in , ,

Critique de la voie synodale : Bätzing répond aux évêques nordiques

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les évêques nordiques avaient notamment mis en garde l’Eglise en Allemagne contre le fait de « suivre l’esprit du temps » dans la voie synodale : L’évêque Georg Bätzing, président de la DBK, répond maintenant aux critiques sur le processus de réforme.

Le président de la Conférence des évêques allemands (DBK), Mgr Georg Bätzing, a rejeté les critiques de la Conférence des évêques nordiques concernant la voie synodale. Dans sa réponse publiée mardi, M. Bätzing a souligné que les catholiques allemands, « partant du fait effectivement catastrophique et profondément honteux de l’abus sexuel et de sa dissimulation« , recherchaient avec « un grand soin et des références théologiques fondées de nouvelles voies de pratique ecclésiale« . Ce faisant, ils ne perdent pas de vue l’Église universelle et différencient soigneusement les questions et les demandes de réforme qui doivent être intégrées dans le contexte de l’Église universelle, en particulier dans la voie synodale de l’Église universelle.

À lire aussi | Des milliers de personnes participent à une marche pro-vie en Espagne

Bätzing a rejeté le reproche de trop suivre l’esprit du temps. Il ne peut s’agir pour personne d’orienter à la légère l’action de l’Église en fonction de la mode du moment. La voie synodale part du principe, « dans la bonne tradition de l’Eglise et en lien étroit avec les déclarations du Concile Vatican II« , que Dieu « se révèle aussi toujours à nouveau dans ce monde et dans l’histoire des hommes, que son action et son essence sont donc aussi reconnaissables de manière condensée dans les événements de l’histoire« . S’interroger sur les signes du temps n’a rien à voir avec le fait de suivre l’esprit du temps.

Le président de la DBK apprécie l’inquiétude des évêques nordiques. Il lui semble toutefois que les « craintes exprimées et suggérées » ne correspondent pas aux délibérations, discussions et décisions réelles de la voie synodale. Le processus de réforme allemand, comme le souhaite le pape François, est justement à la « recherche synodale d’un potentiel générateur de vie dans la vie et l’action de l’Eglise aujourd’hui« . Un simple « continuer comme avant » détruirait l’Église. Une conversion et une réorientation sont nécessaires. « Les personnes sérieusement engagées dans la voie synodale ne doutent aucunement qu’il s’agit de s’approprier sans réserve le Depositum Fidei transmis par l’Eglise« , a déclaré Bätzing. Mais ce fondement de la doctrine de la foi ne doit pas être compris de telle sorte que « chaque pratique ecclésiale, chaque réglementation et chaque forme sociale de l’Eglise, qui ont été développées au cours de l’histoire et dans des circonstances temporelles bien précises, représentent déjà en soi ce dépôt immuable« . La voie synodale s’oriente sur l’Ecriture et la Tradition, le magistère et la théologie ainsi que sur le sens de la foi des fidèles et les signes des temps comme sources centrales de la foi.

Les conférences épiscopales nordique et polonaise sceptiques face à la voie synodale

La Conférence des évêques nordiques est la deuxième conférence épiscopale à s’être adressée à la DBK par une lettre ouverte. Fin février, le président des évêques polonais, l’archevêque Stanislaw Gadecki, s’était déjà adressé à son homologue allemand en exprimant sa « profonde inquiétude » quant aux résultats discutés lors du dialogue allemand sur la réforme. Il a ainsi contredit des arguments et des décisions clés de la voie synodale. « Fidèle à l’enseignement de l’Eglise« , il ne faut pas céder à « la pression du monde ou aux modèles de la culture dominante« , a déclaré l’archevêque de Poznan. Fin mars, Bätzing a répondu à Gadecki. L’Eglise en Allemagne ne prend pas le « chemin de la conversion et du renouveau à la légère et encore moins en dehors de l’Eglise universelle« , a déclaré Bätzing dans sa réponse. Le texte de la lettre de réponse n’a pas été publié. Le président de la DBK a souligné dans sa lettre que la voie synodale cherchait des issues aux causes systémiques des abus. Il aimerait en discuter avec ses collègues polonais.

À lire en allemand sur Katholisch

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire