in , , , , ,

C’est à nous qu’incombe la tâche de proclamer la miséricorde de Dieu

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

C’est à nous qu’incombe aujourd’hui la grande tâche de proclamer à l’humanité moderne souffrante les richesses incommensurables de la miséricorde de Dieu – a déclaré l’archevêque Marek Jędraszewski lors de la Sainte Messe dans les prairies du sanctuaire de Łagiewniki, en la fête de la Divine Miséricorde.

Au début de son homélie, Mgr Marek Jędraszewski a souligné que les Apôtres ont transmis au monde entier leur expérience personnelle du Christ ressuscité, qu’ils ont vu, entendu et touché. La parole des apôtres a attiré d’autres personnes, même si elles ne pouvaient pas connaître le Christ avec leurs sens de la vue, de l’ouïe ou du toucher.

La puissance de la prédication de l’Évangile s’est manifestée en transcendant l’expérience sensorielle : « ne pas voir, mais croire – ne pas voir, mais aimer Dieu« . – Nous sommes triplement bénis. Thomas, parce qu’il a vu, touché et entendu. Nous, en revanche, les générations successives de disciples des Apôtres, n’avons pas vu, touché ou entendu le Christ personnellement, mais nous croyons, nous aimons et nous espérons« , a déclaré le métropolite de Cracovie.

Il a souligné que sainte Faustine n’avait pas non plus touché le Seigneur Jésus, mais qu’elle avait eu la grâce de voir et d’entendre ses paroles sur la miséricorde de Dieu. Comme saint Thomas, elle a répondu dans la foi : « Mon Seigneur et mon Dieu« , confessant que Jésus-Christ, crucifié et ressuscité, véritable Fils unique de Dieu, sauveur et rédempteur, a proclamé les richesses infinies de la miséricorde de son Père par l’ensemble de son message.

Le métropolite a également attiré l’attention sur les « touches spéciales » du témoignage de Dieu riche en miséricorde dans la vie de saint Jean-Paul II. La première est le triple pardon de l’assassin de sa vie à Ali Agca, l’accueil de sa mère en audience privée et sa demande de pardon à l’assassin. – Une expérience personnelle du pardon qui n’a sa source que dans le Christ crucifié et ressuscité, en qui Jean-Paul II a cru avec son cœur apostolique fervent, a déclaré l’archevêque Marek Jędraszewski.

Le témoignage de miséricorde qu’il a donné en tant que chef de l’Église catholique a été la prière d’excuse que Jean-Paul II a prononcée lors de la Journée du pardon, le premier dimanche de Carême de l’année jubilaire 2000 – l’Église a, et non des moindres, des raisons de pardonner à ce monde qui ne veut pas accepter l’Évangile de l’amour, mais l’Église est également consciente des péchés de ses filles et de ses fils – a déclaré le métropolite de Cracovie, notant que, tout au long de sa vie, le Saint-Père s’est approché du trône de la grâce.

Il a également rappelé l’acte de confier le monde à la miséricorde de Dieu, que Jean-Paul II a accompli à Łagiewniki le 17 août 2002. – Il a fait rayonner son amour pour le Christ miséricordieux dans le monde entier – a déclaré l’archevêque. – L’âme de Jean-Paul II était immergée dans l’immensité de la miséricorde de Dieu et a fait l’expérience de cette immensité – a déclaré l’archevêque Marek Jędraszewski en rappelant le moment de la mort du Saint-Père à la veille de la fête de la Divine Miséricorde en 2005. – Il a vécu pour la miséricorde de Dieu, il en a témoigné jusqu’à la fin de ses jours, a-t-il ajouté.

« C’est à nous qu’incombe aujourd’hui la grande tâche de proclamer à l’humanité moderne souffrante les richesses incommensurables de la miséricorde de Dieu« , a souligné le métropolite.

Au cours de la liturgie, une autre cloche de l’espoir a été consacrée, cette fois pour le sanctuaire de la Divine Miséricorde en cours de construction à Tengandogo, au Burkina Faso. – Partout, cette voix doit résonner, atteindre tout le monde, éveiller l’espérance en chacun dans la conscience de cette vérité fondamentale que nous a donnée le Christ, qui est ressuscité des morts et dans la résurrection duquel la miséricorde de Dieu s’est révélée de la manière la plus complète.

À lire aussi | Dimanche de la Miséricorde – homélie du Père Warren

Partout où le mal est apparu, il y a eu une effusion encore plus grande de la grâce de la miséricorde de Dieu, dont chacun de nous a tellement soif et dont, avec foi, amour, espérance et gratitude, nous nous approchons précisément en la fête de la Divine Miséricorde, dans le Sanctuaire de la Divine Miséricorde, d’où l’étincelle de cette miséricorde se répand, par la volonté de Dieu, dans le monde entier, a conclu l’archevêque.

Source : Cet article a été publié originellement par Ekai (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire