in , ,

Pourquoi la canne va-t-elle revenir à la mode en France ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Pourquoi la canne va-t-elle revenir à la mode en France ?

Aujourd’hui, je vais vous présenter un peu la canne et surtout, pourquoi nous allons y revenir dans un temps proche en France, même chez les jeunes hommes.

La canne est une mode de l’époque dépassée ?

Aujourd’hui, la canne n’est plus à la mode, ce ne sont que des personnes très âgées qui s’en servent dans un cadre médical ou sportif.

Il est vrai qu’esthétiquement, les fabricants ciblent plutôt les boomers, pour autant, rien ne nous interdit d’aller voir un artisan, afin d’avoir une canne bien à soi avec de très belles sculptures.

Dans l’imaginaire collectif, quand nous évoquons la canne à l’époque, tout de suite nous avons cette image qui nous revient en tête, celle du Français gentleman et plutôt très élégant.

Ce qui est dans le passé, reste dans le passé, diront les gens, et s’ils voient cet homme-là en 2022. Ils le mépriseraient du regard, en se disant intérieurement que c’est un riche exposant sa noblesse à la figure des pauvres.

Heureusement que nous ne nous soucions pas du regard du monde ni de ses jugements, sinon nous ne serions pas catholiques vu que d’après ces mêmes gens, la religion est un « truc d’arriéré« .

Vous allez me dire que le port de la canne impose un code vestimentaire strict, comme sur l’image ci-dessus, car c’est malheureusement l’image qu’on s’en fait. Vous n’avez pas totalement tort, une canne en jogging Lacoste avec des TN ça ne va pas être très charmant.

Il y a de nos jours des vêtements qui s’y prêtent quand même assez bien, par exemple, avec ce genre de chino trouvable à moindre prix. Avec la surconsommation, le mondialisme et le libre-échange extrême, ça n’est pas un problème pour trouver des habits afin de se créer son propre code vestimentaire avec l’usage de la canne.

J’ai donc posé cette question sur Twitter :

« Seriez-vous prêt, demain, à utiliser une canne dans la rue ? »

À mon grand étonnement, le public à 53,8 % se sentirait à l’aise à l’idée de le faire. Ce qui indique clairement que l’image de la canne n’est pas complètement dépassée ni reléguée dans le bas-fond de l’histoire.

Guillaume, administrateur du Fide Post qui est un média catholique, nous fait part d’un bref concernant la canne.

« Je possède une canne (avec poignard intégré). Je ne l’ai sortie qu’une seule fois. C’est assez encombrant et de plus, c’est très délicat de trouver un moment opportun pour la sortir sans paraître fat. Le seul contexte approprié serait une promenade dominicale à mon avis. Je dirais derechef que la seule occasion de nos jours pour sortir avec une canne (hormis problèmes de santé), c’est la balade dominicale, dans un grand parc ou alors de préférence sur un chemin de campagne bien sec. A part cela, je trouverai cela trop baroque et donc déplacé. »

Au premier abord, Guillaume y voit là un côté baroque et déplacé, ce qui est un avis tout à fait acceptable et respectable, cependant, l’intérêt de l’article n’était pas ici.

Pourquoi la canne va-t-elle revenir à la mode bientôt ?

Ce n’est pas la canne qui va revenir à la mode, mais la mode qui va y revenir.

Voyons ensemble pourquoi.

La canne est un accessoire esthétique, utile pour les personnes âgées, mais aussi, une arme redoutable de défense dans la rue. Dans la France de 2022, qui est tenue par la république, il n’y a aucune volonté politique de régler le problème de l’insécurité. Au contraire, la justice va dans le sens contraire de ce qu’ordonne normalement la paix et la sécurité de tous.

Chaque jour, nous faisons face à plus de 120 coups de couteau, sans oublier les agressions physiques sans armes et les cambriolages à domicile.

Donc, nous avons aujourd’hui une sauvagerie dans la rue, et celle-ci n’est plus cantonnée à Paris où aux grandes villes, mais s’est répandue partout en France depuis ces 40 dernières années. Qui dit sauvagerie, dit attaque gratuite, tout ça grâce aux gouvernements successifs permissifs.

Pour l’instant, la majorité des actes sont faits sans armes ou avec des armes blanches, ainsi la canne correspond parfaitement à la situation actuelle, elle permet de garder un sauvage à distance, de briser un genou, un poignet pour pouvoir fuir plus facilement sans se mettre en danger physiquement et s’exposer à un risque d’hémorragie.

De plus, la canne n’est pas considérée comme une arme par la loi Française, alors qu’un tonfa ou encore une matraque télescopique, le sont et vous risquez de prendre bien plus cher au tribunal. La canne sera simplement vue comme une arme par destination, bien utilisée dans le cadre de la légitime défense et proportionnée contre une attaque au couteau.

L’aspect psychologique est un facteur important aussi, ce n’est pas pour rien que les sociétés privées recrutent des agents de sécurité assez grands et costauds pour garder une porte de discothèque, le paraître dans notre société est un point important.

Avec votre canne, le premier réflexe d’un sauvage sera de se dire, qu’il risque de se casser quelques os dessus et qu’il sera préférable d’aller voir quelqu’un qui sera moins susceptible de se défendre aussi violemment que lui.

Concernant la pratique, vous allez pouvoir apprendre le maniement de votre canne dans un club de boxe Française. La boxe Française est un art bien de chez nous, c’est une boxe pieds poings issue de la rue.

Les nobles, eux, pratiquaient la boxe française et le peuple la savate, ce qui diffère, c’est seulement le lieu de pratique, l’un dans un lieu fermé (salle polyvalente) et l’autre dans la rue, dans les ports. C’est pour ça que longtemps nous avons dit « Savate Boxe Française » et que la fédération continuer de se nommer ainsi.

La canne de combat

George Dubois disait en 1913 dans son livre « Comment se défendre« :

La canne peut nous servir le jour, la nuit, c’est une arme admirable. Son seul défaut est qu’on la remplace par un parapluie, dès qu’il pleut. Dame, on ne peut pas toujours choisir son temps, dès qu’il s’agit d’attaque nocturne.

Il faut partir de ce principe, que si l’on doit se servir d’une canne pour se défendre contre un malfaiteur ou contre une brute qui veut se payer la discutable fantaisie de vous casser les reins, ce malfaiteur ou cette brute sont habillés. Les vêtements flottent, amortissent les coups et en tout cas, les égarent. Il faut, donc si l’on désire démonter son homme, le frapper uniquement sur les parties dont la peau est visible. Donc les mains ou la figure.

Les mains que fatalement, qu’il soit armé ou non, l’homme porte en avant pour saisir ou frapper. Quand je dis les mains, j’entends également et surtout le poignet. Supposons un individu armé d’un couteau, d’un coup de poing américain ou d’une bouteille, il ne faut pas perdre son temps à lui compter les cils. Si vous êtes armé d’une canne, il faut reculer de façon à prendre une bonne distance et frapper furieusement l’homme à la base de la main, sur le poignet (voir fig. 1).

Un seul coup bien appliqué suffit. En supposant qu’il lâche l’arme qu’il tenait, il faut, sans pitié, redoubler et frapper la main, tant que l’homme s’entête à faire face. S’il n’a pas les doigts brisés ils n’en valent guère mieux et l’homme est incapable de vous nuire. Quant à frapper la figure, c’est autre chose. Il faut, pour réussir utilement, être assez implacable, car le coup doublé que j’indique à toute chance d’abattre l’homme.

Je laisse au lecteur le soin d’apprécier l’opportunité de son emploi. Il est d’autant plus précieux, qu’il est à peu près imparable, à moins que celui auquel vous le destiniez, ne le connaisse et ne songe à vous devancer. J’en serais surpris. Ce coup est de ma composition, il est peu connu et nos lecteurs sont des hommes trop bien élevés, pour avoir l’occasion de se l’appliquer mutuellement.

Ce coup, le voici. J’admets que l’homme qui vous cherche, querelle, est lui-même armé d’une canne. S’il l’agite en vous parlant, comme une menace, il est perdu. Vous trompez son attente en l’écoutant, la main gauche dans votre poche et la canne tenue par la main droite mollement placée en travers de vos jambes, c’est-à-dire le bout touchant le sol à côté du pied gauche. Le bras qui tient l’arme pend souple, mou, ! Seuls, les doigts sont bien placés et tiennent l’arme avec précision (voir fig. 2). Cette attitude trompe votre adversaire et d’ailleurs ne peut que l’inciter au calme.

Si, cependant, il devient trop menaçant, ; s’il lève sa canne avec énergie, ou, suivant vous, mérite par un suprême outrage le coup terrible que vous allez lui porter : De bas en haut, d’un seul coup que rien dans votre attitude ne pouvait faire pressentir, vous décrivez une ligne avec votre canne, dont le bout vient frapper l’homme au menton (voir fig 3), sous et sur le côté droit de la mâchoire, puis continuant l’arc de cercle qui porte votre canne au-dessus de vous et à droite, vous revenez le frapper sur le cou, au ras de la mâchoire, sous l’oreille. Au ras du col, en un mot (voir fig 4) Je tiens à prévenir que ce second coup, s’il atteint le muscle sterno-cleïdo-mastoïdien, derrière lequel passe l’artère carotide, peut tuer l’homme. On comprend que le premier coup venant de bas en haut, extrêmement douloureux, étourdit l’homme pendant la seconde nécessaire à frapper le deuxième. Si l’on conserve un peu de pitié, il vaut mieux frapper sur le crâne, on descend l’homme, mais on a peu de chances de le tuer.

Il y a des cas où l’on peut tenter de se débarrasser d’un homme sans le blesser. Une excellente formule consiste à frapper l’adversaire en fauchant à la hauteur des genoux (voir fig 5 ). Si l’individu est atteint par le bout de la canne sur l’une de ses rotules, il est calmé pour un moment.

Un excellent coup de canne est également celui qui frappe sur la face interne de la cuisse (voir fig. 6). Le coup est très douloureux, et rien n’empêche de le redoubler. Le monsieur désagréable qui l’a cherché se plie en deux, pousse des hola! hola! et très souvent se contente de cette riposte peu dangereuse.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire