in , , ,

Les miracles qui suivirent la mort de Saint Nicolas

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Lorsque le Seigneur voulut rappeler à lui Saint Nicolas, celui-ci le pria de lui envoyer ses anges. En voyant venir les anges, il baissa la tête et récita le psaume 30.

Puis il rendit l’âme au bruit d’une musique céleste. Il fut enseveli dans une tombe de marbre. De sa tête se mit à couler une source d’huile et de ses pieds une source d’eau, qui apportèrent la santé à bien des malades.

Saint Nicolas aurait accompli de son vivant les miracles racontés plus haut. Tant en Orient qu’en Occident, on lui en attribua après sa mort beaucoup d’autres, dont quelques-uns doivent être rapportés ici parce qu’ils ont bénéficié d’une renommée universelle et ont été fréquemment représentés.

Un homme avait emprunté de l’argent à un Juif, en lui jurant, sur l’autel de Saint Nicolas, de le lui rendre aussitôt que possible. Comme il tardait, le Juif le lui réclama ; l’homme affirma l’avoir rendu. Le juge lui enjoignit de jurer qu’il l’avait rendu. L’homme mit tout l’argent de sa dette dans un bâton creux, demanda au Juif de tenir son bâton, jura qu’il avait rendu l’argent, puis reprit son bâton que le Juif lui remit sans soupçonner la ruse.

Mais voilà que le fraudeur s’endormit en chemin et fut écrasé par un chariot, qui brisa en même temps le bâton rempli d’or. L’apprenant, le Juif, accourut. Tous les assistants l’engagèrent à prendre l’argent ; il dit qu’il ne le ferait que si, par les mérites de Saint Nicolas, le mort était rendu à la vie et qu’en ce cas il se convertirait à la foi du Christ. Aussitôt le mort revint à la vie et le Juif reçut le baptême.

Un autre Juif, voyant le pouvoir qu’avait Saint Nicolas d’opérer des miracles, plaça dans sa maison son image. Lorsqu’il partait pour une longue absence, il disait à l’image :

« Nicolas, je te confie la garde de mes biens : si tu ne veilles pas sur eux, je me vengerai en te rouant de coups. »

Un jour, des voleurs emportèrent tout, ne laissant que l’image. Le Juif, revenant et se voyant dépouillé, dit à l’image :

« Seigneur Nicolas, ne t’avais-je pas installé dans ma maison pour garder mes biens ? Pourquoi donc ne l’as-tu pas fait ? C’est toi qui paieras pour les voleurs ! Je vais te rouer de coups, cela refroidira ma rage. »

Et il se mit à frapper cruellement la statue. Alors le Saint apparut aux voleurs, qui se partageaient les dépouilles du Juif, et leur dit :

« Voyez comme j’ai été battu à cause de vous ! Mon corps en est encore tout bleu ! Allez vite rendre ce que vous avez pris ; faute de quoi la colère de Dieu retombera sur vous et vous serez pendus. »

À lire aussi | Réservation : La pièce de théâtre sur la vie de Père Henri Planchat

Et les voleurs d’ajouter :

« Qui es-tu, toi, qui nous dit cela ? »

– Je suis Nicolas, serviteur du Christ, et celui qui m’a mis en cet état est le Juif que vous avez volé

Effrayés, ils coururent chez le Juif, lui racontèrent leur vision et lui rendirent ses biens. Ils rentrèrent dans la bonne voie et le Juif se convertit à la foi chrétienne.

Source : Histoire des Saints – André Mandouze – 1987

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

Réservation : La pièce de théâtre sur la vie de Père Henri Planchat

Réservation : La pièce de théâtre sur la vie de Père Henri Planchat

Dies irae dies illa - Droit de réponse face à la propagande du diable

Dies irae dies illa – Droit de réponse face à la propagande du diable