in , ,

La réforme de l’Ordre de Malte est entre les mains du Pape François

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La réforme de l'Ordre de Malte est entre les mains du Pape François

L’avenir de l’Ordre de Malte est entre les mains du pape François. Après une réunion avec des membres de haut niveau le 26 février, le pape prendra le temps de réfléchir aux propositions de renouveau et décidera finalement de la voie à suivre pour la réforme.

Le cardinal Silvano Maria Tomasi, délégué pontifical auprès de l’organisation, a rendu compte de la rencontre dans une lettre adressée aux confrères de l’ordre.

Tomasi a souligné que « nous avons expliqué au Saint-Père que la réforme à l’étude préserve et encadre mieux l’Ordre en tant qu’ordre religieux laïc, tout en permettant la poursuite de ses activités caritatives, diplomatiques et humanitaires pour ‘nos seigneurs les malades‘ et au service de l’Eglise« .

Le cardinal italien a ajouté que le pape avait « décidé de continuer à nous écouter et nous a accordé une nouvelle audience. A l’issue de ces rencontres, le pape décidera des projets qui lui seront soumis« .

Fra’ Marco Luzzago, lieutenant du Grand Maître, des membres du groupe de travail de Tomasi pour la réforme et une délégation représentant les membres de l’Ordre étaient également présents à la réunion pontificale.

Dans un communiqué de presse daté du 27 février, l’institution bientôt millénaire a souligné que « le point central de la réunion était la réforme de l’Ordre de Malte« .

À lire aussi | Du sang coule-t-il d’une statue de Saint Michel d’une femme du Colorado ?

Dans une lettre adressée aux dirigeants de l’Ordre de Malte dans le monde, Marwan Sehnaoui, président du comité de pilotage du processus de réforme constitutionnelle, a remercié « Sa Sainteté d’avoir consacré deux heures de son précieux temps à l’Ordre de Malte« , est-il précisé.

Sehnaoui a déclaré : « Le Saint-Père a commencé et a terminé l’audience en déclarant qu’il avait lui-même pris la décision finale sur les questions critiques concernant la réforme constitutionnelle de l’Ordre« .

« Le pape François a écouté attentivement les présentations et les interventions des deux parties. Après l’échange de vues, le Saint-Père a déclaré qu’il n’y avait pas d’urgence à prendre une décision définitive. Sa Sainteté a également déclaré qu’il souhaitait recueillir et examiner davantage d’informations et qu’il convoquerait probablement une nouvelle audience« .

Ces déclarations doivent être lues attentivement. En déclarant que le travail diplomatique et humanitaire de l’Ordre ne serait pas affecté par la réforme, Tomasi a implicitement répondu à une critique qui s’est élevée après la diffusion d’un projet de réforme décrivant l’Ordre de Malte comme étant « soumis au Saint-Siège« . Cela a suscité des inquiétudes quant au fait que les nouveaux statuts dilueraient la souveraineté de l’Ordre.

Bien que l’Ordre ne possède pas de véritable territoire, il dispose des attributs de la souveraineté, comme sa propre monnaie officielle, ses timbres et ses plaques d’immatriculation. Il entretient des relations diplomatiques avec plus de 100 États et a un statut d’observateur permanent auprès des Nations unies. Elle supervise également un réseau humanitaire florissant qui fournit actuellement de l’aide aux réfugiés fuyant l’Ukraine.

Lors d’un entretien avec le National Catholic Register le 23 janvier, Tomasi a souligné que dans un projet ultérieur, l’Ordre n’était plus désigné comme dépendant du Saint-Siège.

« Nous n’avons pas conservé cette expression« , a-t-il dit, « et elle ne figurera pas non plus dans le texte constitutionnel que nous ferons circuler« .

Il a poursuivi : « Dans une lettre à l’Ordre, j’ai dit que lorsque nous aurons fini de travailler dans le cadre de la Constitution, du gouvernement et du groupe de travail du représentant spécial, nous enverrons le texte aux ‘fras’ – les religieux -, aux présidents des associations, au Souverain Conseil et aux membres du gouvernement, afin d’avoir l’apport et les objections de tous – s’il y a des aspects de la Constitution ou du texte qui ne sont pas acceptables ou qui sont considérés comme choquants« .

Enfin, la réforme la plus importante est celle des chevaliers célibataires de « premier rang » : Dans l’Ordre Souverain de Malte, vieux de 900 ans, ce petit groupe de chevaliers justiciers ou profès, qui prononcent des vœux comme des moines, représente un rôle mineur mais important. L’Ordre compte environ 13 500 membres, mais seulement une quarantaine d’entre eux font partie de ce « premier rang » de l’Ordre. Jusqu’à présent, ils en assurent également la direction.

Le pape François a repris le processus de réforme après de nombreuses disputes et un débat houleux au sein de l’Ordre.

Le groupe de travail chargé d’élaborer les nouveaux statuts était composé du père Gianfranco Ghirlanda, spécialiste du droit canonique, de Mgr Brian Ferme, secrétaire du Conseil économique du Vatican, de Maurizio Tagliaferri, de Federico Marti et de Gualtiero Ventura.

Le groupe a ensuite été élargi à quelques membres haut placés de l’Ordre, dont le Grand Chancelier Albrecht von Boeselager. Cependant, Boeselager a annoncé en janvier qu’il quitterait le groupe élargi. Sehnaoui, le président de l’association libanaise de l’Ordre, a été nommé à la place de Boeselager et soutenu par Péter Szabadhegÿ.

Tomasi a refusé de reconnaître la nomination de Sehnaoui, ce qui l’a empêché de participer à la réunion de deux jours consacrée à l’examen du projet de texte.

Il est donc particulièrement important que Sehnaoui ait fait partie du groupe qui a rencontré le pape le 26 février. La présence de Sehnaoui pourrait être interprétée comme un geste de détente.

Tomasi a envoyé une lettre aux chevaliers après une rencontre privée avec le pape le 29 janvier, après la réunion de réforme de deux jours des 25 et 26 janvier.

Le cardinal a déclaré que « le pape a décidé qu’il souhaitait rencontrer le groupe de travail mixte avec quelques membres représentant les profès, le gouvernement de l’ordre, les procureurs des prieurés et les présidents des associations, afin de lui présenter des projets de réforme concrets« .

C’est pourquoi, selon Tomasi, « le Saint-Père a décidé de suspendre toutes les autres activités jusqu’à la tenue de cette rencontre, à l’issue de laquelle il prendra une décision définitive« .

Par conséquent, la réunion du groupe de travail mixte des 22 et 23 février est suspendue, de même que les réunions du comité de pilotage présidé par le président Marwan Sehnaoui.

Tomasi a souligné que « toute autre activité avant la rencontre avec le pape sera considérée comme un acte de désobéissance au Saint-Père« .

Il s’agissait d’une déclaration remarquablement dure, qui laissait entendre que le pape prendrait la responsabilité du processus.

Les chevaliers qui ont participé à la réunion papale ont déclaré à CNA qu’ils avaient « un sentiment positif » et que le pape avait « écouté attentivement leurs préoccupations« .

Les membres de l’ordre doivent maintenant attendre la décision du pape. On verra s’il traitera l’Ordre principalement comme un ordre religieux ou s’il prendra également en compte le vaste réseau humanitaire supervisé par cette entité souveraine sans territoire.

À lire sur CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Du sang coule-t-il d'une statue de St Michel d'une femme du Colorado ?

Du sang coule-t-il d’une statue de Saint Michel d’une femme du Colorado ?

Biden fait la promotion de l'avortement à l'occasion de la Journée de la femme

Biden fait la promotion de l’avortement à l’occasion de la Journée de la femme