in , , ,

Avortement : Tragédie en Angleterre et au Pays de Galles

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

« Une tragédie nationale » a été qualifiée par les défenseurs de la vie, l’ampleur de l’avortement en Angleterre et au Pays de Galles. Le gouvernement fait état d’une augmentation de 17 % et étend l’éducation obligatoire à l’avortement à l’Irlande du Nord.

Les chiffres du ministère de la santé montrent que 123 219 bébés à naître ont été tués en Angleterre et au Pays de Galles entre janvier et juin 2022. En outre, le système scolaire britannique encourage obligatoirement l’avortement dès l’école secondaire, ce qui signifie qu’il fait partie du programme d’éducation sexuelle dès l’âge de 11 ans. En juin, une modification de la loi dans ce domaine en Irlande du Nord a été adoptée sans aucune consultation publique de la population irlandaise.

À partir de janvier prochain, toutes les écoles secondaires d’Irlande du Nord devront enseigner l’accès à l’avortement et la prévention des grossesses. Cette décision est motivée par la nécessité de respecter les recommandations des Nations unies en matière de contrôle des naissances. Cependant, les organisations pro-vie mettent en garde contre les fondations utilisées par les écoles qui enseignent aux adolescentes comment se faire avorter secrètement à l’insu de leurs parents. Les jeunes filles sont encouragées à prendre rendez-vous dans un centre d’avortement, même si elles ne sont pas sûres de vouloir avorter.

Les défenseurs de la vie parlent de politiques saturées de discrimination. L’Irlande du Nord et l’obligation de réformer le système éducatif sans consultation publique en sont un exemple, tout comme la campagne menée par Heidi Crowter, trisomique de 27 ans, qui se bat pour le droit à la vie des personnes handicapées.

« En 2023, nous vivons dans une société où les personnes handicapées sont considérées comme égales à la naissance, mais pas dans l’utérus« , note Heidi Crowter.

À lire aussi | L’avenir post-Vatican de Mgr Gänswein commence à se dessiner

L’activiste souhaite contester la loi britannique sur l’avortement devant la Cour européenne des droits de l’homme. Cette loi permet de tuer un bébé jusqu’à la 24e semaine de sa vie fœtale ou plus tard s’il existe des indications médicales qu’il naîtra avec un handicap. Les handicaps entrant dans cette catégorie comprennent, entre autres, le syndrome de Down. M. Crowter estime qu’il s’agit d’une discrimination flagrante et demande que la limite de 24 semaines soit appliquée indépendamment de l’état de santé de l’enfant.

La décision de porter l’affaire devant Strasbourg fait suite à une défaite devant les tribunaux britanniques, où les juges ont estimé qu’il n’y avait pas de discrimination parce que la loi sur l’avortement ne violait pas les droits des « handicapés vivants« . Si la Cour européenne accepte l’affaire et estime que la loi britannique est discriminatoire à l’égard des personnes handicapées, il s’agira d’un « précédent juridique pour les 46 pays membres du Conseil de l’Europe« , selon le site web Don’t Screen Us Out.

Cet article a été publié originellement par Ekai (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire