in , , , ,

Dimanche de la Miséricorde – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce dimanche de la Miséricorde ; ils sont restés derrière des portes closes par peur. Peur de quoi ? De plusieurs choses.

Ils avaient peur que les responsables de la mort de Jésus les traquent, peur du ridicule public, peur de rentrer chez eux parce qu’ils avaient tout quitté pour suivre Jésus. Maintenant, ils devraient admettre qu’ils se sont trompés ; mieux vaut se cacher jusqu’à ce que tout soit terminé. La peur est une chose terrible et la plupart d’entre nous l’ont éprouvée.

Notre pays est impliqué dans des conflits ; nous craignons toujours le terrorisme et certains d’entre nous sont toujours confrontés à la perte de leur santé à cause du COVID-19. Tout autour de nous, des gens meurent, nous craignons pour nos enfants et nous nous demandons ce que l’avenir nous réserve.

Il y a quelque temps, par une sombre journée d’hiver, un travailleur social a amené à l’auberge St. Christophe, un jeune homme de dix-sept ans, victime de négligence, d’abus et d’échecs bureaucratiques. Il avait été placé dans dix familles d’accueil et était désormais toxicomane. Malheureusement, nous n’avons pas pu l’admettre dans notre programme au SCI parce qu’il n’avait que 17 ans.

Il faut avoir au moins 18 ans pour être admis dans le programme. Notre équipe a commencé à chercher une bonne source d’orientation pour lui. Je lui ai expliqué ce que nous faisions : « nous essayons de te faire entrer dans ce très bon programme et tu pourras y rester jusqu’à tes 18 ans. Ensuite, quand tu auras 18 ans, tu pourras revenir ici. Espérons-le. » Sans même lever la tête pour me regarder, il a dit d’un ton plat. « Ça fait trop mal d’espérer. » Quel terrible fardeau à porter.

Voilà un jeune homme qui démarre dans la vie, enfermé dans la peur. Certains d’entre nous ont tellement peur qu’ils se replient sur eux-mêmes, ne prennent aucun risque et se cachent. Nous nous cachons souvent derrière des portes que nous avons créées nous-mêmes ; nous craignons de ne pas nous intégrer à l’école ou au travail, de ne pas nous sentir bien dans notre peau, de ne pas être à la hauteur et, bien souvent, nous avons tout simplement peur de ne pas être acceptés. Comme le chante Bette Midler, « c’est le cœur qui a peur de se briser qui n’apprend jamais à danser ; c’est le rêve qui a peur de se réveiller qui ne prend jamais de risque« .

Bien souvent, nous cherchons quelqu’un qui franchira les portes que nous avons fermées et nous appellera à sortir de nos peurs. Quelqu’un qui comprenne parce qu’il est passé par là. Je vous ai parlé un jour de cet homme dont le visage avait été tellement brûlé et défiguré dans l’incendie de sa maison qu’il s’était renfermé sur lui-même et ne laissait personne le voir, pas même sa femme.

Après un an d’exil, sa femme est allée voir un chirurgien plasticien, le Dr Maltz, qui lui a dit :

« Ne vous inquiétez pas, j’ai soigné de nombreuses personnes souffrant de brûlures ; je peux aider votre mari« .

Elle lui répond :

« Vous ne comprenez pas, docteur, il ne veut laisser personne le voir. Il n’accepte aucune aide. Je veux que vous me défiguriez le visage pour que je sois comme lui. Si je peux partager sa douleur, il me laissera peut-être revenir dans sa vie. »

Le Dr Maltz est tellement choqué qu’il lui dit qu’il ne pourrait jamais faire une telle chose, mais qu’il viendrait parler à son mari. Frappant à la porte de l’homme, il parle fort :

« Je m’appelle Dr Maltz, je suis chirurgien plasticien et je veux que vous sachiez que je peux restaurer votre visage. »

Pas de réponse.

Il demande à l’homme de sortir pour pouvoir parler, mais il ne répond toujours pas. S’exprimant à travers la porte, le Dr Maltz fait part à l’homme de la proposition de sa femme.

« Elle veut que je défigure son visage comme le vôtre dans l’espoir que vous la laissiez revenir dans votre vie. C’est dire à quel point elle vous aime.« 

Il y a eu un court moment de silence, puis la porte s’est ouverte lentement. Dans notre Évangile, nous sommes comme le mari qui se cache dans la peur derrière des portes fermées.

Défigurés par leurs propres trahisons et leur lâcheté, Jésus apparaît au milieu d’eux. Ici, vous devez remarquer – vous ne pouvez pas ne pas remarquer – qu’il apparaît avec ses blessures. Peut-être que Jésus pense que si, comme la femme dans l’histoire, il peut apparaître devant eux défiguré, ils le laisseront revenir dans leurs vies défigurées.

Recevons-nous le message qu’il essaie de nous transmettre ? Quand l’espoir fait trop mal, quand la vie nous a blessés, quand la foi est épuisée, Il est toujours présent pour nous et sa miséricorde est écrasante.

Lorsque la foi devient un simple conformisme, lorsqu’il y a des parties de ma vie auxquelles je ne veux pas penser ou auxquelles je ne veux pas faire face, lorsque la vie devient un fardeau, sachez que le Seigneur ressuscité est toujours présent pour nous. Jésus est prêt à franchir les portes que nous avons utilisées pour l’exclure. Sa miséricorde est toujours présente dans nos vies.

À lire aussi | Ce que Benoît XVI pensait de la mort

Il est préférable pour nous de savoir qu’il comprend d’où nous venons et qu’il peut nous donner la paix et la plénitude. Alors, même si vous ne pouvez pas ou n’avez pas envie de prier, si votre foi est faible, répétez simplement les trois derniers mots de la Bible :

« Viens Seigneur Jésus« . Donnez vos péchés, vos blessures à un Seigneur blessé. Saint Jean-Paul II a dit : « N’ayez pas peur, ouvrez-vous au Christ« .

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Ce que Benoît XVI pensait de la mort

Ce que Benoît XVI pensait de la mort

C'est à nous qu'incombe la tâche de proclamer la miséricorde de Dieu

C’est à nous qu’incombe la tâche de proclamer la miséricorde de Dieu