L'Opus Dei ne veut pas être une exception, informe un prélat

" L'Opus Dei ne veut pas être une exception " dans l'Église catholique, a déclaré le prélat de l'Opus Deis, Monseigneur Fernando Ocáriz, à El País Semanal dans un article intitulé " L'Opus Dei à la croisée des chemins ".

Publiée samedi 26 juin, l'interview traite des réformes du pape François dans sa prélature personnelle. Répondant à la question de savoir si le pape était déterminé à dissoudre la " spécificité " de l'Opus Dei, Mgr Ocáriz a déclaré :

"La spécificité de l'Opus Dei réside dans son charisme ou son esprit, et non dans sa forme juridique. L'appel universel à la sainteté à travers le travail et les réalités ordinaires de la vie est au cœur de l'Opus Dei".

Le fait que " L'Œuvre " ait été jusqu'à présent " la seule prélature personnelle aurait pu être perçu comme quelque chose d'" exceptionnel ", mais ce n'est évidemment pas le cas : au contraire, je pense qu'il serait très bon qu'il y ait d'autres prélatures personnelles qui contribuent à l'évangélisation de nombreuses régions qui ont particulièrement besoin d'inspiration chrétienne ", a déclaré Monseigneur Ocáriz.

L'Opus Dei, en latin, signifie Œuvre de Dieu, c'est pourquoi ses membres se réfèrent à l'institution comme à l'"Œuvre". L'accent ou le charisme de l'Opus Dei est la sanctification par le travail quotidien. Il est composé de prêtres, de laïcs célibataires appelés numéraires et agrégés, et de surnuméraires qui sont des membres mariés.

Fondé par saint Josémaria Escriva le 2 octobre 1928 et érigé en prélature personnelle le 28 novembre 1982 par saint Jean-Paul II, l'Opus Dei subit depuis mars 2022 des réformes imposées par le pape François.

Il y a un peu plus d'un an, le 22 juillet 2022, avec le motu proprio Ad charisma tuendum (" Pour protéger le charisme "), le pape François a transféré les compétences en matière de prélature personnelle du Dicastère pour les évêques à celui du Clergé, et a déterminé que le prélat, actuellement Monseigneur Ocáriz, ne sera pas évêque bien qu'il conserve le titre honorifique de monseigneur, révoquant ainsi ce que saint Jean-Paul II avait établi.

Le bienheureux Álvaro del Portillo et Mgr Javier Echevarria, les deux premiers successeurs de saint Josémaria à la tête de l'Opus Dei, ont été nommés évêques par saint Jean-Paul II.

Le 8 août dernier, le pape a assimilé les prélatures personnelles aux associations cléricales publiques qui ont le pouvoir d'incardiner les clercs. Il n'existe qu'une seule prélature personnelle : l'Opus Dei.

La perception à l'extérieur de l'Opus Dei

M. Ocáriz a déclaré à El País Semanal que " la plupart des gens qui nous connaissent nous apprécient. Surtout quand ils voient le travail que nous faisons : social, éducatif..."

Et puis il y a d'autres milieux, poursuit-il, "dans lesquels il peut y avoir plus de critiques, à cause de préjugés : à cause d'une conception que l'on a de l'histoire de l'Église et de son rôle dans le monde qui peut conduire à une évaluation qui n'est pas positive."

Il est donc compréhensible "qu'il y ait des aspects qui ne correspondent pas à la façon de penser de certains. Mais c'est le pluralisme. La seule chose importante est de se respecter les uns les autres : on peut toujours collaborer", ajoute-t-il.

La position face aux critiques

En ce qui concerne les critiques que reçoit l'Opus Dei, Mgr Ocáriz affirme que "les erreurs et les incohérences personnelles font partie de la vie. La critique aide à s'améliorer lorsqu'elle est fondée et provient d'une connaissance de la réalité".

"J'aimerais que la diversité des personnes de l'Opus Dei soit mieux perçue d'un point de vue social et culturel. Parfois, nous nous concentrons sur une personne d'importance publique et non sur une centaine d'autres qui ont du mal à joindre les deux bouts."

Pour M. Ocáriz, 78 ans, "dans certains cas, l'Opus Dei a été lu de manière stéréotypée, à partir de clichés qui n'aident pas à comprendre une réalité plus large et plus plurielle".

"Je voudrais aussi que l'on comprenne mieux que les membres de l'Opus Dei sont libres et responsables. Leurs mérites ou leurs erreurs dans leur vie professionnelle ou civile, par exemple, doivent leur être attribués, comme à tout autre catholique", a-t-il ajouté.

Selon le prélat de l'Opus Dei, "les opinions ou les décisions d'un homme politique de gauche ou de droite sont les siennes et les siennes seules, elles ne sont pas imputables à l'Église ou à une institution ; ce sont des réalités qui évoluent sur des plans différents. Historiquement, ce mécanisme d'attribution d'une performance personnelle à l'appartenance à un chemin spirituel a favorisé des malentendus qui perdurent encore aujourd'hui".

L'Opus Dei est présent dans près de 70 pays et compte plus de 93 000 laïcs, dont 57 % de femmes et 43 % d'hommes, ainsi que 2 095 prêtres.

En ce qui concerne la "lutte" entre conservateurs et progressistes au sein de l'Église catholique, Mgr Ocáriz rappelle que "le pape s'est vu poser une question similaire, et il a souligné qu'il s'agissait d'une interprétation mondaine, sans rapport avec la dimension religieuse. Je pense qu'il y a souvent une tendance à lire la réalité en termes de pouvoir et de polarisation, avec des groupes qui s'opposent et ne se comprennent pas".

Or, selon le prélat, "dans l'Église, la logique qui doit prévaloir est celle du service et de la collaboration. Nous sommes tous en train de ramer dans le même bateau, ouverts à l'aide pour nous améliorer".

À lire aussi | L'archevêque de Berlin favorable aux bénédictions homosexuelles

Quant au "vieux conflit" que le journal espagnol mentionne entre les jésuites et les membres de l'Opus Dei, le prélat déclare :

"Je peux dire personnellement que je suis un ancien élève du Collège de la Compagnie de Jésus à Madrid, et je suis très reconnaissant pour la formation et l'exemple que j'ai reçus des jésuites".

Une demande de prière du prélat

La réforme ordonnée par le Pape, qui comprend la modification des statuts de l'Œuvre, a conduit à la tenue d'un congrès mondial à Rome en avril dernier, auquel ont participé 126 femmes et 148 hommes, dont 90 prêtres.

"Le motu proprio du 8 août devra également être pris en compte dans l'adaptation et la mise à jour des statuts de l'Œuvre (…) C'est pourquoi je renouvelle la demande de prière que je vous ai adressée il y a quelques mois, afin que ce travail soit mené à bien", a écrit Mgr Ocáriz dans une lettre adressée aux membres de l'Opus Dei, deux jours après la publication du document papal ce mois-ci.

Cet article a été publié originellement par ACI Digital (Lien de l’article).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *