Cardinal Fernandez : Les évêques doivent discerner concernant Fiducia

Chaque évêque local et chaque conférence épiscopale devraient discerner la manière d'appliquer la déclaration Fiducia supplicans, a déclaré le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Víctor Manuel Fernández, commentant la réticence exprimée envers ce document par de nombreux hauts dignitaires à travers le monde.

Le document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi fait la distinction entre les bénédictions liturgiques et celles de nature informelle, encourageant à bénir les personnes en "situation irrégulière" et les "couples de même sexe", précisant qu'elles ne doivent pas être confondues avec l'approbation de comportements ou de circonstances contraires à la doctrine de la foi.

Dans une interview publiée dans le journal espagnol ABC, le cardinal Fernández a répondu aux critiques et aux opinions divergentes exprimées par d'autres cardinaux, évêques et conférences épiscopales, assurant que "si le texte est lu avec la disposition appropriée, on peut remarquer qu'il soutient avec grande clarté et simplicité l'enseignement catholique éternel sur le mariage et la sexualité humaine".

Le cardinal a souligné que les critiques de Fiducia supplicans "ne peuvent pas ne pas être d'accord avec cette doctrine", notant que, selon lui, les réserves à l'égard du document sont liées à "une bénédiction inappropriée, qui peut facilement être confondue avec la légitimation d'une relation irrégulière".

Le cardinal Fernández a souligné qu'en particulier en Afrique, où il existe une législation qui punit de prison le simple fait de se déclarer homosexuel, on peut imaginer quelle réception aurait la bénédiction de couples de même sexe. Il a ajouté que "il est approprié que chaque évêque local fasse un discernement dans son diocèse, et en tout cas donne des directives supplémentaires".

Après la publication de Fiducia supplicans le 18 décembre, des déclarations diverses ont été faites par différents évêques ou conférences épiscopales dans le monde entier, exprimant des opinions divergentes.

Les évêques de certains pays, tels que l'Allemagne, l'Autriche et la France, ont exprimé leur satisfaction à l'égard de la déclaration, et certains ont même affirmé que les prêtres ne pouvaient pas refuser de donner ces bénédictions non liturgiques aux personnes en situation irrégulière.

Dans d'autres pays, tels que les États-Unis, l'Ukraine, le Ghana, le Kenya et le Mexique, les évêques ont exprimé leur soutien tout en mettant en garde contre les difficultés liées à la garantie que ces gestes pastoraux ne conduiraient pas à la confusion des gens quant à un changement dans l'enseignement de l'Église catholique sur le mariage et la sexualité.

À cet égard, l'évêque d'Orihuela-Alicante en Espagne, José Ignacio Munilla, a noté que bien que la déclaration ne soit pas "hérétique", son application peut introduire le chaos. Les évêques d'au moins trois pays - le Kazakhstan, le Malawi et la Zambie - ont interdit l'application de Fiducia supplicans.

Le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a déclaré au journal ABC que la bénédiction informelle ou "pastorale" permise par Fiducia supplicans ne signifie pas, dans le cas des personnes homosexuelles, "l'acceptation du mariage, ni l'approbation du mode de vie qu'ils mènent, ni l'absolution. C'est un simple geste de proximité pastorale qui n'a pas les mêmes exigences que le sacrement".

À lire aussi | La FDA va tester des médicaments « affirmant le genre » sur des enfants

"Nous devrons nous habituer à comprendre que si un prêtre donne ce type de bénédiction simple, il n'est pas hérétique, il ne ratifie rien, ni ne nie la doctrine catholique sur le mariage", a ajouté le cardinal.

Interrogé sur le fait de savoir si cette déclaration est le premier pas vers l'acceptation des comportements homosexuels ou l'égalité du mariage avec les unions entre personnes de même sexe, le cardinal a déclaré que "cette perception est totalement erronée. Quiconque affirme cela n'a pas lu le texte, ou est "mal disposé".

"La déclaration affirme clairement et constamment qu'il s'agit de bénédictions non rituelles, elles ne doivent donc pas être interprétées comme un mariage", a déclaré le cardinal Víctor Manuel Fernández.

Cet article a été initialement publié par Ekai puis traduit par LeCatho | Lien original.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *