in , , , ,

John Henry Newman est un Saint pour la femme au foyer

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Kelly Marcum décrit son amitié avec Saint John Henry Newman et cette relation n’a fait que s’approfondir lorsque qu’elle a quitté le monde universitaire pour poursuivre la sainteté en tant qu’épouse, mère et femme au foyer.

J’aime Saint John Henry Newman depuis des années. J’ai entendu parler de lui pour la première fois à l’université, à l’époque où il était connu sous le nom du bienheureux cardinal John Henry Newman, et j’ai fini par suivre un séminaire sur la vie et l’œuvre de ce grand intellectuel pendant ma dernière année d’études. J’ai cultivé une dévotion encore plus forte envers lui pendant mes études supérieures en Angleterre, lorsque j’ai passé une journée à errer dans Oxford, à explorer la ville qu’il connaissait si bien et à prier dans l’église où il a prêché.

Se rapprocher d’un Saint célèbre pour ses activités intellectuelles tout en étudiant la théologie catholique n’a rien d’exceptionnel. Mais ce qui m’a surprise, c’est que mon amitié avec ce Saint ne s’est approfondie qu’après avoir quitté les couloirs sacrés de l’université pour entrer de plain-pied dans le monde de la pratique en tant qu’épouse, mère et ménagère.

J’avais présumé qu’au fur et à mesure que mon rôle et mes tâches changeraient, je sentirais un fossé se creuser entre moi et les Saints hommes et femmes qui avaient passé leurs journées dans des bibliothèques et des chapelles, sans expliquer à leurs bambins que nous ne pouvons pas faire de bruits d’animaux de ferme pendant la messe. J’ai des affinités avec des mères Saintes comme les Saintes Zélie et Gianna, Marguerite d’Écosse et, bien sûr, la Vierge Marie, et je me suis souvent tournée vers leurs exemples. Mais mon ancienne amie anglicane devenue catholique est restée avec moi. Qu’est-ce qui, en dehors de notre vocation commune de deux créations bien-aimées de Dieu à la recherche du ciel, me reliait encore à ce recteur d’université et ecclésiastique célibataire et sans enfant ?

Plus important que ses nombreuses réalisations intellectuelles, Saint John Henry Newman comprenait les âmes des gens. Il a fondé l’Oratoire de Birmingham, établissant une communauté modelée sur la camaraderie et le témoignage joyeux de Saint Philippe Néri. Lorsqu’il est devenu cardinal, il a choisi comme devise la phrase « Cor ad cor loquitur« , qui se traduit par « Le Cœur parle au cœur« . Il rédigea des traités, donna des conférences et écrivit une œuvre qui lui vaut à juste titre d’être considéré comme le plus grand apologète de l’ère moderne. Mais il n’a jamais perdu de vue ses ouailles, même lorsqu’il naviguait dans des idées théologiques obscures. J.C. Sharp, professeur à St Andrews et contemporain de Newman, écrivait en 1866 :

« Il posait le doigt avec douceur, et pourtant avec force, sur un endroit intérieur du cœur de l’auditeur, et lui disait des choses sur lui-même qu’il n’avait jamais connues jusque-là. Les vérités les plus subtiles, qu’il aurait fallu à des philosophes des pages de circonlocutions et de grands mots pour énoncer, étaient lâchées au passage en une phrase ou deux du saxon le plus transparent.« 

Je ne suis pas un Don d’Oxford, et je n’ai fondé aucun oratoire à ce jour, mais je suis une mère, à qui l’on a confié des âmes à élever et qui a pour tâche de créer un foyer qui aidera mes petits sur leur propre chemin vers la sainteté. Le foyer familial est destiné à être un avant-goût de notre foyer céleste, à offrir un petit aperçu de l’éternité à tous ceux qui y entrent. Lorsque mes enfants iront dans le monde, ma prière est que ce foyer que leur père et moi avons construit pour eux les aidera à maintenir leur attention sur l’atteinte de cet autre foyer, le foyer définitif.

Saint John Henry Newman avait peut-être l’air plus naturel dans les salles de classe, les chapelles et les bibliothèques où je l’ai rencontré pour la première fois. Cependant, je suis sûre que nous aurions beaucoup plus de choses à nous dire aujourd’hui, et que je peux glaner beaucoup plus de sa sagesse en tant que jeune mère entourée de bambins et d’histoires que lorsque j’étais une étudiante aux yeux écarquillés, plongée dans ses écrits théologiques. Le foyer que je crée a probablement plus de crayons de couleur et d’animaux en peluche que les oratoires de Newman, mais je ne dois pas moins regarder vers le ciel dans sa formation, et je ne pense pas que beaucoup de Saints comprendraient cette tâche énorme, et passionnante, mieux que lui.

À lire aussi | Le Cardinal Müller attaque à nouveau les modernistes

De même, mon devoir en tant que premier enseignant et catéchiste de mes enfants est de les initier à notre foi et de cultiver en eux l’amour de Dieu et de son Église. Mon public est plus petit et plus jeune que celui de Newman, mais ils n’ont pas moins besoin d’apprendre à rechercher le vrai et le beau, et ils ne sont pas moins dignes d’un enseignant qui parle à leur cœur innocent, et je remercie Dieu d’avoir le saint exemple de cet homme.

Saint John Henry Newman, priez pour nous !

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Cardinal Müller attaque à nouveau les modernistes

Le Cardinal Müller attaque à nouveau les modernistes

Le Saint Rosaire est une arme spirituelle qui enflamme les cœurs

Le Saint Rosaire est une arme spirituelle qui enflamme les cœurs