chrétien ; Dieu sait ce qu’Il fait. Nous le savons souvent pas, et comme les roses en novembre qui crient de douleur et protestent, nous cherchons des réponses. Pourtant, tout comme je ne peux pas expliquer mon but aux roses (elles ne sont que des rosiers, après tout), Dieu ne peut pas nous expliquer ce qu’Il fait (nous ne sommes que de simples mortels avec des esprits trop petits pour comprendre l’image complète).

Pourtant, l’élagage de novembre laisse place à la gloire de mai ; Dieu le vigneron sait ce qu’Il fait.

Remarquez aussi que le Seigneur dit que Sa Parole « nous émonde« . Si nous laissons la Parole entrer en nous sans compromis et sans abréviation, nous lisons, « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur » (Hébreux 4:12). Oui, la Parole de Dieu peut humilier notre orgueil, couper court à nos pensées fausses et erronées, et nous tenir pour responsables. Elle peut éliminer l’erreur et guérir les blessures pourries du péché.

Nous devons permettre à la Parole de Dieu d’être ce qu’elle est. Trop d’entre nous recherchent une version filtrée et édulcorée de la Parole de Dieu. Non ! Laissons la Parole non diluée agir, de laquelle l’Écriture elle-même dit :

« Ma parole n’est-elle pas comme un feu, dit l’Éternel, et comme un marteau qui brise le rocher? » (Jérémie 23:29)

Une vigne émondée porte des fruits abondants. Aucun de nous n’aime l’élagage, mais rien n’est plus nécessaire.

III. La Persévérance des Disciples – Le texte dit :

« Demeurez en moi, comme moi en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Moi, je suis le cep; vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi, vous ne pouvez rien faire.« 

Dans cet court Évangile, le mot « demeurer » apparaît sept fois. Vous comprenez le point ? Demeurez ! Le mot grec μείνατε (meinate) est l’impératif pluriel du verbe μένω (meno), qui signifie « habiter« . Habiter signifie rester habituellement ou rester quelque part. Cela parle de stabilité et de persistance.

Il est clair qu’une branche doit toujours rester attachée à la vigne sinon elle est condamnée. Absolument rien n’est possible pour une branche (sauf se flétrir et mourir) à moins d’être attachée à la vigne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an. Rien ne pourrait être plus clair dans cette analogie que cette vérité.

Pourtant, cela semble très peu clair pour le disciple moyen de Jésus, qui s’éloigne si facilement, trouvant que demeurer est à la fois fastidieux et difficile. Puis nous nous demandons pourquoi notre vie spirituelle est tiède et que ses fruits manquent de lustre ! Nous ne pouvons même pas avoir une vie spirituelle médiocre en dehors de Christ ; le texte dit que nous ne pouvons rien faire du tout à part être dispersés.

Comment demeurons-nous avec et en le Seigneur ? L’Écriture distingue quatre façons. Nous demeurons et expérimentons l’union avec le Seigneur à travers

SA PAROLE – Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé (Jean 15:7). Quiconque m’aime sera fidèle à ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons vers lui, et nous ferons chez lui notre demeure (Jean 14:22).

LA SAINTE COMMUNION – Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui (Jean 6:56).

LA PRIÈRE (surtout la prière communautaire) – Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux (Matthieu 18:20).

LE RESPECT DE SES COMMANDEMENTS – Ceux qui gardent ses commandements demeurent en lui et lui en eux (1 Jean 3:24).

Oui, demeurer se réalise par la prière, l’Écriture, les sacrements, la communion fraternelle et la marche droite. Cet Évangile ne pourrait pas être plus clair : demeurez, demeurez, demeurez, demeurez, demeurez, demeurez, demeurez. Sept fois le mot est utilisé.

Vous comprenez ? Demeurez. Demeurez avec persistance.

IV. La Production des Disciples – Le texte dit :

« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Ce qui glorifie mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples.« 

Attachés et demeurant dans la vigne, nous produirons des fruits abondants. Remarquez que cela est lié à une sorte de fécondité dans la prière qui vient de la bonne volonté du Père.

A lire aussi | Quatre évêques allemands s’opposent à un Conseil synodal permanent

Pourquoi est-Il content de répondre à nos prières si nous demeurons ? Parce qu’Il peut nous faire confiance avec Ses bénédictions. En effet, Il peut dire : « Voici quelqu’un qui est proche de mon Fils, qui demeure habituellement avec Lui et reste avec Lui. Oui, voici quelqu’un en qui je peux avoir confiance avec des bénédictions. Voici un bon intendant qui est en union avec mon Fils.« 

L’Écriture parle souvent de la corrélation entre une bonne gestion et les bénédictions :

(Luc 16:10-11) Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables? (Matthieu 25:21)

Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. (Luc 12:48) Mais celui qui ne savait pas et qui a fait des choses dignes de châtiment recevra un châtiment léger. On demandera beaucoup à celui à qui on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui on a beaucoup confié.

Vous voulez plus ? Alors utilisez bien ce que vous avez déjà. Soyez quelqu’un en qui le Père peut avoir confiance parce que vous restez proche et demeurez avec Son Fils. Soyez comme ceux qui peuvent dire, avec la mère Ruth, « Où tu iras, j’irai, et où tu demeureras, je demeurerai » (Ruth 1:16). Soyez comme l’homme qui dit à sa femme : « Si tu me quittes un jour, je pars avec toi.« 

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Quatre évêques allemands s'opposent à un Conseil synodal permanent

Quatre évêques allemands s’opposent à un Conseil synodal permanent

Saint Pierre Chanel, martyr et saint patron de l'Océanie

Saint Pierre Chanel, martyr et saint patron de l’Océanie