in , , , , , ,

Saint Jean-Baptiste a été martyrisé pour avoir dit la vérité

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Il est impossible d’imaginer la terreur qui a sûrement frappé le cœur de Jean-Baptiste lorsque le bourreau s’est approché de sa cellule. Le bourreau devait être pressé, car le roi, Hérode Antipas, attendait que l’acte sanglant soit accompli.

Jean était probablement quelqu’un que les gens regardaient avec étonnement parce qu’il portait des peaux de bêtes, vivait seul dans le désert et se nourrissait de miel et de sauterelles. En raison de son existence dépouillée, il est devenu le saint patron des ermites. Il a été le premier à révéler aux gens la véritable identité de Jésus :

« Voici l’agneau de Dieu, qui ôte les péchés du monde.« 

Jean était en prison parce qu’il avait osé dire au roi la vérité sur son mariage avec l’ex-femme de son frère, Hérodiade. Selon la loi juive, le mariage n’était pas légitime, et le roi et Hérodiade avaient donc une relation adultère. Jean devait savoir que dire la vérité conduirait à l’emprisonnement et peut-être à la mort, mais il était prêt à devenir un martyr pour la vérité.

Hérodiade détestait Jean pour avoir ouvertement condamné leur mariage illicite, et elle voulait sa mort. Lorsque Hérode s’est offert une fête d’anniversaire et a invité les chefs de la communauté, elle a eu sa chance.

La fille d’Hérodiade exécuta une danse qui enchanta tellement le roi qu’il fit une déclaration extravagante, offrant de lui donner tout ce qu’elle voulait. La fille demanda à Hérodiade ce qu’elle devait demander, et la réponse sinistre fut directe :

« La tête de Jean-Baptiste« .

La jeune fille transmit cet horrible message à Hérode, qui fut bouleversé par ses paroles, puisque Marc nous dit qu' »Hérode craignait Jean, le sachant un homme juste et saint« .

Tragiquement, Hérode, trop lâche pour reculer devant ses invités, convoque le bourreau et ordonne la mise à mort de Jean. Il est intéressant de noter qu’aucun des invités d’Hérode n’a eu le courage de s’opposer à cette terrible tournure des événements. Nous ne connaissons pas les dernières paroles de Jean, mais il ne serait pas surprenant d’apprendre qu’il a pardonné aux hommes venus le tuer et à la foule qui ne l’a pas défendu. Ce geste aurait été conforme à un précurseur de celui qui avait dit :

« Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent« .

Dans une scène qui semble tout droit sortie d’un film d’horreur, le bourreau a porté la tête de Jean sur un plateau et l’a présentée à la jeune fille, qui l’a donnée à sa mère. Ce qui avait commencé comme une fête ce jour-là s’est terminé sur une note tragique. Les ténèbres ont dû s’abattre sur les fêtards après qu’ils eurent vu la tête ensanglantée d’un homme salué comme un prophète. Ils devaient savoir qu’ils étaient complices de cette mort parce qu’ils n’avaient rien dit.

L’Évangile de Matthieu (14:12) nous raconte ce qui se passe ensuite :

« Ses disciples s’approchèrent, emportèrent le cadavre et l’ensevelirent, puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.« 

La réaction de Jésus est assez semblable à celle qu’il avait eue en apprenant la mort de Lazare. Dans ce cas, il s’est effondré et a pleuré. Après la mort de Jean, Jésus s’est retiré dans une barque, seul, dans un endroit désert. Il est probable qu’il recherchait la solitude et le calme pour prier et pleurer la mort de Jean.

Jean le Baptiste et Jésus ont tissé des liens profonds avant leur naissance. Ils se sont rencontrés pour la première fois lorsque Marie, enceinte depuis peu, est allée rendre visite à sa cousine Élisabeth, qui était enceinte de six mois du bébé qui s’appellerait Jean. Lorsqu’Élisabeth a vu Marie, le bébé dans son ventre a sauté de joie, ce qui signifie qu’un enfant à naître a été le premier à reconnaître le Sauveur du monde. Marie est restée avec Élisabeth pendant environ trois mois, de sorte qu’elle et l’enfant Jésus qu’elle portait dans son ventre étaient très probablement présents à la naissance de Jean.

Après que Jean a commencé son ministère, Jésus a fait son éloge en disant qu’il était « plus qu’un prophète« . Il a également déclaré :

« Parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’y en a pas eu de plus grand que Jean le Baptiste« .

Jésus a dit aux gens que Jean était mentionné dans une prophétie d’Isaïe :

« La voix de celui qui crie dans le désert. Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers« .

Avant la crucifixion, Pilate envoie Jésus enchaîné chez le roi Hérode. Luc nous dit :

« Hérode fut très heureux de voir Jésus ; il y avait longtemps qu’il désirait le voir, car il avait entendu parler de lui et espérait le voir accomplir quelque signe » (23:8).

À lire aussi | L’Opus Dei ne veut pas être une exception, informe un prélat

Cependant, Jésus avait déjà réprimandé les personnes qui voulaient un signe, car cela témoignait d’un manque de foi. Jésus savait qu’Hérode avait assassiné son cousin bien-aimé, et lorsque Hérode l’a interrogé, Jésus a refusé de dire un seul mot.

Pilate voulait relâcher Jésus, mais les foules réclamaient sa crucifixion. À l’instar des événements qui ont conduit à la mort de Jean, personne ne s’est manifesté pour protester contre cette sentence injuste. Il n’y a pas de tête ensanglantée sur un plateau, mais plutôt le corps brisé et saignant de Jésus mourant sur la croix pour que les foules en soient témoins.

En ce jour marquant la Passion de saint Jean-Baptiste, le fidèle précurseur de Jésus, prions pour son intercession, afin que nous ayons, nous aussi, le courage et la grâce de défendre la vérité, quel qu’en soit le prix.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'Opus Dei ne veut pas être une exception, informe un prélat

L’Opus Dei ne veut pas être une exception, informe un prélat

Les Évêques du Ghana s'opposent avec courage aux idéologies LGBT

Les Évêques du Ghana s’opposent avec courage aux idéologies LGBT