in , , ,

Témoignage d’une détransitionneuse influencée enfant par le lobby LGBT

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Témoignage d'une détransitionneuse influencée enfant par le lobby LGBT
©HANS-LUCA – Licences pour utilisation commerciales et d’autres types

Le lobby LGBT influence et empoisonne nos enfants, les poussant à charcuter leurs corps de jeunes adultes et en leur faisant croire qu’ainsi, ils vivront heureux. Qui sont ces détransitionneurs, anciens trans redevenus normaux, comme Dieu le veut ?

Alors que les États-Unis luttent contre une pénurie sans précédent de lait maternisé, Daisy Strongin, qui vient de se marier et attend son premier enfant, sait qu’elle ne pourra jamais allaiter son nouveau bébé, en raison de la double mastectomie dont elle avait cru qu’elle aiderait à aligner son corps sur son identité masculine.

« La chirurgie du haut est difficile pour moi parce que je ne peux pas allaiter« , a déclaré Strongin, qui a commencé à s’identifier comme transgenre alors qu’elle était au lycée. « De plus, il y a une pénurie de lait maternisé, donc cela me fait encore plus regretter d’avoir coupé mes seins« .

Bien que sa voix ait changé de façon permanente par près de quatre ans de testostérone – « Il m’a été plus facile d’accepter ça pour toute ma vie« , a déclaré Strongin – elle s’estime chanceuse. Elle n’a pas perdu sa fertilité ni subi d’autres conséquences physiologiques, si ce n’est qu’elle doit se raser le visage de temps en temps.

Mme Strongin rejoint une communauté en pleine expansion de « détransitionneurs » – des personnes qui s’identifiaient auparavant comme transgenres – qui éprouvent des regrets après avoir pris des mesures pour effectuer une transition vers le sexe opposé. Cette communauté est composée en grande partie de jeunes, principalement des filles, dont beaucoup avaient commencé à s’identifier comme transgenres bien avant l’âge de 18 ans.

Ce profil démographique est à l’image d’un rapport publié en 2018 au Royaume-Uni, qui révèle une augmentation de 4 400 %, au cours des dix dernières années, du nombre d’adolescentes ayant recours à des interventions de « changement de sexe« . Au cours des décennies qui ont précédé ce nouveau phénomène, l’écrasante majorité des personnes qui ont demandé un tel traitement étaient des hommes adultes.

« Je pense que cela a vraiment à voir avec les adolescentes« , a déclaré Strongin, « qui se rassemblent et forment des communautés où elles partagent en quelque sorte leur propre douleur, mais souvent – sans le vouloir – [elles] se blessent mutuellement dans le processus.« 

Pendant ce temps, la communauté médicale « exploite » ces filles, a-t-elle dit : « Elle se fait de l’argent sur leur dos et ne fait que renforcer ce faux récit selon lequel l’identité sexuelle est quelque chose d’inné et d’immuable.« 

En fait, la pression pour fournir des traitements hormonaux et chirurgicaux aux mineurs s’intensifie. Le 19 juin, l’Associated Press a rapporté que l’Association professionnelle mondiale pour la santé des transgenres abaissait de deux ans, de 16 à 14 ans, l’âge minimum recommandé pour commencer les traitements hormonaux et d’un an pour certaines opérations chirurgicales, à 15 ou 17 ans, selon le type d’opération.

Expérimentation sur des mineurs

Pour certains membres de cette communauté de transsexuels, la transition n’a été qu’une transition sociale – choix de vêtements et de coiffures correspondant à leur identité sexuelle, nouveaux pronoms, nouveau nom, etc.

Beaucoup d’autres, en revanche, subissent les effets irréversibles d’interventions médicales « d’affirmation du genre« , allant de la modification des caractéristiques sexuelles secondaires à la stérilité, en passant par un risque accru de problèmes de santé à long terme.

« Il s’agit d’une expérimentation sur des mineurs« , a déclaré le Dr Andre Van Mol, médecin généraliste certifié basé à Redding, en Californie, qui est co-président du comité sur la sexualité des adolescents de l’American College of Pediatrician.

« Son efficacité n’a pas été prouvée. Elle ne s’est pas avérée sûre. Elle est motivée par des arguments de vente et une idéologie« , a-t-il déclaré au Register lors d’un entretien téléphonique.

S’il est vrai que les bloqueurs de puberté sont utilisés depuis des décennies pour traiter des troubles tels que la puberté précoce et certains cancers, il ne s’ensuit pas que ce traitement soit sans danger pour les enfants qui souffrent de dysphorie de genre.

« On ne peut pas appliquer ce que l’on sait d’une maladie à une autre » lorsqu’il s’agit des résultats, prévient le Dr Paul Hruz, endocrinologue pédiatrique et médecin-scientifique basé à Saint-Louis.

Parmi les risques connus, citons le diabète, l’obésité, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux chez les hommes nés sous œstrogènes et l’affaiblissement de la densité osseuse entraînant l’ostéoporose plus tard dans la vie, explique le Dr Hruz.

L’utilisation de bloqueurs de puberté et d’hormones transsexuelles n’est « pas un processus bénin« , a déclaré Hruz au Register lors d’une interview sur Zoom. « Nous n’avons pas vraiment de données à long terme chez les enfants au fur et à mesure que cela avance« .

Malgré cela, les scientifiques, les professionnels de la santé, les transsexuels et même certains adultes qui s’identifient comme transsexuels ne peuvent pas exprimer leurs préoccupations concernant la transition de genre pour les enfants sans être accusés d’inciter à la violence.

« Dans ce domaine, il est impossible d’avoir une discussion sobre sur les faits« , a déclaré Marcus Evans, un psychanalyste qui a travaillé pendant 40 ans au sein du service national de santé britannique et a siégé au conseil d’administration du Tavistock Trust, une composante du NHS qui gère une clinique d’identité de genre.

La clinique Tavistock a été impliquée dans l’affaire Bell v. Tavistock de la Cour d’appel d’Angleterre et du Pays de Galles. La cour a jugé improbable qu’un enfant de moins de 16 ans puisse consentir à l’utilisation de bloqueurs de puberté pour traiter la dysphorie de genre, déclarant : « Il n’existe aucun moyen adapté à l’âge de ces enfants d’expliquer à nombre d’entre eux ce que la perte de leur fertilité ou de leur pleine fonction sexuelle peut signifier pour eux dans les années à venir.« 

Evans, qui décrit son expérience avec Tavistock dans un article pour Quillette, a d’abord été impliqué dans Tavistock par le biais de sa femme, la psychothérapeute Susan Evans, qui travaillait dans la clinique d’identité de genre et a été « alarmée » par ce dont elle était témoin.

« Elle avait l’impression que les gens étaient très rapidement orientés vers des bloqueurs d’hormones ou des hormones transsexuelles, mais ses préoccupations étaient ignorées« , a déclaré Susan Evans.

Evans a fini par démissionner de son poste au Tavistock, témoin direct du rejet des préoccupations éthiques par d’autres cliniciens, ce qui a abouti à un rapport de David Bell, consultant principal au Tavistock Trust, qui a dû faire face à des réactions hostiles pour avoir mis en lumière ces préoccupations.

« On fait violence à ces enfants et à leur corps« , a déclaré Evans au Register dans un entretien avec Zoom. Il a donné l’exemple d’un de ses patients qui avait été mis sur une liste d’attente pour une double mastectomie après une seule consultation avec un clinicien spécialiste du genre.

« Pourquoi n’est-ce pas de la violence ? » a-t-il dit, décrivant l’ablation du « tissu mammaire parfaitement normal d’une fille » comme « une attaque chirurgicale« .

Statistiques douteuses

L’incitation à la violence est un point clé du récit des militants « LGBT« . L’année 2021 est citée comme l’année la plus meurtrière au monde pour les personnes s’identifiant comme transgenres, bien que cette statistique coïncide avec une augmentation globale des homicides par rapport à l’année précédente.

En outre, sur les 375 personnes s’identifiant comme transgenres qui ont été assassinées au cours de l’année, 70 % de ces décès ont eu lieu en Amérique du Sud, au moins 58 % des victimes étaient des travailleurs du sexe, et presque toutes étaient des hommes qui s’identifiaient comme des femmes transgenres.

Le pourcentage d’homicides dont il est confirmé qu’ils sont motivés par la « transphobie » n’est pas non plus précisé par le rapport, qui a été compilé par le groupe militant Transrespect Versus Transphobia.

Une autre affirmation dominante des militants est que les enfants « trans-identifiés » qui ne sont pas autorisés à effectuer une transition sociale et médicale courent un risque de suicide beaucoup plus élevé.

Des variantes de la phrase « Je préfère avoir un fils vivant qu’une fille morte » sont devenues un mantra pour les parents qui sont amenés par les professionnels à craindre pour la vie de leur enfant.

Cependant, il existe de plus en plus de preuves que les allégations d’une augmentation des idées suicidaires chez les enfants trans-identifiés ne sont pas suffisamment étayées par la science.

Une étude de cohorte réalisée en 2011 en Suède, par exemple, a observé que les personnes ayant subi une chirurgie de changement de sexe présentaient un risque de mortalité plus élevé, notamment par suicide, que la population générale.

D’autres études qui prétendent qu’il existe un lien entre les inhibiteurs de la puberté et une baisse de la suicidalité ne tiennent pas compte des problèmes psychologiques concomitants, a noté Michael Biggs, professeur de sociologie à Oxford, dans une lettre adressée au rédacteur en chef d’une revue universitaire.

Dans une autre lettre, Biggs reconnaît que certaines études indiquent un taux de suicide plus élevé chez les jeunes qui s’identifient comme transgenres, mais observe que ces chiffres n’ont pas été ajustés « pour les conditions psychologiques d’accompagnement telles que l’autisme« .

Biggs a mis en garde contre l’exagération de « la prévalence du suicide« , car cela « pourrait exacerber la vulnérabilité des adolescents transgenres.« 

Pour sa part, Strongin a souligné à quel point il est « sauvagement irresponsable » de dire aux enfants qu’ils vont se suicider s’ils ne font pas de transition, « surtout s’ils sont dans un endroit très vulnérable mentalement.« 

« Dans mon cas, j’étais suicidaire » avant de prendre des hormones, « donc si vous dites aux enfants qu’ils se suicideront s’ils ne font pas de transition – et cela peut signifier médicalement ou socialement – vous les préparez à cela« .

« L’idée que je me suiciderais si je ne faisais pas de transition sociale était très plausible pour moi. C’était facile pour moi d’y croire« , a-t-elle déclaré.

En outre, Strongin a décrié le récit de la suicidalité qui place les parents dans une « position horrible » et une « situation impossible« .

« Beaucoup de parents qui mettent leurs enfants sous bloqueurs de puberté pensent qu’ils font ce qu’il faut, ce qui est difficile à croire, car on n’aborde pas [de cette façon] un autre trouble de la dysmorphie physique« , a-t-elle déclaré. « On ne change pas le corps. Il s’agit d’accepter le corps.« 

Ces préoccupations sont reprises par l’étude de la Heritage Foundation du 13 juin 2022, qui a observé une corrélation entre les États américains qui autorisent l’accès aux bloqueurs de puberté et aux hormones transsexuelles aux mineurs sans le consentement des parents et une augmentation des idées suicidaires des enfants et des jeunes adultes.

En outre, un rapport de 2016 dans The New Atlantis a noté que les personnes « réassignées sexuellement » se sont avérées être « environ 19 fois plus susceptibles de mourir par suicide » que les autres sujets témoins de l’étude.

En guerre avec son corps

Enfant, bien avant d’avoir entendu le mot « transgenre« , Strongin a exprimé son désir d’être un garçon.

Se décrivant elle-même comme « late bloomer » (Quelqu’un qui est à l’inverse de la précocité et qui prend son temps pour murir) au collège et préférant porter des vêtements de garçon, elle a rencontré pour la première fois des termes tels que « gender queer » et « gender fluid » en première année de lycée et a fini par trouver des personnes en ligne avec lesquelles elle a sympathisé.

« Il existe des communautés en ligne de personnes qui éprouvent des sentiments bizarres à l’égard de leur genre, et cela m’a vraiment passionnée« , a-t-elle déclaré.

« Surtout quand on est une lycéenne de 14 ans et qu’on vit cette transition sociale, qu’on passe du statut d’enfant à celui de jeune adulte, on a vraiment envie d’être compris.« 

C’est à cette époque qu’elle a commencé à s’identifier comme autre chose qu’une femme. Quelques années plus tard, elle a commencé à envisager une identité transgenre. Et à 17 ans, elle se faisait appeler « Ollie« .

« Je ne me sentais pas du tout à l’aise dans mon corps« , a déclaré Strongin. « J’avais toujours l’impression qu’il manquait quelque chose de très fort, et cela avait vraiment fortement à voir avec mon genre et mon désir d’être dépeint comme un garçon.« 

Strongin a ressenti un sentiment d’urgence à aller de l’avant avec sa transition, puisqu’elle avait déjà « raté toute une enfance de garçon« .

« Je croyais pleinement à ce récit selon lequel j’étais née dans le mauvais corps et j’ai ressenti le besoin de prendre de la testostérone et d’effectuer une transition médicale dès que possible« , a-t-elle déclaré.

Peu de temps après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Strongin a été hospitalisée pendant près d’une semaine après être devenue suicidaire. Deux mois plus tard, à 18 ans, alors qu’elle était « encore très mal en point mentalement« , elle a eu un rendez-vous pour recevoir de la testostérone.

« Il n’y a pas eu de travail psychologique profond dans la prescription », dit-elle. « Ils me l’ont simplement donné. J’avais l’air d’être dans le coup. Je leur ai dit que je souffrais de dysphorie de genre. C’était suffisant.« 

Bien qu’elle ait célébré ses « étapes importantes » – sa voix plus profonde, sa mastectomie – elle avait « une vision très négative » de son corps, qu’elle « n’avait vraiment pas avant.« 

« Ça m’a vraiment fait détester mon corps. Je ne détestais pas mon corps avant, jusqu’à ce que je commence à faire une transition médicale« , a-t-elle dit. « Petit à petit, j’ai réalisé que ce n’était pas censé se produire. Ce n’est pas ce qu’on m’avait dit qu’il allait se passer« .

D’un point de vue clinique, Evans a observé qu' »il y a beaucoup de haine de soi » chez les jeunes qui souffrent de dysphorie de genre.

« Ils ont eu une sorte d’effondrement psychologique« , a-t-elle dit. « Ils sont assez fragiles psychologiquement. Ils détestent certains aspects d’eux-mêmes« .

« Et ils croient que le (…) traitement médical de leur sexe natal les fera correspondre à ce qu’ils sont et à ce qu’ils se voient, et que cela réduira leur haine de soi.« 

Objections générales

L’Église catholique, dont l’anthropologie est irréconciliablement en conflit avec les tentatives sociales et médicales visant à modifier le sexe natal d’une personne, s’est particulièrement inquiétée ces dernières années de l’influence que la soi-disant idéologie du genre peut avoir sur les enfants.

Un document publié en 2019 par la Congrégation pour l’éducation catholique abordait la question de la théorie du genre dans le contexte de l’éducation.

Et quelques années auparavant, dans l’exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia de 2016, le pape François écrit : « Il faut aider à accepter son propre corps tel qu’il a été créé, car une logique de domination sur son propre corps devient une logique, parfois subtile, de domination sur la création […]. La valorisation de son propre corps dans sa féminité ou dans sa masculinité est aussi nécessaire pour pouvoir se reconnaître soi-même dans la rencontre avec celui qui est différent« 

Les préoccupations relatives à la poussée visant à autoriser la transition médicale des mineurs ne sont toutefois pas l’apanage du catholicisme, des personnes de foi ou même des militants conservateurs.

Evans, par exemple, soutient et conseille même les adultes s’identifiant comme transgenres qui choisissent de subir des interventions médicales. Des influenceurs de médias sociaux qui s’identifient comme transgenres s’expriment contre la transition des enfants. Et même des médias laïques de premier plan, comme le Los Angeles Times et le Washington Post, ont publié récemment des articles exprimant l’opinion d’adultes qui ont eux-mêmes subi une transition de genre et qui remettent en question le lobbying intensif des jeunes en faveur de la transition de genre.

Mme Strongin, qui s’est dite intéressée par le christianisme, n’a aucune affiliation religieuse et est même favorable à la transition pour les adultes, bien qu’elle soit opposée à la « chirurgie du bas« , c’est-à-dire aux procédures visant à modifier de manière esthétique les organes génitaux et impliquant souvent la stérilisation.

« Le mouvement contre les thérapies d’affirmation du genre est un phénomène qui touche tous les secteurs« , a déclaré Mme Van Mol, une protestante pentecôtiste. « Il s’agit de conservateurs [et] de libéraux ; de personnes croyantes et de personnes non croyantes. Il s’agit de minorités sexuelles et de minorités non sexuelles« .

En ce qui concerne cette question, Hruz, qui est catholique, a déclaré que la foi et la raison sont « complémentaires l’une de l’autre » et « parlent de ce que nous sommes en tant qu’êtres humains.« 

« Tout le monde est à la recherche de cet épanouissement humain, et je pense qu’il y a beaucoup à offrir pour aider les personnes [qui] se débattent avec ces difficultés« , a-t-il déclaré.

Une fin heureuse

Ce n’est que lorsque Strongin a terminé sa transition – après des années sous testostérone, une mastectomie et un changement de nom légal – qu’elle a commencé à éprouver des regrets, s’inquiétant de ne pas pouvoir avoir d’enfants si elle continuait sur cette voie.

« Il m’a fallu quelques années, probablement, pour accepter réellement que je savais ce que je devais faire et arrêter de prendre de la testostérone« , a-t-elle déclaré. « Revenir à être Daisy et utiliser à nouveau le pronom « elle ». Arrêter de mener cette guerre contre mon corps.« 

A lire aussi | Remèdes les plus efficaces pour un peuple dominé par le libéralisme

Elle sortait déjà avec son désormais mari lorsqu’elle avait décidé de se détransitionner. Peu de temps après leur mariage, elle a appris qu’elle attendait leur premier enfant, qui doit naître plus tard cette année.

« Maintenant, je suis détransitionnée depuis deux ans – je n’ai pas regardé en arrière du tout, et je ne le ferai jamais« .

Cet article est publié originellement par le National Catholic Register ( Lien de l’article ) Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire