in , ,

Légalisation de l’avortement au Mexique, les votants interdits d’Eucharistie

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Légalisation de l'avortement au Mexique, les votants interdits d'Eucharistie

Après le vote de l’assemblée législative de l’État mexicain de Sinaloa en faveur de la légalisation de l’avortement jusqu’à 13 semaines, le diocèse de Culiacán a annoncé que les politiciens catholiques qui ont voté en faveur de la loi ne pourront pas recevoir l’Eucharistie ni être parrains ou marraines.

Dans un communiqué, le père Miguel Ángel Soto Gaxiola, directeur de la Commission pour la vie, la famille, la jeunesse et les laïcs de Culiacán, a annoncé officiellement que les législateurs catholiques qui ont voté en faveur de l’avortement que la décision de leur refuser la communion est « la reconnaissance de l’état objectivement indigne d’une personne pour recevoir le corps du Christ. »

Le diocèse de Culiacán se trouve dans l’État de Sinaloa et comprend la capitale Culiacán. Sinaloa est devenu le septième État mexicain à dépénaliser l’avortement.

À lire aussi | Les progrès de l’irréligion avant la révolution Française

Dans la lettre adressée aux politiciens catholiques, le père Soto Gaxiola souligne qu' »aujourd’hui, de nombreuses personnes sont scandalisées par la trahison publique de l’enseignement de l’Église sur la foi et la morale par ces législateurs qui se disent « catholiques« .

Il poursuit : « En effet, l’interrogation des fidèles est logique : comment un catholique qui promeut ouvertement et est en faveur de politiques contraires à la Vie peut-il venir à la messe et s’approcher pour prendre la communion ?« .

« Dans le Magistère de l’Église, la valeur de la vie a toujours et en tout temps été défendue depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle« , précise le communiqué.

Le document rejette la justification de ceux qui disent « croire personnellement à l’immoralité de l’avortement » mais favorisent les « politiques publiques » qui incluent sa légalisation.

Citant l’encyclique Evangelium vitae du pape Jean-Paul II, la déclaration affirme qu’il s’agit d’une théorie erronée, car « aucune circonstance, aucun but, aucune loi ne peut rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite, puisqu’il est en contradiction avec la loi de Dieu, qui est écrite dans chaque cœur humain, connue par la raison elle-même et proclamée par l’Église« .

La lettre conclut : « En répondant à la question : Un député ou toute personne qui fait profession d’être catholique, tout en coopérant ou en légiférant ouvertement contre la vie, peut-il recevoir la Sainte Communion ? Non. Cette personne ne peut pas s’approcher de la communion sacramentelle. Cette personne ne peut pas non plus être parrain ou marraine ou accompagner d’autres personnes qui veulent recevoir d’autres sacrements comme le baptême.« 

À lire en anglais sur CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire