in , , , , , , ,

Détruire les mythes des incultes contre les Croisades Catholiques

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les croisades ont été soutenues par de grands saints comme Saint François d’Assise, que même les laïcs respectent en tant que promoteur de la paix. Pouquoi?

La guerre en Ukraine peut nous aider à mieux comprendre la raison des Croisades ?

Oui, c’est possible.

Et pas seulement celle-là. Même les attentats sauvages perpétrés par les fanatiques musulmans du groupe terroriste de l’État islamique au cours de la dernière décennie, dont la décapitation de 21 chrétiens égyptiens, enregistrée sur vidéo et diffusée à la planète entière, ont amené la majorité de la population mondiale à se demander, profondément indignée, ce qu’il faudrait faire pour mettre fin à cette barbarie.

(Attention, parti pris par Aleteia qui ne reflète pas la position de LeCatho concernant la guerre Ukro/Russe.)

Les attaques fratricides et disproportionnées de Vladimir Poutine contre les Ukrainiens, comme tous les autres conflits qui n’ont même pas attendu la fin de la pandémie de Covid-19 pour saigner encore plus l’humanité en Afrique, en Asie et en Amérique, nous amènent à nous poser la même question.

Une proportion considérable des civils interrogés par les médias ou exprimés sur les réseaux sociaux non seulement estime qu’une intervention militaire contre des agresseurs injustes et brutaux est justifiée, mais préconise également une réaction concertée qui ne se contente pas d’interrompre, mais élimine définitivement, si c’était inévitable, les commanditaires de l’agression.

Dans le contexte de telles menaces réelles, sanglantes et proches de nous, la guerre juste est généralement considérée non seulement comme un droit, mais aussi, dans des cas extrêmes, comme un devoir de justice, visant à freiner l’agresseur injuste et à défendre les droits de ses victimes.

Mais ces contextes actuels ou très récents peuvent-ils vraiment être comparés à ceux des Croisades ?

Oui. Et sans préjudice de la prudence qui doit être exercée chaque fois que l’on compare différents contextes, cette comparaison peut certainement aider beaucoup à comprendre les raisons des Croisades, face aux décontextualisations systématiques et préjudiciables avec lesquelles de nombreux auteurs, enseignants et militants anticatholiques ont menti sans vergogne pendant des décennies et même des siècles en se référant à ce qui a conduit les chrétiens du Moyen Âge à se défendre contre quatre cents années consécutives et accumulées d’agressions injustes et disproportionnées.

Il n’est jamais facile de « justifier » la religion dans une guerre. Si, même en temps de troubles, il semble choquant que la religion soit en faveur d’une guerre, en temps de paix, il semble tout à fait incompréhensible et répugnant qu’une guerre, soit promue ou soutenue par la religion. C’est précisément cette répugnance qui devrait nous amener à nous demander si le plus grand scandale à déplorer dans ce scénario est la réaction guerrière de la religion ou la gravité suprême de l’agression qui a atteint le point intenable de la contraindre à réagir de manière guerrière.

Une façon d’initier cette approche est de se mettre à la place des Ukrainiens de notre époque et de se demander froidement et objectivement : Si vous étiez un Ukrainien en février ou mars 2022 et que vous subissiez l’invasion injuste de l’armée de Poutine, qui attaque des civils, lance des missiles sur des immeubles résidentiels, des écoles et des églises, viole des femmes et blesse des enfants, obligeant les personnes âgées à se réfugier dans des tunnels souterrains, détruisant les infrastructures essentielles, provoquant des pénuries alimentaires, forçant 7 millions de personnes à fuir le pays avec seulement les vêtements qu’elles portent et menaçant d’utiliser des armes nucléaires, resterais-je à genoux et prier, ou prendrais-je également les armes pour défendre ma famille et mon peuple ?

Mutatis mutandis, les chrétiens du Moyen-Âge ont dû se poser une question comme celle-ci, brutale et directe.

(Fin de l’avertissement)

400 ans d’agression

Depuis 400 ans, la chrétienté subissait une série continue, croissante et implacable d’agressions et de menaces de la part des envahisseurs musulmans.

La nécessité de repousser vigoureusement ces agressions et menaces est devenue telle qu’un fait en particulier peut servir d’étalon pour mesurer combien la passivité était devenue intenable dans ce contexte : même les grands saints de l’époque ont admis la nécessité de soutenir la juste réaction d’autodéfense des chrétiens.

Parmi les Saints qui ont explicitement soutenu les croisades figurent Saint Bernard de Clairvaux, Sainte Catherine de Sienne, Saint Hugues de Cluny et Saint François d’Assise.

C’est vrai : Saint François d’Assise est un symbole de la lutte héroïque pour la paix, même parmi les laïcs qui l’utilisent pour promouvoir les doctrines opportunistes de l’écologisme, du socialisme et du pacifisme qui conviennent à leur programme idéologique.

Même Saint François a décidé d’accompagner les croisés – en prêchant toujours la réconciliation et la paix, bien sûr, mais en reconnaissant en même temps que la chrétienté avait non seulement le droit, mais aussi le devoir de se défendre contre les agressions.

Bien sûr, Saint François a déploré et condamné les abus et les crimes qui, oui, ont également été commis par des chrétiens, qui ont manifestement déformé l’objectif des croisades. Cela renforce le fait que tout conflit armé implique des atrocités de part et d’autre, ce qui est l’une des raisons fondamentales de considérer que la guerre, même lorsqu’elle est juste, est toujours la dernière et la plus extrême de toutes les ressources.

Il est donc tout aussi nécessaire de reconnaître que si une partie honteuse des chrétiens a fait preuve de la même lâcheté que les agresseurs, une partie n’est pas le tout.

4 mythes sur les croisades

Un article de Paul Crawford publié il y a plusieurs années présente « Quatre mythes sur les croisades« . Au plus fort des horreurs perpétrées par l’État islamique en 2015, le père Charles Pope les a résumées en publiant son article dans Aleteia.

Aujourd’hui, dans le contexte de la réaction ukrainienne à l’agression de Poutine, il est utile d’y revenir pour se demander à nouveau si les motivations des croisés étaient ce qu’elles semblent être dans les récits peu enclins à l’impartialité.

MYTHE 1 : « Les croisades étaient une agression gratuite des chrétiens contre les musulmans« .

Faux.

Pour réfuter ce mensonge, une analyse chronologique honnête suffit.

Jusqu’en 632, l’Égypte, la Palestine, la Syrie, l’Asie mineure, l’Afrique du Nord, l’Espagne, la France, l’Italie et les îles de Sicile, de Sardaigne et de Corse étaient toutes des territoires chrétiens. Dans les frontières de l’Empire romain, qui existait encore en Méditerranée orientale, le christianisme orthodoxe était la religion officielle et largement majoritaire. En dehors de ces frontières, il existait encore d’autres grandes communautés chrétiennes – pas nécessairement orthodoxes et catholiques, mais chrétiennes tout de même : la majeure partie de la population chrétienne de Perse, par exemple, était nestorienne. Il y avait également plusieurs communautés chrétiennes éparpillées en Arabie.

Un siècle plus tard seulement, en 732, les chrétiens avaient perdu l’Égypte, la Palestine, la Syrie, l’Afrique du Nord, l’Espagne, la majeure partie de l’Asie mineure et le sud de la France. L’Italie et ses îles sont également menacées, de sorte que les îles passeront sous la domination islamique dès le siècle suivant.

Peu après 633, les communautés chrétiennes d’Arabie ont été complètement détruites. Les juifs et les chrétiens sont expulsés de la péninsule arabique. Ceux de Perse étaient soumis à une forte pression. Les deux tiers de l’ancien monde romain chrétien étaient désormais gouvernés par des musulmans.

Que s’est-il passé ?

Ce qui s’est passé, c’est que chacune des régions énumérées ci-dessus a été conquise par les musulmans en l’espace d’à peine un siècle, et non par le biais d’accords diplomatiques et pacifiques, mais arrachée au contrôle des chrétiens par la violence, au moyen de campagnes militaires délibérément conçues pour étendre le territoire de l’Islam sans tenir compte du coût humain de ces campagnes.

Et le programme des conquêtes islamiques ne s’est pas arrêté là. Charlemagne a stoppé l’avancée des musulmans en Europe occidentale vers l’an 800, mais les forces islamiques ont simplement déplacé leur attention vers l’Italie et la côte française, attaquant l’Italie continentale en 837. Une lutte confuse pour le contrôle du sud et du centre de l’Italie se poursuit pendant le reste du 9e siècle, jusqu’au 10e. Les régions intérieures de l’Italie ont également été attaquées.

Pour protéger les victimes chrétiennes, les Papes des Xe et XIe siècles se sont directement impliqués dans la défense du territoire. Il a fallu beaucoup de temps aux Byzantins pour rassembler les forces nécessaires à une réaction armée. Au milieu du 9e siècle, ils développent une contre-attaque, mais les musulmans répondent par de nouvelles initiatives encore plus vigoureuses.

En 1009, un souverain musulman mentalement dérangé a détruit l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem et a déclenché de grandes persécutions contre les chrétiens et les juifs. Les pèlerinages en Terre Sainte deviennent de plus en plus difficiles et dangereux. Les pèlerins occidentaux ont commencé à s’unir et à porter des armes pour se protéger lorsqu’ils tentaient de visiter les sites les plus sacrés du christianisme en Palestine.

Désespérés, les Byzantins font appel à l’Occident, adressant leurs appels à l’aide en particulier à la personne qu’ils considèrent comme la principale autorité occidentale : le pape, qui s’est avéré avoir déjà organisé la résistance chrétienne aux attaques musulmanes en Italie.

En 1095, le pape Urbain II répond à la demande du pape Grégoire VII. La première croisade a commencé.

Loin d’être « gratuites » et non provoquées de l’extérieur, les croisades représentent la première grande contre-attaque chrétienne occidentale, en état de légitime défense, face à des attaques qui se sont produites de manière systématique et croissante pendant plus de 400 ans – du début de l’islam au VIIe siècle à la fin du XIe siècle – et qui se poursuivront par la suite.

Trois des cinq principaux sièges épiscopaux de la chrétienté avaient déjà été conquis au VIIe siècle : Jérusalem, Antioche et Alexandrie. Les deux autres, Rome et Constantinople, avaient été attaquées dans les siècles précédant les croisades. Constantinople a été conquise en 1453, ne laissant qu’une seule des cinq villes aux mains des chrétiens : Rome, qui a de nouveau été menacée au XVIe siècle.

N’est-ce pas une provocation ?

Il est difficile de sous-estimer les pertes subies par l’Église lors des différentes vagues de conquêtes musulmanes. Toute l’Afrique du Nord, autrefois pleine de chrétiens, a été conquise par la force. Il y avait autrefois 500 évêques chrétiens en Afrique du Nord. Aujourd’hui, les ruines de l’Église sont enfouies dans le sable. Il y a des évêques titulaires, mais pas de résidents. Toute l’Asie mineure, évangélisée avec amour par saint Paul, était perdue. Une grande partie de l’Europe du Sud était également sur le point d’être conquise.

Y a-t-il une quelconque honnêteté à affirmer catégoriquement que les chrétiens auraient assisté passivement à leur propre extermination sans oser se défendre ?

MYTHE 2 : « Les chrétiens d’Occident se sont lancés dans les croisades pour piller les musulmans et s’enrichir« .

Faux.

Pour dissiper ce mensonge, il suffit de regarder les coûts ruineux que chaque croisé a dû assumer.

Peu de croisés avaient assez d’argent pour payer leurs obligations chez eux et subvenir à leurs besoins en parallèle pendant une croisade. Dès le début, les considérations financières ont joué un rôle décisif dans la planification des contre-attaques. Les premiers croisés ont dû vendre la plupart de leurs biens pour financer leurs expéditions. Face à cela, les plus tardives ont commencé à économiser de l’argent bien avant leur départ, et malgré cela, les coûts sont restés écrasants.

L’une des principales raisons de l’échec de la quatrième croisade et de ses dérivations vers Constantinople était précisément le manque d’argent avant même le début des batailles. La septième croisade de Louis IX au milieu du 13e siècle a coûté plus de six fois le revenu annuel de la Couronne.

Les Papes ont eu recours à des manœuvres de plus en plus désespérées pour collecter des fonds, de l’instauration du premier impôt sur le revenu au début du 13e siècle à la mise en œuvre d’une série d’ajustements dans la manière dont les indulgences étaient accordées (qui ont fini par générer les abus flagrants condamnés par Martin Luther).

En bref : les Croisades ont entraîné la faillite bien plus que la richesse. Ceux-ci en étaient parfaitement conscients et ne voyaient pas dans les Croisades un moyen d’améliorer leur situation. Au contraire : ils devaient choisir entre se battre au risque de tout perdre et ne pas se battre et être sûrs d’être détruits.

Crawford confirme que le pillage était en fait autorisé ou toléré lorsque les armées chrétiennes gagnaient. Dans les temps anciens et médiévaux, le pillage était malheureusement courant, et les croisés ne faisaient pas exception.

MYTHE 3 : « La motivation des croisés n’était pas religieuse, mais matérielle et politique ».

Faux.

Pour renverser ce mensonge, il suffit de regarder les risques de mort que les croisés savaient qu’ils prenaient.

L’accusation selon laquelle les croisés avaient des intentions essentiellement matérialistes est devenue populaire surtout depuis Voltaire, et continue de paraître convaincante pour la modernité et le monde contemporain, imprégnés de visions matérialistes du monde.

Il ne fait aucun doute qu’il y avait des gens cyniques et hypocrites au Moyen Âge, comme à toute époque, mais l’accusation généralisée contre les croisés est un mythe qui doit être clarifié.

Les risques des Croisades étaient très élevés. De nombreux croisés, sinon la plupart, ne sont même pas revenus de la bataille. Un historien militaire a estimé les pertes de la seule première Croisade à un énorme 75%.

En outre, la participation aux croisades était volontaire : les participants devaient être persuadés de partir – et de partir seuls. Les principaux moyens de persuasion étaient les sermons prononcés dans les Églises, qui mettaient clairement en garde contre le fait que les croisades impliquaient des difficultés, des souffrances et souvent la mort, et qu’elles portaient gravement et à jamais atteinte à la vie de leurs participants : elles les appauvriraient probablement ou les mutileraient, et causeraient certainement de grandes difficultés à leurs familles.

Alors, comment un tel discours a-t-il fonctionné ?

Il a fonctionné précisément parce que le fait de se lancer dans une Croisade pour défendre sa foi et son peuple était considéré comme une pénitence précieuse pour l’âme et une forme de purification, ainsi qu’un acte d’amour désintéressé qui conduisait à donner sa vie pour ses frères et sœurs.

Les preuves disponibles suggèrent que la plupart des croisés étaient motivés par le désir de défendre le nom de Dieu, de mettre leur vie au service de la protection des chrétiens menacés, et d’expier leurs péchés personnels.

Ce sont des concepts difficiles pour l’Occidental d’aujourd’hui, qui est laïc, sceptique, égo centré, individualiste et vomi les motifs spirituels. Entre notre Occident actuel et le Moyen Âge, il y a un énorme fossé cartésien, avec son réductionnisme matérialiste. Il s’agit d’autres contextes, où les paramètres sont très différents. À l’époque, la vie sur terre était courte et brutale, une « vallée de larmes » à endurer comme un temps de purification pour la rencontre avec Dieu. Les principes spirituels ont exercé une influence presque incompréhensible pour les esprits immédiats d’aujourd’hui.

Examinons ensuite cette hypocrisie : les militants anticatholiques qui attaquent l’Église à cause des croisades affirment que les motifs des croisés ne peuvent être comparés aux motifs des personnes attaquées aujourd’hui par des forces hostiles, car, selon eux, « les contextes sont complètement différents« .

Or, comme nous l’avons vu, si les circonstances sont évidemment différentes, les contextes d’agression injuste et de légitime défense sont parfaitement comparables quelle que soit l’époque. Ces mêmes militants  » oublient  » ensuite leurs propres arguments sur la différence de contextes lorsqu’ils prennent en compte la vision du monde à prédominance spirituelle et pénitentielle du chrétien médiéval et la vision du monde à prédominance séculaire et matérialiste de l’Occident d’aujourd’hui – ces contextes, oui, entre lesquels il existe une différence abyssale.

MYTHE 4 : « Ce sont les Croisades qui ont poussé les musulmans à attaquer les chrétiens ».

Faux.

Pour réfuter ce mensonge, la même révision chronologique honnête qui renverse le mythe 1 est suffisante.

Lorsque le pape Urbain a réagi à l’agression musulmane et a appelé la première Croisade, les musulmans attaquaient les chrétiens de manière continue, systématique et croissante depuis plus de 400 ans. Les forces musulmanes n’avaient donc pas besoin d’une « incitation » pour commencer à attaquer le christianisme de leur propre initiative.

En tout état de cause, la réponse à ce mythe est complexe et ne doit pas tomber dans le réductionnisme et la généralisation.

La première version musulmane de l’histoire des croisades n’est apparue qu’en 1899. À l’époque, le monde musulman « redécouvre » les croisades, mais avec une « touche » de modernité occidentale.

À l’époque moderne, il y avait deux grandes lignes de pensée européennes sur les croisades. La première, représentée par des gens comme Voltaire, Gibbon et Sir Walter Scott, ainsi que Sir Steven Runciman au 20e siècle, dépeint les croisés comme des barbares avides et agressifs qui ont attaqué des musulmans civilisés et pacifiques. L’autre ligne présentait les Croisades comme un épisode glorieux de la longue bataille au cours de laquelle les chevaliers chrétiens ont arrêté l’avancée des hordes musulmanes.

Le fait historique est que ce ne sont pas les Croisades qui ont conduit l’Islam à attaquer les chrétiens, mais que c’est l’Occident laïc qui a appris à l’Islam à haïr les Croisades sur la base d’une vision biaisée et manipulée de leur contexte.

C’est, après tout, une étrange tendance de notre Occident moribond : fournir au monde de grands récits, la plupart faux…

Considérations

Il serait déraisonnable de défendre aveuglément les Croisades, au cours desquelles une partie des chrétiens a certainement commis des actes profondément déplorables, mais les faits sont les faits : il y a toujours un large éventail de raisons derrière les Croisades que l’agenda anticatholique non seulement ne veut pas admettre, mais essaie encore de dissimuler.

Les militants de cet agenda aiment s’exclamer :

« Regardez combien de personnes sont mortes au nom des guerres et de la violence religieuse ! »

Il est légitime de répondre :

« Oui, c’est vrai et c’est honteux. Et profitez-en pour vous pencher également sur ceux qui ont été assassinés au cours du seul XXe siècle au nom d’idéologies antireligieuses, laïques et athées, telles que le « communisme ». Par exemple, l’historien britannique Paul Johnson, dans son livre Modern Times, estime le nombre de victimes du communisme à au moins 100 millions. Si nous voulons vraiment « regarder », examinons l’ensemble du tableau et plaçons chaque fait dans sa véritable perspective.« 

À lire aussi | Le nombre total d’avortements a diminué de 6 % aux États-Unis

Il est clair que nous ne « justifions » pas les décès causés par les guerres de religion par le fait que les guerres antireligieuses ont tué d’innombrables autres personnes, mais si nous voulons avoir une discussion honnête et complète sur les guerres, quelle que soit leur nature, il est essentiel de les contextualiser sur la base de faits et non de récits opportunistes, et d’inclure dans cette contextualisation ce qui les a causées et qui étaient les agresseurs.

Cet article a été publié originellement en italien par le Aleteia (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire