in , , ,

L’archevêque de Berlin favorable aux bénédictions homosexuelles

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Une lettre de l’archevêque catholique de Berlin sur les bénédictions homosexuelles provoque des scandales bien au-delà des frontières de son archidiocèse.

Dans la lettre du 21 août, l’archevêque Heiner Koch « rassure » les prêtres, diacres et agents pastoraux laïcs de l’archidiocèse de Berlin qu’il ne prendra pas de mesures disciplinaires à leur encontre s’ils bénissent des couples « qui ne peuvent ou ne veulent pas se marier sacramentellement« .

Dans cette lettre de près de 2 000 mots, l’archevêque explique en détail sa décision, qu’il dit avoir prise en raison de profonds désaccords au sein de l’archidiocèse, qui compte environ 373 000 catholiques.

Que dit exactement l’archevêque Koch ? Quel est le contexte ? Et que se passera-t-il ensuite ? Le Pilier y jette un coup d’œil.

Quel est le contexte ?

Il est sans doute préférable de commencer par le contexte, puisque c’est par là que commence la lettre de Mgr Koch. Il note que depuis que la « voie synodale » allemande s’est officiellement achevée en mars, les catholiques de l’archidiocèse de Berlin discutent de la manière de mettre en œuvre ses résolutions.

Parmi les documents approuvés par les participants à cette initiative – qui a réuni les évêques du pays et des laïcs sélectionnés pendant trois ans pour discuter de questions brûlantes – figurait un document intitulé « Cérémonies de bénédiction pour les couples qui s’aiment« .

Ce texte de quatre pages invitait les évêques allemands à « autoriser officiellement les cérémonies de bénédiction dans leurs diocèses pour les couples qui s’aiment et veulent s’engager, mais à qui le mariage sacramentel n’est pas accessible ou qui ne veulent pas s’y engager« .

Le document souligne que « cela s’applique également aux couples de même sexe sur la base d’une réévaluation de l’homosexualité comme une variante normale de la sexualité humaine« .

La résolution contredit une déclaration du Vatican de 2021, approuvée par le pape François, selon laquelle « l’Église n’a pas, et ne peut pas avoir, le pouvoir de bénir les unions de personnes du même sexe.« 

Outre la voie synodale, deux autres facteurs contextuels méritent d’être mentionnés.

Tout d’abord, Berlin est souvent citée comme l’une des villes européennes les plus accueillantes pour les personnes qui s’identifient comme LGBT. Le Comité scientifique et humanitaire, décrit comme la première organisation de défense des droits des LGBT au monde, a été fondé dans la ville en 1897. Des centaines de milliers de personnes ont participé au défilé annuel de la fierté berlinoise en juillet. En 2022, M. Koch a lancé un appel au pardon pour l’homophobie dans l’Église, un geste qui fait référence à la position de Berlin en tant que centre mondial des LGBT.

Deuxièmement, les médias catholiques allemands accordent actuellement une large couverture à une situation dans l’archidiocèse de Cologne – une autre ville à forte présence LGBT – dans laquelle un pasteur affirme avoir été réprimandé après avoir organisé un service de bénédiction pour « tous les couples qui s’aiment » dans sa paroisse en mars – les autorités de l’archidiocèse contestent son récit.

Les diocèses allemands de Münster, Aix-la-Chapelle et Essen – situés dans la province ecclésiastique de Cologne – auraient réagi à cette affaire en déclarant qu’ils n’imposeraient pas de sanctions aux prêtres organisant des services similaires. La question des mesures disciplinaires est donc d’actualité dans l’Église allemande.

Que dit l’archevêque Koch ?

L’archevêque Koch note dans sa lettre qu’il s’engage à mettre en œuvre les résolutions de la voie synodale dans l’archidiocèse, tant qu’elles ne vont pas « à l’encontre des intentions et des instructions du Saint-Père« .

Il explique que peu de temps après l’assemblée finale de l’initiative, des débats ont éclaté dans l’archidiocèse de Berlin au sujet de la résolution sur la bénédiction des personnes de même sexe.

« La proposition d’introduire des services de bénédiction pour les couples qui s’aiment et qui ne peuvent ou ne veulent pas se marier sacramentellement dans notre diocèse a déclenché des controverses et des discussions, dont certaines ont été menées avec une grande sévérité et de fortes émotions« , écrit-il.

Koch, archevêque de Berlin depuis 2015, explique que si les discussions ont été marquées par un « grand amour » pour l’Église, « il n’est pas rare qu’émerge la conviction que seul son propre point de vue est apte à protéger l’Église de conséquences désastreuses.« 

M. Koch énumère ensuite les raisons pour lesquelles certains catholiques de l’archidiocèse s’opposent aux services de bénédiction, puis les raisons pour lesquelles d’autres les soutiennent.

Il note que les opposants estiment que les unions homosexuelles ne sont pas conformes au plan de Dieu tel qu’il est inscrit dans la création et pleinement révélé par l’incarnation du Christ, et qu’elles ne peuvent donc pas être bénies. Il cite la déclaration du Vatican de 2021 dans une note de bas de page.

L’archevêque déclare ensuite que les arguments « bien pensés » des partisans comprennent la conviction que l’Église se développe toujours dans la connaissance de Dieu, et qu’elle devrait reconnaître par la bénédiction les bons éléments dans les partenariats engagés, tels que l’amour et la fidélité.

M. Koch se penche ensuite sur l’exhortation apostolique post-synodale de 2016 du pape François sur l’amour dans la famille, Amoris laetitia.

Il note qu’Amoris dit que les unions entre personnes de même sexe « ne peuvent pas être simplement assimilées au mariage« , et il suggère qu’Amoris donne également aux églises locales « une grande latitude pour traiter les personnes dans des situations dites ‘irrégulières‘ ».

Koch soutient que la déclaration souvent citée de François sur l’Eucharistie dans son exhortation apostolique de 2013 Evangelii gaudium – qu’elle « n’est pas un prix pour les parfaits mais un médicament puissant et une nourriture pour les faibles » – s’applique également à d’autres sacrements, y compris le mariage, « et encore plus à un sacrement tel que la bénédiction« .

« Chaque bénédiction promet la grâce et l’aide de Dieu à nous qui sommes et restons faibles. La bénédiction n’a donc pas le sens de ‘légitimer, approuver, cautionner‘ », écrit-il.

« En tant que bienheureux, nous restons tous des coupables qui ont besoin de la grâce édifiante de Dieu pour le voyage de notre vie. Cette déclaration fondamentale relie toutes les personnes, même celles qui demandent des bénédictions pour leurs relations qui n’ont pas été ou ne peuvent pas être formées sacramentellement« .

L’archevêque expose ensuite six points qui peuvent être résumés comme suit :

Étant donné les désaccords marqués sur les services de bénédiction, chaque prêtre, diacre et agent pastoral à plein temps doit « prendre une décision soigneusement réfléchie pour lui-même« .

Tant qu’il n’y aura pas de décision en dehors de la déclaration du Vatican en 2021 (que la lettre date par erreur à ce stade de 2022), l’archevêque ne présidera pas lui-même de tels services de bénédiction.

Il note que la conférence épiscopale allemande cherche à « intensifier les discussions » sur le sujet avec le pape et des responsables tels que le nouveau préfet doctrinal du Vatican, le cardinal élu Víctor Manuel Fernández, qui s’est montré « ouvert à l’idée d’une bénédiction si elle est conçue de manière à ne pas créer de confusion quant à la différence essentielle avec le mariage d’un homme et d’une femme« .

Koch confirme que « tant que le statu quo existe« , il ne prendra pas de mesures disciplinaires à l’encontre de ceux qui président les services de bénédiction dans l’archidiocèse.

L’archevêque dit qu’il attend des autres qu’ils respectent la décision de chaque prêtre, diacre et agent pastoral pour ou contre les services de bénédiction.

La question des services de bénédiction ne doit pas être utilisée « à des fins politiques ou médiatiques« . Ni les partisans ni les opposants ne doivent se présenter comme supérieurs « dans la congrégation, dans les comités ecclésiastiques, dans la presse, etc.

En cas de divergences au niveau paroissial, au sein d’une équipe pastorale ou d’une institution ecclésiale, Koch attend des responsables qu’ils recherchent une solution en suivant ses directives. S’ils ne parviennent pas à un accord, ils doivent s’adresser à lui pour obtenir de l’aide.

M. Koch termine sa lettre en précisant que ce qu’il a décrit est « une voie pastorale, et non pas administrative ou juridique« , inspirée par les déclarations d’Amoris laetitia.

« Comme il y a des raisons pour et contre la bénédiction des couples qui s’aiment mais ne veulent pas ou ne peuvent pas se marier sacramentellement, je voudrais vous encourager à peser cette question de manière nuancée et à prendre une décision responsable« , écrit-il, ajoutant qu’il espère que l’archidiocèse « réussira à préserver l’unité dans la diversité« .

Et après ?

Compte tenu de la position éminente de l’archidiocèse de Berlin au sein de l’Église allemande et de l’attention portée par les médias du monde entier au catholicisme allemand au cours du processus synodal, la lettre de M. Koch sera probablement étudiée par les catholiques du monde entier, y compris au Vatican.

D’un certain point de vue, elle met en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les diocèses allemands qui soutiennent la voie synodale et qui cherchent à mettre en œuvre les résolutions de l’initiative. De la création d’un « conseil synodal » permanent à la formalisation du rôle des laïcs dans l’élection des évêques, les partisans de la voie synodale se heurtent à de formidables obstacles pratiques.

D’un autre point de vue, la lettre montre les profondes divisions au sein de l’Église allemande. Lorsque quatre évêques diocésains ont refusé de financer un comité destiné à mettre en œuvre les résolutions de la Voie synodale, il était clair que l’initiative avait divisé l’épiscopat du pays. La lettre de M. Koch souligne qu’il existe également des différences profondes – et peut-être insolubles – au sein des diocèses, et pas seulement entre eux.

À lire aussi | Constantin a bénéficié de l’aide d’une puissante créature céleste

Considérée sous un angle plus large, la lettre suggère que le Vatican envoie des signaux contradictoires (ou peut-être difficilement compréhensibles) sur les bénédictions de personnes de même sexe. Par des expressions telles que « tant que le statu quo existe » et des références aux discussions du Vatican, M. Koch semble laisser entendre que le sujet est en évolution.

Le Vatican n’a fait aucun commentaire public lorsque les évêques belges ont publié un texte autorisant la bénédiction rituelle des couples de même sexe en septembre 2022. À la suite de la voie synodale, l’Église allemande devrait publier un manuel comprenant des bénédictions pour les couples de même sexe. La pastorale des catholiques qui s’identifient comme LGBT devrait figurer en bonne place dans les discussions du synode sur la synodalité qui se tiendra en octobre à Rome.

Il est possible que ces facteurs aient été présents à l’esprit de M. Koch lorsqu’il a rédigé ses conseils, qui ne cherchent pas à résoudre les controverses actuelles mais plaident plutôt en faveur d’une attitude de « vivre et laisser vivre » au sein de son archidiocèse.

Cet article a été publié originellement par Pillar Catholic (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire