Kaya Jones des Pussycats Dolls témoigne de ses regrets davoir avorté
in , , , ,

Kaya Jones des Pussycats Dolls témoigne de ses regrets d’avoir avorté

Kaya Jones, ancienne chanteuse des Pussycat Dolls, a déclaré que les avortements qu’elle a subis lorsqu’elle était plus jeune la hantent encore aujourd’hui, commence l’article de Fox News dans lequel la chanteuse pop raconte son regret de l’avortement.

La signification de cette histoire n’est pas que certaines femmes regrettent leur avortement. Ce fait est connu des spécialistes depuis un certain temps. Non, l’importance de cette histoire réside dans le fait qu’une personne disposant d’une tribune publique s’exprime enfin et que quelqu’un dans les médias traditionnels l’écoute enfin.

Les partisans de longue date de l’avortement et les catholiques fidèles savaient parfaitement que l’avortement faisait des ravages chez les femmes. Certains éléments de l’histoire de Jones correspondent aux préoccupations exprimées depuis longtemps par les pro-vie. Elle « a expliqué comment elle a eu son premier avortement à l’adolescence, lorsque son traitement contraceptif a échoué« .

Nous disons depuis des années que les méthodes de contrôle des naissances échouent parfois. Quand c’est le cas, la femme est prête pour un avortement. C’est pourquoi nous disons que la contraception et l’avortement sont les fruits du même arbre : l’idée que tout le monde peut avoir autant de relations sexuelles qu’il le souhaite sans se soucier du bébé qui en résultera.

L’idéologie contraceptive nous enseigne à tous que le sexe est normalement une activité stérile. Les idéologues ne parviennent jamais à dire toute la vérité sur l’échec de la contraception.

Le témoignage de Jones confirme également la préoccupation selon laquelle la disponibilité de l’avortement expose les femmes à l’exploitation par des hommes sans scrupules. Les pro-vie affirment depuis longtemps que les hommes prédateurs peuvent utiliser la licence d’avortement sans restriction pour couvrir leurs crimes et leurs indiscrétions. C’est exactement ce qui est arrivé à Kaya Jones.

Décrivant son deuxième avortement, « elle a rappelé comment elle est tombée à nouveau enceinte alors qu’elle faisait partie des Pussycat Dolls et qu’on lui a dit de « s’en débarrasser« . » Dans une interview de 2017, Kaya Jones avait affirmé que le groupe de chanteuses et d’autres étaient des façades pour un « réseau de prostitution« . Elle affirmait que « les chanteuses étaient ‘passées’ et ‘abusées’ par les cadres de l’industrie. » Bien sûr, l’organisatrice des Pussycat Dolls a tout nié.

« Je n’étais pas dans un groupe de filles. J’étais dans un réseau de prostitution. Oh & il se trouve que nous chantions et étions célèbres. Pendant que tous ceux qui nous possédaient faisaient les $« , a tweeté Jones en 2017. À l’époque, elle réagissait au suicide d’une autre chanteuse pop, Simone Battle, 24 ans.

Ces situations d’exploitation font partie intégrante de la révolution. Nous sommes tous censés être « sex positive« , ce qui signifie être d’accord pour avoir des relations sexuelles, même avec des inconnus. Même si la femme se sent utilisée et dégradée, elle est adulte et capable de faire des choix judicieux.

Ses sentiments blessés ne sont donc le problème de personne d’autre que d’elle-même. C’est ce que disent les hommes sans vergogne qui les utilisent et les femmes tout aussi sans vergogne qui s’arrangent pour qu’elles soient utilisées. « Pour faire partie de l’équipe, vous devez être un joueur d’équipe. C’est-à-dire coucher avec qui ils veulent« , a-t-elle affirmé.

L’interview de Fox News se poursuit par cette observation :

« L’ancienne chanteuse a également soutenu que l’avortement a conduit à une rupture du respect entre les hommes et les femmes dans la culture. »

Mlle Jones pourrait être en train de canaliser le grand et regretté Pape Saint Paul VI, lorsqu’elle a déclaré :

« Ce que vous montrez aux hommes, c’est que vous ne vous estimez pas vous-même, ni votre semence, ni la leur, et en retour, ils ne nous estiment pas en tant que femmes parce que nous sommes prêtes à faire ces choses à nous-mêmes et à nos enfants.« 

Pour moi, cette déclaration était la plus triste de toutes :

« Je suis passée par là. Je vous assure que vous le regretterez toute votre vie. Rien – même si je deviens mère demain et que je suis heureuse en ménage et que tout va bien, je vais quand même regretter les trois enfants que je n’ai pas eus« , a-t-elle dit.

En lisant entre les lignes, que voyons-nous ? Elle aimerait être heureuse en mariage. Elle aimerait avoir des enfants à aimer – et pas n’importe lesquels, mais ces trois enfants en particulier.

Ce désir d’amour est inscrit dans chaque cœur humain, placé là par Dieu tout-puissant lui-même. Aimer et être aimé est au cœur de ce que signifie être humain. La révolution sexuelle nous assure que « l’amour, c’est l’amour« , tout en réécrivant la véritable signification de l’amour qui dure toute la vie et qui se donne.

Dès 2013, le Ruth Institute a commencé sérieusement à faire connaître les méfaits de la révolution sexuelle. Après les désastreux arrêts de la Cour suprême qui ont annulé la loi sur la défense du mariage et la proposition 8 de la Californie, nous avons pris conscience du fait que les pourvoyeurs de la licence sexuelle occupaient les postes de commandement de toutes les branches importantes de la culture américaine.

Ces décisions de justice ont montré que les révolutionnaires sexuels avaient suffisamment de pouvoir pour réécrire la loi à leur guise. Nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire face à une opposition aussi puissante et déterminée. Nous savions que nous devions envoyer davantage de troupes sur le terrain. Les hommes et les femmes ordinaires, les mères et les pères, les enfants et les petits-enfants dont les vies ont été endommagées par la révolution sexuelle avaient besoin d’une voix.

Le fait est que : Des millions de personnes ont été lésées par ses dogmes pervers – des enfants de divorcés, des réfugiés de la culture de la drague et de la sous-culture « LGBT« , des personnes qui regrettent leurs années de cohabitation et, oui, des femmes qui regrettent leur avortement.

À lire aussi | Un lutteur universitaire se bat à main nue contre un grizzly

Le témoignage de Kaya Jones encouragera et incitera d’autres personnes à partager leur histoire. Son regret sincère peut dissuader d’autres femmes de se faire avorter. Son langage fort peut faire honte à certains des exploiteurs de femmes actuellement sans vergogne et les inciter à changer leurs habitudes. Le témoignage de Jones est une grande contribution à la grande cause de la défense du mariage, de la vie et de la famille et de la construction d’une civilisation de l’amour.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire