in , , ,

Le suicide culturel de l’occident moderne après son abandon de la foi

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’Occident moderne a abandonné la foi et a perdu, avec elle, même les vertus naturelles, ainsi que ces dons surnaturels. Plus on s’est élevé, plus on doit tomber.

Dans son livre Suicide of the West, James Burnham a caractérisé le libéralisme comme « l’idéologie du suicide occidental« .

Notre civilisation est en déclin, et ce, à un rythme qui s’accélère rapidement. Ce n’est pas nouveau dans l’histoire de l’humanité. Mais la manière précise dont elle se désintègre semble sans précédent.

Ce qui est effectivement devenu l’idéologie des classes dirigeantes, qui porte de nombreux noms – politiquement correct, « wokisme« , « justice sociale critique« , « idéologie du successeur« , mentalité baizuo, etc. – manifeste une autodestruction et un nihilisme pervers qui, comme l’affirme Anton, semblent sui generis.

Cette idéologie, à laquelle nos élites adhèrent de tout cœur et qu’elles propagent dans toutes les grandes institutions de la société, enseigne la haine de leur propre pays et de leur propre civilisation comme étant en quelque sorte uniquement malveillante et oppressive.

Elle encourage les étrangers et les immigrants à considérer les États-Unis et l’Occident en général avec la même hostilité. Les Blancs aisés de gauche ont également adopté une haine de soi ethnique sans précédent dans l’histoire, adoptant avec enthousiasme la diabolisation de leur « blancheur » comme source de tous les maux du monde. Pourtant, ces formes d’oikophobie ou de haine de soi ne sont prescrites par eux qu’aux Occidentaux et aux Blancs – les non-Occidentaux et les non-Blancs, quelle que soit l’histoire sanglante ou oppressive de leur propre peuple, ne sont jamais encouragés à célébrer leur héritage.

Plus radicale encore est l’attaque de cette idéologie contre le fondement même de tout ordre social, la famille, ainsi que la distinction et les relations entre les sexes qui constituent la base même de la famille. Toute forme de dégénérescence sexuelle est célébrée, et même la critique la plus timide à son égard est dénoncée avec force comme de la « bigoterie« .

Le type d’activité sexuelle le plus rare est peut-être celui qui aboutit à des enfants – bien que le sexe existe pour cela en premier lieu – et les taux de mariage et de natalité sont en baisse significative. Les normes régissant les rôles des pères et des mères et les relations entre les sexes sont condamnées comme « patriarcales« . Nombreux sont ceux qui s’éloignent même de leur propre sexe, s’identifiant à l’un des 63 « genres » alternatifs imaginés.

À lire aussi | Inde : une statue de Jésus-Christ a été vandalisée devant l’église

Comme le note Anton, la laideur pure et simple est encouragée de manière agressive dans tous les domaines de la culture, de l’architecture aux arts en passant par la publicité. Les films et la musique sont sans cesse obsédés par le déviant, le désordonné et le criminel, tout en ridiculisant le normal. Les corps sont de plus en plus tatoués, percés et vêtus de vêtements amorphes qui étouffent la féminité ou la masculinité au lieu de la mettre en valeur. Des mannequins obèses ou émaciés fixent les publicités avec des expressions de défi maussade. Les normes conventionnelles de beauté, comme celles de la moralité, sont condamnées comme « oppressives » et « sectaires« .

L’ordre public de base est lui aussi condamné dans les mêmes termes. La police est diabolisée, privée de fonds et démoralisée. De nombreux délits sont décriminalisés, de nombreuses lois qui restent en vigueur ne sont pas appliquées, et beaucoup de ceux qui sont arrêtés pour avoir enfreint les lois qui sont toujours appliquées sont relâchés dans la rue sans caution. Le pillage et le vandalisme sont excusés ou même approuvés. Les toxicomanes et les malades mentaux sont autorisés à occuper les trottoirs et à déféquer dans les rues, bien que cela ne profite ni à eux ni à personne d’autre.

Le système éducatif inculque aux jeunes ce nihilisme et cette oikophobie, et condamne les normes d’excellence comme (vous l’aurez deviné) de nouveaux exemples d' »oppression » et de « bigoterie ». Le « progrès » est conçu en termes de recherche sans fin de nouvelles normes susceptibles d’être subverties et la spirale de la mort qui en découle semble maintenant atteindre son point culminant inévitable.

C’est la haine de soi de la société que tout cela évoque qui, selon Anton, la rend unique dans les annales de l’effondrement des civilisations, et c’est ce qui m’a fait penser à l’analyse de Burnham. Comment l’expliquer ?

Une partie de l’histoire est que nous sommes victimes de notre propre succès. La vérité, bien sûr, est que la société occidentale moderne n’est pas oppressive (sauf, maintenant, à l’égard de ceux qui résistent au déclin culturel que nous venons de décrire et qui tentent de consolider les normes traditionnelles). Elle est plus libre et plus prospère que toute autre société dans l’histoire. Le fait qu’elle tolère même les odieux mécontents qui répandent le « wokisme » comme un cancer dans le corps politique, et qu’elle ait même adopté cette idéologie comme la sienne, démontre en soi à quel point elle est libre. Le fait que l’ensemble du système, bien que très dysfonctionnel, ne se soit pas encore effondré à cause de ce cancer montre à quel point il est prospère. Une société a besoin d’un haut degré d’aisance pour se maintenir, du moins pendant un certain temps, car la cellule familiale, la loi et l’ordre fondamentaux s’effondrent.

Mais la liberté et l’abondance engendrent la décadence. Plus les gens sont riches et libres, plus ils ont tendance à trouver insupportable toute gêne résiduelle ou toute restriction à l’assouvissement de leurs désirs. Ailleurs, j’ai discuté en détail de la façon dont Platon explique comment les sociétés oligarchiques tendent à se dégrader en sociétés égalitaires licencieuses. Et comme Nietzsche l’observe dans Au-delà du bien et du mal :

Il y a un moment dans l’histoire de la société où elle devient si pathologiquement douce et tendre que, entre autres choses, elle se range même du côté de ceux qui lui font du mal, les criminels, et elle le fait assez sérieusement et honnêtement. Punir, lui semble en quelque sorte injuste, et il est certain qu’imaginer « punir » et « être censé punir » la blesse, suscite en elle la peur. « Ne suffit-il pas de le rendre inoffensif ? Pourquoi punir encore ? La punition elle-même est terrible.  » Avec cette question, la morale du troupeau, la morale de la timidité, tire sa conséquence ultime.

Si cela est vrai même pour les activités criminelles, cela va naturellement être vrai pour les formes non criminelles de déviance. Une société « pathologiquement douce et tendre » ne peut supporter l’idée que les personnes qui font des choses honteuses puissent ressentir de la honte. Par conséquent, elle abaissera ou abandonnera frénétiquement les normes afin de satisfaire tous les cinglés ou les pervers qui se plaignent que leur forme préférée de déviance n’a pas été suffisamment respectée.

Pourtant, si cela explique dans une certaine mesure l’ampleur de l’effondrement des normes, cela n’explique pas l’hostilité viscérale de ceux qui travaillent à les saper. Pour cela, nous devons prendre en compte le péché mortel de l’envie, et ce que Nietzsche appelait le ressentiment, qui sont les concomitants de l’égalitarisme radical. Comme l’enseigne l’Aquinate, « la haine peut naître à la fois de la colère et de l’envie… [mais] elle naît plus directement de l’envie, qui regarde le bien même de notre prochain comme déplaisant et donc haïssable« . L’envieux veut détruire ce qu’il ne peut atteindre ou vivre à sa hauteur. Ainsi, les « réveillés » ne se contentent pas d’avoir la liberté de bafouer les normes défendues par les « normies« . Ils veulent salir ces normes, et même les anéantir complètement. Nietzsche a eu leur numéro dans « Ainsi parlait Zarathoustra » :

Vous prêchez l’égalité. Pour moi vous êtes des tarentules, et secrètement vengeurs…

« Ce que la justice signifie pour nous, c’est précisément que le monde soit rempli des tempêtes de notre vengeance » – ainsi [les tarentules] se parlent entre elles. « Nous exercerons notre vengeance et nos abus sur tous ceux dont nous ne sommes pas les égaux » – ainsi s’expriment les tarentules-cœurs. « Et ‘volonté d’égalité’ sera désormais le nom de la vertu ; et contre tout ce qui a le pouvoir nous voulons élever notre clameur !« .

Prêcheurs d’égalité, la tyrannomanie de l’impuissance clame ainsi hors de vous l’égalité : vos plus secrètes ambitions d’être tyrans se drapent ainsi de mots de vertu. La vanité blessée, l’envie refoulée – peut-être la vanité et l’envie de vos pères – jaillissent de vous comme une flamme et comme la frénésie de la vengeance…

Méfiez-vous de tous ceux qui parlent beaucoup de leur justice ! … Quand ils se disent bons et justes, n’oubliez pas qu’ils seraient pharisiens si seulement ils avaient le pouvoir…

Les prêcheurs de l’égalité et les tarentules… sont assis dans leurs trous, ces araignées venimeuses, le dos tourné à la vie, ils parlent en faveur de la vie, mais seulement parce qu’ils veulent faire mal. Elles veulent faire mal à ceux qui ont maintenant le pouvoir. (Le Nietzsche portatif, pp. 211-13)

Maintenant, une telle haine a naturellement tendance à subvertir la raison. Mais comme l’enseignent Platon et Aquin, c’est le vice sexuel, parmi tous les vices, qui a la plus grande tendance à détruire la rationalité. Le désir sexuel peut sérieusement obscurcir l’intellect même dans les meilleures circonstances, mais lorsque ses objets sont contra naturam, l’indulgence rend l’idée même d’un ordre objectif et naturel des choses détestable. L’opulence, qui marie le péché mortel de l’envie à celui de la luxure, doit inévitablement donner lieu à des manifestations toujours plus bizarres d’irrationalité pure et simple.

Ainsi, l’abondance engendre la douceur qui engendre l’égalitarisme qui engendre la licence qui engendre la folie. Tout cela n’est que de la bonne vieille analyse sociopolitique dans la tradition classique (Platon, Aristote, Augustin, Aquin, etc.). Et c’est une très grande partie de l’histoire que nous voyons se dérouler autour de nous. Mais je soutiens que même cela n’explique pas tout à fait ce qu’Anton appelle la nature « sans précédent » de notre effondrement culturel. Ce que j’ai décrit est un processus entièrement naturel de dégradation culturelle. Mais il y a quelque chose au-delà de l’ordre naturel à l’œuvre ici – quelque chose de vraiment diabolique dans ce qui se passe.

Après tout, même les païens d’autrefois avaient une certaine compréhension de la loi naturelle. C’est pourquoi l’Église pouvait trouver des âmes soeurs chez des gens comme Platon et Aristote. En revanche, l’Occident moderne a largement perdu les connaissances morales que possédaient les païens. La déviance était, à l’époque de l’ancien paganisme, largement confinée aux classes supérieures aisées. Aujourd’hui, elle imprègne l’ensemble de l’ordre social.

Que s’est-il passé entre leur époque et la nôtre ? Le christianisme, bien sûr – et ensuite l’apostasie du christianisme. Et c’est ce caractère d’apostasie qui, à mon avis, explique le caractère diabolique et sans précédent de l’effondrement culturel auquel nous assistons. Les païens d’autrefois avaient une compréhension approximative de la loi naturelle. La foi catholique l’a perfectionnée et y a ajouté la connaissance de notre fin surnaturelle – la vision béatifique – et la possibilité des vertus théologales de foi, d’espérance et de charité qui nous permettent d’atteindre cette fin. Mais l’Occident moderne a abandonné la foi, et a perdu, avec elle, même les vertus naturelles, ainsi que ces dons surnaturels. Plus on a été élevé, plus on doit tomber. Ou comme le Christ avertit ceux qui ne font pas bien avec ce qu’il leur a donné : « Car on donnera davantage à celui qui a, et il aura l’abondance ; mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a » (Matthieu 13:12).

Maintenant, où se situe le libéralisme dans cette histoire ? Le libéralisme, à mon avis, était voué à céder au nihilisme du type de celui qu’incarne le wokisme. Comme je l’ai longuement soutenu ailleurs, le libéralisme est essentiellement une hérésie chrétienne et son hérésie implique une distorsion de la conception chrétienne de la nature. En particulier, elle exige une conception de la nature qui la prive de toute téléologie ou finalité inhérente, et donne ainsi une conception déformée de la loi naturelle. Elle fait également du surnaturel une imposition étrangère à la nature plutôt que son achèvement. Et comme je l’ai également soutenu, la conception dénudée de la nature du libéralisme laisse le moi individualiste comme seul arbitre de la valeur. Tout ce à quoi le moi ne consent pas doit être considéré comme oppressif.

Il est vrai qu’il existe également, à côté de son individualisme radical, un élément fortement collectiviste dans le wokisme, en particulier dans la théorie de la race critique. Mais cela ne remet pas en cause le fait que le wokisme est le fruit de l’individualisme libéral. D’une part, les formes modernes de collectivisme (qu’il s’agisse du socialisme, du communisme ou du collectivisme raciste du nazisme et de la TRC) sont apparues précisément comme une réaction excessive à l’individualisme libéral. D’autre part, le collectivisme de la CRT est fortement atténué par l’accent mis sur l' »intersectionnalité ». Lorsque l’on se définit comme (disons) une personne de couleur sans papiers, à faible revenu, trans lesbienne, de grande taille et handicapée, qui est victime d’oppression de la part de tous ceux qui ne font pas partie de cette intersection de catégories, l’identité de groupe ne fait plus grand-chose. Elle n’est qu’une nouvelle expression des griefs individuels.

Comme l’a souligné Nietzsche, l’égalitarisme du libéralisme et du socialisme modernes est un héritage du christianisme, et manque de toute base rationnelle en l’absence de son fondement originel. Mais les formes modernes d’égalitarisme sont aussi des déformations grotesques de ce que le christianisme dit de l’égalité humaine. Le christianisme enseigne que tous les êtres humains sont également faits à l’image de Dieu en vertu de leur nature rationnelle, et qu’ils se sont tous vu offrir la fin surnaturelle de la vision béatifique. Le wokisme affirme, contrairement à l’enseignement chrétien traditionnel, que les êtres humains sont ou devraient être égaux à tous égards importants et que toutes les « inégalités » en soi sont injustes. Le christianisme enseigne que tous les pécheurs ont une chance égale d’être pardonnés, si seulement ils se repentent. Le wokisme enseigne qu’aucun repentir n’est nécessaire, car les choses pour lesquelles le christianisme offre le pardon ne sont pas vraiment des péchés. En effet, les seuls vrais pécheurs sont ceux qui maintiennent les anciennes normes.

À d’autres égards également, le wokisme est une contrefaçon du christianisme qui vise à subvertir et à remplacer l’original. En particulier, et comme je l’ai soutenu ailleurs, il a le caractère d’un culte gnostique manichéen qui partage de nombreux traits avec les défis gnostiques antérieurs de l’Église.

Où tout cela va-t-il mener ? Contre ceux qui s’inquiètent (ou qui espèrent) que l' »idéologie successeur » du réveil aura sa botte sur nos gorges pendant des générations, dit Anton :

Si je devais parier, je placerais mes jetons quelque part entre un effondrement imminent et un déclin prolongé. Je lis de temps en temps des théories sur les triples coups de banque et les échecs quadridimensionnels – ils savent vraiment ce qu’ils font ! – pour m’émerveiller. Notre régime ne peut pas, à l’heure actuelle, décharger un cargo, approvisionner un rayon de magasin, organiser une élection propre, gérer les plaintes des parents lors d’une réunion de la commission scolaire, adopter un projet de loi budgétaire, traiter une variante du rhume, maintenir l’ordre dans les rues, vaincre un pays du tiers monde ou même évacuer ce pays proprement. Et c’est sans parler de toutes les choses qu’il devrait faire, que tous les pays non-blagueurs font, et qu’il refuse de faire. Si notre classe dirigeante a un plan, il semblerait qu’il consiste à détruire la société et les institutions dont elle est, à l’heure actuelle, la plus grande – on est tenté de dire la seule – bénéficiaire. Pensent-ils qu’ils peuvent bénéficier davantage du naufrage ? Où sont-ils mus par des haines qui les aveuglent par rapport à leur intérêt personnel ? Peut-être sont-ils tout simplement fous ?

Ma propre réponse aux trois dernières questions d’Anton est « Tout cela« . Et je pense que ceux qui supposent que l’hégémonie actuelle des wokes va durer indéfiniment se font des illusions. Le monde est incroyablement différent de ce qu’il était il y a seulement cinq décennies, quand je suis né. Si des normes qui ont persisté pendant des millénaires peuvent apparemment se désintégrer en une seule vie, pourquoi diable quelqu’un a-t-il la confiance ou la crainte que ce qui les a remplacées va durer ? Surtout quand il s’agit d’une attaque contre la cellule même de la société, la famille, qui est encore plus radicale que ce que les régimes communistes ont tenté ?

En fait, ce nouveau désordre malsain des choses est tellement contra naturam qu’il ne peut pas durer. Les vraies questions sont : À quel point sa fin sera-t-elle chaotique ? Que se passera-t-il après ? Et le successeur de l’idéologie qui lui succède pourrait-il impliquer un renouveau de la Foi, dont l’apostasie nous a conduits à cette crise ?

À lire en anglais sur CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire