in , , , , , , ,

Des éclaircissements sur les démons par Frère José Antonio Fortea

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Né le 11 octobre 1968 à Barbastro, Espagne, José Antonio Fortea Cucurull est un prêtre catholique du diocèse d’Alcalá de Henares (Madrid) et un auteur espagnol. Bien qu’il ait autrefois exercé en tant qu’exorciste, il n’occupe plus ce poste actuellement.

Peut-on distinguer les tentations qui viennent de nous-mêmes de celles qui viennent des démons ?

Les tentations qui nous viennent des démons ne se distinguent en rien de nos propres pensées, puisque le démon nous tente en infusant en nous des espèces intelligibles. C’est-à-dire que le démon introduit dans notre intelligence, notre mémoire et notre imagination, des objets propres à notre entendement qui ne se distinguent en rien de nos pensées. Une espèce intelligible, c’est justement ce qui est dans notre pensée lorsque nous exerçons la faculté de penser, qu’il s’agisse d’imaginer un arbre, de résoudre un problème mathématique, d’élaborer un raisonnement logique, de composer une phrase, etc.

Toutes ces choses sont des espèces intelligibles. Nous les produisons dans notre esprit rationnel, mais un ange peut aussi les produire et nous les communiquer silencieusement. Parmi nous, les êtres humains, nous communiquons nos espèces intelligibles surtout à travers la communication du langage, bien que nous puissions aussi le faire à travers, par exemple, la musique et les arts plastiques. Mais toujours à travers des médias externes, alors que les anges peuvent transmettre leurs espèces intelligibles sans avoir besoin de médias.

Il n’est donc pas possible de distinguer ce qui vient de l’intérieur de soi, d’un ange, d’un démon ou de Dieu directement. Cependant, certaines personnes qui ont persévéré pendant plusieurs années dans une vie spirituelle très intense, dans un esprit de prière, peuvent témoigner que les tentations surgissent avec une intensité tout à fait surprenante sans avoir aucune raison plausible, et qu’elles peuvent être d’une persistance très étrange. Pour donner un exemple, il est clair que la lecture d’un livre contre la Foi produit des tentations contre la Foi elle-même. Mais si cette tentation survient peu après, très intense et persistant pendant des semaines et des semaines, cela peut être un signe qu’il s’agit d’une tentation démoniaque. Mais même dans ce cas, nous ne pouvons pas être sûrs.

En règle générale, nous pourrions dire que les tentations sans cause raisonnable, très intenses et persistantes, peuvent être considérées comme suspectes de provenir du Diable. Mais avec des signes aussi vagues, on ne peut pas être tout à fait sûr. Des prêtres ont reçu des personnes ayant une vie de prière intense qui, sans antécédents psychiatriques, ont soudain envie de blasphémer Dieu, de marcher sur des crucifix ou quelque chose de ce genre.

Si ces troubles deviennent récurrents, il est raisonnable de penser qu’ils sont dus à des maladies ayant des implications psychiatriques. Mais si elles surviennent soudainement et que la personne semble se contrôler et être saine d’esprit, nous avons des raisons de soupçonner qu’il s’agit de tentations diaboliques. Le psychiatre qui aura lu cette explication pensera certainement que ce qui a été décrit est dû à un effet d’action-réaction.

A ces psychiatres, nous voudrions dire que nous connaissons parfaitement ces mécanismes de l’inconscient, mais nous voudrions aussi leur rappeler que le Diable existe aussi. Et cela devient plus clair lorsqu’une telle tentation obsessionnelle disparaît un beau jour sans laisser de traces. Les tentations démoniaques ne sont jamais chroniques. Et aussi véhémentes soient-elles, lorsqu’elles disparaissent, elles ne laissent pas la moindre trace dans le psychisme qui les a subies.

Que faire face à la tentation ?

La rejeter immédiatement ! La tentation ne peut rien nous faire si nous la rejetons, si nous ne dialoguons pas avec elle, elle est inoffensive. En effet, à partir du moment où nous entrons en dialogue avec elle, à partir du moment où nous pesons le pour et le contre de ce qu’elle nous propose, à partir du moment où nous prenons en compte ce qu’elle nous propose, notre force est brisée et notre résistance affaiblie. Une fois que nous commençons (à condition que nous acceptions) le dialogue avec la tentation, nous aurons besoin de beaucoup plus de volonté, de plus en plus, pour la rejeter.

Une autre chose que nous, confesseurs, avons observée est que certains pénitents très pieux se sentent accablés lorsque certaines pensées leur viennent de temps en temps comme des tentations de commettre des péchés graves. Ces personnes très pieuses et/ou religieuses n’expliquent pas comment de telles pensées leur viennent, et elles se sentent très coupables et impuissantes face à elles. Ayant compris ce qu’est une espèce intelligible infusée par un démon, on se rend compte que la meilleure façon de s’y opposer est tout simplement de l’ignorer, de faire exactement le contraire de ce qu’une telle tentation propose, et de se mettre à prier.

Le désespoir ne sert à rien. Si nous ne désespérons pas, c’est le diable qui désespère ! Le diable peut nous présenter des pensées, des images et des souvenirs, mais il ne peut pas entrer dans notre volonté. Nous pouvons être tentés, mais après tout, nous faisons ce que nous voulons et ce que nous acceptons de faire. Même tous les pouvoirs de l’enfer ne peuvent pas forcer quelqu’un à commettre le plus petit des péchés !

Le diable peut-il utiliser n’importe quelle stratégie pour nous tenter ?

Le diable est un être intelligent, pas une force ou une énergie. Il faut donc comprendre que la tentation est un moyen de forcer le dialogue. Un dialogue entre le Tentateur et la personne qui doit lui résister. Ce n’est que si la personne est réticente à considérer la tentation que la tentation n’est qu’une insistance de la part du diable, sans réponse de notre part. Mais le diable peut rester longtemps avec nous, nous analyser, nous connaître et nous tenter précisément à travers nos points faibles.

Le diable peut être extraordinairement pragmatique. C’est-à-dire qu’il connaît ses chances de succès et peut nous tenter précisément par ce qu’il sait être susceptible de réussir. S’il se rend compte que la personne ne tombera pas dans un péché grave, il peut la tenter de tomber dans un péché moins grave. S’il voit qu’il n’y parviendra pas, il peut la tenter de ne commettre qu’une imperfection, qui n’est même pas un péché. Et à l’intérieur de ce qui consiste en des imperfections, il ne la tentera que par ce qu’il considère comme possible.

Prenons un exemple : il peut voir que tenter un ascète par la gourmandise peut être une perte de temps, mais il sait que cela peut être encore mieux s’il le tente d’abuser du jeûne. Et s’il voit qu’il a un certain succès, il tentera l’ascète d’abuser de son jeûne précisément dans ce qui favorise son orgueil ou est pire pour sa santé, etc.

Autre exemple : s’il semble inutile de tenter une religieuse d’abandonner ses prières, il peut la tenter de prolonger sa période de prières au détriment d’autres tâches qu’elle est également obligée d’accomplir. En d’autres occasions, le diable peut voir que, plutôt que de la tenter de pécher, il est préférable de lui faire croire qu’elle ne devrait pas suivre les conseils de son confesseur, puisqu’il est un homme moins spirituel qu’elle. Le démon n’essaie pas en vain et en vain, mais il analyse et attaque là où il voit qu’il a quelque chance de réussir. Et il a plus de chances de réussir là où l’homme vertueux pense qu’il [le diable] a moins de chances.

J’ai donné des exemples de tentations à des personnes dévouées à la prière et à l’ascèse, parce que l’homme livré au vice est un homme sans protection, sans la protection des vertus. Sans la cuirasse de la Vertu, son esprit laisse plusieurs flancs sans défense, exposés à l’action des tentations. Sans Dieu pour protéger ces âmes, chacune d’entre elles serait comme de la paille sur le feu de ses propres passions, dont les braises sont constamment attisées par les tentations démoniaques.

C’est pourquoi nous demandons, lorsque nous prions le Notre Père, de nous délivrer du mal. Cela montre que, même si nous avons la liberté de résister, nous devons prier le Créateur de nous protéger. C’est aussi pour cette raison que le Seigneur nous a délégué un Ange gardien (appelé aussi « gardien« ), afin que les mauvaises inspirations soient contrées [et compensées] par des inspirations pour le Bien.

De plus, si l’on est tenté et que l’on prie, la tentation disparaît tôt ou tard. La réalité de la tentation est incompatible avec la pratique de la prière. La prière, tout d’abord, crée une barrière à la tentation, car en elle notre volonté et notre intelligence sont focalisées sur le Bien [c’est-à-dire Dieu]. Si nous insistons un peu plus sur la prière, le diable n’en peut plus et s’enfuit.

Dieu peut-il tenter ?

« Que celui qui est tenté ne dise pas : Je suis tenté par Dieu’, car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente personne » (Jc 1,13).

Ce verset nous enseigne deux choses :

1) Dieu ne peut pas être tenté. Après tout, qu’est-ce que la tentation peut offrir à Dieu qu’il n’a pas déjà lui-même ? Quel cadeau, quel plaisir ou quelle jouissance ne possède-t-il pas déjà ? En Dieu, la tentation, en termes métaphysiques, est impossible, car elle n’a rien à lui offrir.

2) Dieu ne tente personne. Dieu est bon et ne tente donc jamais le mal. Dieu ne peut que conduire les êtres vers le Bien, sans jamais nous présenter le Mal comme s’il s’agissait d’un bien ou nous induire en erreur. Si Dieu ne peut être tenté, pourquoi le diable a-t-il pu tenter Jésus ? Il a été fait homme pour que Dieu puisse être tenté. De même, en tant que Dieu, il lui est impossible de souffrir pour quoi que ce soit, mais seulement en tant qu’être incarné.

À lire aussi | La méthode universaliste et positive de Saint Thomas d’Aquin

Si Dieu ne tente pas, pourquoi permet-il la tentation ?

Nous trouvons la réponse à cette question dans le verset suivant :

« Considérez comme une grande joie, mes frères, les diverses épreuves que vous subissez, sachant que l’épreuve de votre foi produit la persévérance. » (Jc 1:2, 3)

Sans la tentation, il n’y aurait pas une telle constance dans la vertu qui nous permet de résister toujours plus à la tentation séduisante. En d’autres termes, certaines vertus n’émergeraient jamais si nous n’étions pas soumis à la tentation. En outre, plus l’épreuve est difficile, plus la lumière de cette vertu brille lorsqu’elle surmonte la tentation. Cela nous amène à la constatation suivante : Dieu aurait pu interdire les démons pour qu’ils n’interviennent jamais dans l’histoire de l’humanité. Mais Dieu savait que, bien que les démons soient la cause de maux, ils fournissaient l’occasion de grandes merveilles en donnant une plus grande valeur aux vertus conquises.

En un sens, nous pourrions admettre que Dieu a accepté la possibilité que de plus grandes Ténèbres surgissent si, ce faisant, une Lumière plus pure et vraiment lumineuse était obtenue. Sinon, il aurait suffi d’un simple ordre de Dieu pour qu’aucun démon n’entre en contact avec un être humain. Si Dieu a permis un tel contact, c’est parce qu’un plus grand bien aurait pu en résulter.

Source : Summa Daemoniaca – Frère José Antonio Fortea – 2004

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La méthode universaliste et positive de Saint Thomas d'Aquin

La méthode universaliste et positive de Saint Thomas d’Aquin

De quelques obscurités de l'Évangile au sujet de la Sainte Vierge

De quelques obscurités de l’Évangile au sujet de la Sainte Vierge