Canada : Le suicide assisté pour faire des économies

Le suicide assisté pourrait permettre de faire économiser des millions de dollars dans les dépenses de santé Canadien, d'après le rapport d'un journal Canadien.

De nouvelles recherches suggèrent que le suicide assisté pourrait entraîner des économies substantielles dans tout le système de santé du Canada.

Le suicide assisté pourrait réduire les dépenses annuelles de santé à travers le pays de 34,7 millions $ à 136,8 millions $, selon un rapport publié dans le Journal de l'Association médicale canadienne lundi.
Les économies dépassent de loin les coûts directs estimés à 1,5 $ à 14,8 millions $ associés à la mise en œuvre du suicide assisté.

"Le point à retenir est qu'il peut y avoir des coûts initiaux associés à l'offre du suicide assisté aux Canadiens, mais il peut également y avoir une réduction des dépenses ailleurs dans le système et donc l'offre du suicide assisté aux Canadiens ne coûtera rien de plus au système de santé", a déclaré Aaron Trachtenberg, auteur du rapport et résident en médecine interne à l'Université de Calgary.

Les chercheurs ont utilisé des chiffres des Pays-Bas et de la Belgique, où le suicide assisté est légal, combinés aux données de dépenses canadiennes de l'Ontario. Trachtenberg a souligné que cela signifie que le travail est théorique et doit être réexaminé lorsque le Canada commencera à collecter des données à grande échelle à domicile.

Après le 17 juin 2016, lorsque la loi C-14 est entrée en vigueur, les provinces ont commencé à mettre en place leurs plans pour traiter les demandes de décès assisté par un médecin. Le Manitoba a mis en place une équipe d'assistance médicale à la mort (MAID). Plus de 100 patients ont contacté MAID, avec 24 décès médicalement assistés au 6 janvier.

"Dans un système de santé aux ressources limitées, chaque fois que nous déployons une grande intervention, il doit y avoir un certain degré de planification et de préparation et le coût doit faire partie de cette discussion", a déclaré Trachtenberg, ajoutant que les plans différents des provinces pourraient avoir un impact sur la structure des coûts de mise en œuvre.

"C'est juste la réalité de travailler dans un système aux ressources limitées."

Le rapport a estimé qu'environ un à quatre pour cent des Canadiens mourront en utilisant le suicide assisté. De ceux-ci, 50 pour cent seront âgés de 60 à 80 ans. Le rapport estime une répartition égale entre les hommes et les femmes.

Les soins de fin de vie ont des coûts élevés au Canada. Les coûts de santé augmentent considérablement chez les patients qui approchent de la fin de leur vie, a déclaré Trachtenberg.

"Les Canadiens meurent plus souvent à l'hôpital que, disons, nos homologues en Amérique ou en Europe et… nous manquons de services de soins palliatifs, même si nous essayons de nous améliorer. Et donc les gens finissent par passer leurs derniers jours à l'hôpital", a-t-il déclaré.

"Les soins hospitaliers coûtent plus cher au système de santé qu'un système complet de soins palliatifs où nous pourrions aider les gens à atteindre leur objectif de mourir à la maison."

Le rapport a utilisé le Manitoba comme exemple, où 20 pour cent des coûts de santé sont imputables aux patients dans les six mois précédant leur décès, malgré leur représentation d'un pour cent de la population. Les patients qui choisissent le suicide assisté peuvent renoncer à cette période de ressources intensives, a déclaré le rapport.

"Lorsque nous déployons une grande intervention à grande échelle, il doit y avoir une discussion sur les coûts. Mais nous ne suggérons pas que les coûts doivent jamais être pris en compte au niveau individuel", a déclaré Trachtenberg.

À lire aussi | Le noble et saint ordre des chevaliers du travail en Amérique au XIXᵉ siècle

"Nous ne suggérons pas que les patients ou les prestataires tiennent compte des coûts lorsqu'ils prennent cette décision très personnelle et intime de demander ou d'e fournir offrir la possibilité du suicide assisté"

Le rapport a également souligné qu'il ne s'agissait que d'une analyse des coûts et qu'elle n'incluait pas les effets cliniques sur les patients. Des recherches au niveau des patients devront être effectuées avant qu'une véritable évaluation économique de l'aide médicale à mourir en termes d'efficacité et d'utilité puisse être effectuée, a déclaré le rapport.

Un catholique ne doit pas utiliser le suicide assisté, comme le Pape l'avait rappellé lors d'une méditation sur la mort en 2022, il avait également insisté sur l'opposition morale de l'Eglise Catholique face à l'euthanasie ou le suicide assisté. « Nous devons accompagner les personnes jusqu’à la mort, mais ne pas la provoquer ni favoriser le suicide assisté. »

Cet article a été initialement publié par CBC puis traduit par LeCatho | Lien original.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *