in , , ,

Les Évêques du Ghana s’opposent avec courage aux idéologies LGBT

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les évêques catholiques et d’autres chefs religieux du Ghana appellent l’Occident à cesser d’imposer ses idéologies au pays africain.

Jeudi, les membres de trois conseils œcuméniques chrétiens du Ghana ont publié une déclaration commune demandant aux États-Unis et à d’autres pays occidentaux de « cesser les tentatives incessantes de nous imposer des valeurs culturelles étrangères inacceptables« .

La déclaration commune a été préparée par le Conseil pentecôtiste et charismatique du Ghana, le Conseil chrétien du Ghana et la Conférence des évêques catholiques du Ghana.

« Les dirigeants des conseils œcuméniques susmentionnés apprécient que l’ambassadeur reconnaisse que le Ghana est une société très accueillante et tolérante, où règne une grande harmonie interreligieuse et interethnique« , peut-on lire dans la déclaration.

« Toutefois, nous souhaitons également rappeler que, comme toute société accueillante et tolérante, notre tolérance n’est pas illimitée.« 

La déclaration commune a été déclenchée par une récente mise en garde de l’ambassadrice des États-Unis au Ghana, Virginia Palmer, au sujet d’un projet de loi en faveur de la famille :

« La multiplicité des communautés ethniques rend le Ghana fort, stable et attractif pour les investissements« , a déclaré Mme Palmer à des journalistes à Accra, la capitale ghanéenne.

« J’espère qu’il en sera de même pour la communauté LGBTQ. Il faut faire en sorte que l’argent soit vert ou rouge s’il est ghanéen, mais s’il s’agit de discrimination, cela enverra un signal non seulement aux investisseurs et aux exportateurs LGBTQ, mais aussi à d’autres entreprises américaines« , a-t-elle poursuivi.

« Le Ghana sera alors moins accueillant… et j’espère qu’il le restera.« 

Mme Palmer faisait référence à un projet de loi présenté pour la première fois en 2021 et intitulé « Promotion des droits sexuels humains et des valeurs familiales ghanéennes« .

Selon un mémorandum de 2021, l’objectif du projet de loi « est de fournir des droits sexuels humains appropriés et des valeurs familiales ghanéennes, d’interdire les activités LGBTQ+ et connexes, de fournir une protection et un soutien aux enfants, aux personnes qui sont victimes ou accusées d’activités LGBTTQIAAP+ et connexes, ainsi qu’à d’autres personnes et à d’autres questions connexes« .

La déclaration commune

Les trois conseils œcuméniques chrétiens présents dans la déclaration commune du Ghana ont noté que les États-Unis « et d’autres pays dits développés ont leurs valeurs culturelles qui influencent ce qui est acceptable et/ou inacceptable dans leurs juridictions nationales respectives« .

« Le Ghana, en tant que nation souveraine, a également des valeurs culturelles et religieuses qui guident, informent et garantissent la subsistance, l’harmonie et la cohésion de nos communautés, et nous n’avons pas l’intention de compromettre ces valeurs pour les investisseurs LGBTQI+« , ajoute la déclaration.

« Nous souhaitons assurer à l’ambassadeur américain et à tous les autres que le Ghana continuera à être inclusif« , poursuit la déclaration commune.

« Mais l’inclusion ne peut et ne doit pas être absolue et globale. En effet, aucun pays ni aucune société n’est absolument inclusif ; il existe et il existera toujours des lois et des réglementations qui définissent les ‘exclusivités’ de chaque société. Nous ne voulons pas de la promotion, de la publicité, de la pratique et/ou de l’imposition de comportements et de pratiques LGBTQI+ au Ghana.« 

À lire aussi | Saint Jean-Baptiste a été martyrisé pour avoir dit la vérité

Le communiqué dénonce également les hauts fonctionnaires qui font des « insinuations intimidantes » au Ghana, un pays souverain où plus de 95 % de la population est chrétienne, musulmane ou d’une autre religion.

« Tous les groupes religieux mentionnés s’unissent pour abhorrer les pratiques et comportements méprisables des LGBTQI+« , ajoute la déclaration.

« En tant que peuple, nos valeurs et pratiques culturelles doivent être respectées ; nous ne voulons pas de la promotion, de la publicité, de la pratique et/ou de l’imposition des comportements et pratiques LGBTQI+ au Ghana« , conclut la déclaration.

En juillet, le Parlement ghanéen a voté en faveur d’une deuxième lecture du projet de loi pro-famille et des amendements mineurs proposés par la commission des affaires constitutionnelles, juridiques et parlementaires.

Cet article a été publié originellement par Church Militant (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire