in , , ,

Pourquoi être pro-vie et contre l’avortement ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Pourquoi être pro-vie et contre l'avortement ?

Pourquoi être contre l’avortement, cet acte met fin à la vie d’un embryon ou d’un fœtus humain. Ce meurtre est-il moralement acceptable ? Ou est-ce une injustice ?

– Il y a plus de 150 ans, un médecin de Boston, Horatio R. Storer, a mis le doigt sur le cœur du problème. « Toute la question« , observait-il, « tourne autour … de la nature réelle du fœtus in utero ».

L’enfant à naître a-t-il le droit de ne pas être tué intentionnellement ? A-t-il la même importance que nous ? Compte-t-il comme l’un des nôtres ?

– Oui, elle compte. Cette position est fondée sur un fait scientifique et un principe de justice.

La science : Le fœtus est un être humain

Premièrement, l’enfant à naître (le zygote, l’embryon ou le fœtus humain) est un être humain – un organisme humain vivant aux premiers stades de son développement. C’est un fait établi par la science de l’embryologie.

Quatre caractéristiques de l’être humain à naître sont importantes :

Distinct. Le fœtus a un ADN et un corps distincts de ceux de sa mère et de son père. Il développe ses propres bras, jambes, cerveau, système nerveux, cœur, etc.

Vivant. Le fœtus répond aux critères biologiques de la vie. Il grandit en reproduisant des cellules. Il transforme les nutriments en énergie grâce au métabolisme. Et il peut répondre à des stimuli.

Humain. Le fœtus a une signature génétique humaine. Il est la progéniture de parents humains, et les humains ne peuvent engendrer que d’autres humains.

Organisme. Le fœtus est un organisme (plutôt qu’un simple organe ou tissu) – un individu dont les parties fonctionnent ensemble pour le bien de l’ensemble. Guidée par un code génétique complet, il n’a besoin que d’un environnement et d’une nutrition appropriés pour se développer à travers les différentes étapes de la vie en tant que membre de notre espèce.

« Le développement humain commence à la fécondation, lorsqu’un spermatozoïde fusionne avec un ovocyte pour former une seule cellule, le zygote« , explique le manuel The Developing Human : Clinically Oriented Embryology.

« Cette cellule hautement spécialisée et totipotente marque le début de chacun de nous en tant qu’individu unique. »

Les preuves scientifiques montrent donc que le fœtus est un individu vivant de l’espèce Homo sapiens, le même type d’être que nous, mais à un stade de développement plus précoce. Chacun d’entre nous a déjà été un zygote, un embryon et un fœtus, tout comme nous avons déjà été des nourrissons, des jeunes enfants et des adolescents.

À lire aussi | Légalisation de l’avortement au Mexique, les votants interdits d’Eucharistie

La justice : Tous les êtres humains ont des droits humains

Deuxièmement, tous les êtres humains ont des droits humains. Tout le monde compte. Il s’agit d’un principe de justice.

Les êtres humains non nés sont différents de la plupart des êtres humains nés à bien des égards, mais ces différences ne sont pas pertinentes pour déterminer si une personne a des droits ou non. Les enfants à naître peuvent avoir une apparence différente de celle des êtres humains plus âgés, mais l’apparence n’a rien à voir avec la valeur. Les enfants à naître sont moins développés physiquement et mentalement, mais les tout-petits sont moins développés que les adolescents, et cela ne les rend pas moins importants. Les enfants à naître sont dépendants de quelqu’un d’autre, mais c’est aussi le cas des nouveau-nés et de nombreuses personnes handicapées.

Les défenseurs de l’avortement affirment souvent que les êtres humains à naître ne sont pas des « personnes » ayant des droits parce qu’ils n’ont pas certaines caractéristiques. L’un des problèmes de ce point de vue est qu’il exclut d’autres êtres humains que les seuls enfants à naître. Si les enfants à naître ne sont pas des personnes parce qu’ils sont dépourvus de fonctions mentales supérieures, par exemple, les nourrissons, les personnes dans le coma temporaire et les patients atteints de démence avancée ne le sont pas non plus.

Un autre problème est que cette approche porte atteinte à l’égalité pour tous. Si des caractéristiques telles que les capacités cognitives ou l’indépendance physique nous donnent de la valeur, alors ceux qui ont le plus de ces caractéristiques ont plus de valeur que ceux qui en ont moins. Aucun d’entre nous n’est égal selon ce point de vue.

Historiquement, chaque tentative de diviser l’humanité entre ceux qui ont des droits et ceux qui sont remplaçables s’est avérée être une erreur colossale. Pourquoi penser que l’avortement est différent ?

La vérité est que nous avons des droits humains simplement parce que nous sommes humains – non pas en raison de notre apparence, de ce que nous pouvons faire, ou de ce que les autres pensent ou ressentent à notre égard, mais plutôt en raison de ce que nous sommes (le type d’être). C’est pourquoi chaque être humain compte.

Pourquoi l’avortement est injuste

L’argument pro-vie peut donc être résumé comme suit :

L’enfant à naître est un être humain.

Tous les êtres humains ont des droits humains, qui incluent le droit de ne pas être tué intentionnellement.

Par conséquent, l’être humain à naître a des droits humains.

C’est pourquoi l’avortement – le meurtre intentionnel d’êtres humains in utero (par aspiration létale, démembrement, écrasement ou empoisonnement) – est injuste. C’est pourquoi les femmes enceintes et leurs enfants à naître méritent notre respect, notre protection et nos soins.

Répondre aux arguments en faveur de l’avortement

Voici quelques-uns des arguments les plus courants avancés pour défendre l’avortement – et pourquoi ils ne fonctionnent pas.

Le choix

De nombreux partisans de l’avortement affirment que les femmes ont le droit de choisir, ou que nous devrions faire confiance aux femmes et les laisser décider. Les gens ont effectivement le droit de choisir de faire beaucoup de choses. Mais il y a des actes qui ne sont pas justes et qui ne devraient pas être autorisés par la loi parce qu’ils font du mal à des innocents. La question qui se pose est de savoir si l’avortement fait partie de ces actes nuisibles. Il y a de bonnes raisons (voir ci-dessus) de penser que c’est le cas.

L’autonomie corporelle

De nombreux défenseurs de l’avortement affirment que les femmes ont le droit de contrôler leur propre corps. L’autonomie corporelle est très importante, mais elle doit respecter le corps et les droits des autres. La plupart des gens sont d’accord, par exemple, pour dire que les femmes enceintes ne devraient pas ingérer de médicaments qui provoquent des malformations congénitales. Et si faire du mal aux enfants à naître est mal, les démembrer et les tuer (par l’avortement) est encore pire. En outre, les parents doivent fournir des soins de base à leurs enfants (y compris pendant la grossesse) car ils sont responsables de l’existence de ces enfants.

Des circonstances difficiles

Les femmes enceintes sont souvent confrontées à des circonstances très difficiles. Mais si les enfants à naître sont des êtres humains de valeur, comme les enfants nés, alors les tuer n’est pas plus justifié dans des situations difficiles (par exemple, des difficultés financières) que de tuer des enfants nés dans ces mêmes situations. Notre réponse aux difficultés auxquelles les femmes sont confrontées devrait être de fournir un soutien, des ressources et des alternatives éthiques, afin qu’aucune femme n’ait l’impression que l’avortement est sa seule option.

Le viol

Bien que le viol et l’inceste représentent moins d’un pour cent des avortements du Minnesota, ces cas sont bien réels. Le viol est un crime vraiment horrible, et ce crime est encore pire lorsque la femme devient ensuite une mère enceinte contre son gré. L’avortement, cependant, aggrave la violence du viol en prenant la vie d’un être humain vulnérable qui n’a rien fait de mal. La mère et l’enfant méritent tous deux d’être soutenus et pris en charge dans le cadre de cette situation très douloureuse et injuste.

Diagnostics défavorables

Un diagnostic prénatal défavorable est déchirant. Mais, tout comme la maladie et le handicap ne justifient pas de tuer les enfants nés, ce ne sont pas non plus de bonnes raisons pour tuer les enfants à naître. De plus, il existe un soutien et des alternatives à l’avortement, notamment l’adoption pour les enfants ayant des besoins spéciaux et l’hospice périnatal en cas de diagnostic terminal.

Sauver la mère

Dans des cas rares et tragiques, pour sauver la vie d’une femme enceinte, il faut mettre fin à sa grossesse (par exemple par un accouchement prématuré ou une césarienne), même si l’enfant ne peut survivre en dehors de l’utérus. Cela ne prête pas à controverse, car il est préférable de sauver la vie de la mère que de laisser mourir la mère et l’enfant. Ce n’est pas la même chose que de tuer intentionnellement l’enfant, ce qui n’est jamais médicalement nécessaire.

Imposer un point de vue

Certaines personnes expriment leur opposition personnelle à l’avortement, mais ne veulent pas imposer ce point de vue aux autres en rendant l’avortement illégal. Mais la raison pour laquelle on s’oppose personnellement à l’avortement est qu’il enlève injustement la vie d’un être humain innocent. Et il est certain que la loi doit protéger les droits fondamentaux de l’homme et empêcher la violence contre les personnes sans défense. Personne ne dirait : « Je suis personnellement opposé au trafic sexuel, mais je ne veux pas imposer ce point de vue à tout le monde« .

Croyance religieuse

Les gens disent souvent que les pro-vie essaient d’imposer leurs croyances religieuses au reste de la société. Mais la position pro-vie s’appuie sur la science et la raison et est partagée par de nombreuses personnes non religieuses. L’opposition au meurtre des enfants à naître n’est pas plus intrinsèquement « religieuse » que l’opposition au meurtre des adolescents (ou de toute autre personne). En outre, le fait que la position d’une personne sur une question puisse être influencée par la religion ne devrait pas l’exclure de la considération publique. Le travail du révérend Martin Luther King Jr. dans le mouvement des droits civiques, par exemple, a été fortement influencé par ses convictions religieuses. Il est vrai qu’un Catholique doit être absolument contre l’avortement sinon, il se coupe de l’enseignement de notre Sainte Mère l’Église, mais pour autant, tous les pro-vie ne sont pas religieux pour autant.

Le danger de l’avortement illégal

Avant la légalisation de l’avortement, disent certains, de nombreuses femmes sont mortes à la suite d’avortements illégaux – et cela se reproduira lorsque l’avortement sera interdit. La vérité est que les antibiotiques et d’autres progrès médicaux ont entraîné une baisse spectaculaire des décès maternels jusqu’au milieu du 20e siècle. Cette baisse s’est produite avant la légalisation nationale de l’avortement en 1973, qui n’a eu aucun effet apparent sur les taux de mortalité. En effet, de nombreuses preuves montrent que nous pouvons à la fois protéger les droits des enfants à naître et avoir un niveau élevé de santé maternelle.

Punir les femmes

Certains partisans de l’avortement préviennent que lorsque l’avortement sera illégal, les femmes qui se font avorter seront mises en prison. Ce n’est pas le cas. Avant la légalisation de l’avortement aux États-Unis, les femmes qui se faisaient avorter n’étaient pratiquement jamais poursuivies (les praticiens de l’avortement étaient plutôt visés). Cela s’explique par le fait que les sanctions juridiques appropriées dépendent de facteurs tels que la culpabilité ainsi que de considérations pratiques. Les femmes ayant subi un avortement méritent de la compassion, pas une condamnation.

L’égalité des sexes

Certaines féministes affirment que l’égalité des sexes passe par la légalisation de l’avortement. Les défis de la grossesse et de l’accouchement incombent en effet uniquement aux femmes et non aux hommes (bien que les hommes soient également responsables de leurs enfants). Mais la charge de s’occuper d’enfants de cinq ans incombe aux parents d’enfants de cinq ans et non à tout le monde – et les lois contre le meurtre ou l’abandon d’enfants de cinq ans ne sont pas injustes pour cette raison. Malgré des circonstances différentes, il devrait être interdit à tout le monde de prendre une vie humaine innocente. On peut et on doit cependant faire davantage pour que les hommes assument leurs responsabilités de pères et pour tenir compte du rôle essentiel des mères dans notre société.

Les hommes et l’avortement

Certaines personnes affirment que les hommes ne devraient pas exprimer d’opinion sur l’avortement. Il est vrai que les hommes ne peuvent pas comprendre pleinement l’expérience de la grossesse, mais il est également vrai que l’avortement est bon ou mauvais, quelle que soit l’expérience d’une personne en particulier. Des millions de femmes sont en faveur de l’avortement. Ce point de vue ne peut pas être rejeté à cause d’un trait de caractère d’une personne qui le défend. Si l’avortement est vraiment la prise injuste d’une vie humaine innocente, alors les femmes et les hommes doivent s’exprimer au nom des filles et des garçons à naître qui n’ont pas de voix.

Dans son livre A Defense of Abortion, David Boonin décrit des photographies sur son bureau représentant son fils, Eli, à différentes étapes de sa vie. « À travers tous les changements remarquables que ces photos préservent« , écrit Boonin, « il reste indubitablement le même petit garçon« .

Boonin poursuit :

Dans le tiroir du haut de mon bureau, je garde une autre photo d’Eli. Cette photo a été prise … 24 semaines avant sa naissance. L’image de l’échographie est floue, mais elle révèle assez clairement une petite tête légèrement inclinée en arrière, et un bras levé et plié, avec la main pointant vers le visage et le pouce tendu vers la bouche. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que cette image, elle aussi, montre le même petit garçon à un stade très précoce de son développement physique. Et il ne fait aucun doute que la position que je défends dans ce livre implique qu’il aurait été moralement acceptable de mettre fin à sa vie à ce stade.

Selon Boonin, il aurait été acceptable de tuer Eli, car à cet âge, Eli n’avait pas encore acquis les caractéristiques qui, selon Boonin, lui confèrent des droits ou de la valeur. Il ne suffisait pas qu’Eli soit Eli. Il lui fallait quelque chose de plus pour compter vraiment.

De nombreux défenseurs de l’avortement défendent ce type de point de vue, mais il soulève des questions très troublantes. Qui décide si et quand je compte ? De quelles caractéristiques ai-je besoin, et pourquoi ces caractéristiques font-elles une telle différence ? De quelle quantité de ces caractéristiques ai-je besoin ? Que se passe-t-il lorsque je les perds (par exemple, à cause d’une blessure, d’une maladie, d’un handicap ou de l’âge) – est-ce que je perds mes droits humains ? Et comme aucune personne ne partage ces caractéristiques au même degré, l’égalité n’est-elle qu’un mythe ?

L’amour le plus profond consiste à rechercher ce qui est bon pour les autres – à rechercher leur bien-être ou leur épanouissement.

Mais ce type d’amour n’est pas contingent. Il ne recherche pas l’épanouissement des autres uniquement à certains moments, tout en approuvant leur destruction à d’autres moments. Il veut toujours ce qui est bon pour eux.

L’avortement est le contraire de l’amour. L’avortement prive les êtres humains du bien qu’est leur vie. Il attaque leur bien-être et nuit à leur épanouissement. L’avortement dit que vous êtes peut-être important à certains moments de votre vie ou dans certaines conditions, mais qu’à d’autres moments, vous n’êtes pas important du tout.

L’amour dit autre chose. Il dit que vous êtes important simplement parce que vous êtes vous. Et c’est suffisant.

À lire en anglais sur MCCL

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Légalisation de l'avortement au Mexique, les votants interdits d'Eucharistie

Légalisation de l’avortement au Mexique, les votants interdits d’Eucharistie

Le diocèse Allemand autorise les femmes à administrer le baptême

Le diocèse Allemand autorise les femmes à administrer le baptême